Le numéro 2 de ce nouveau magazine est en kiosque. Avec Eric Lacroix et Nathalie Mauclair comme guides , partez à la rencontre de l’origine du trail! La Grande Course des Templiers narrée par Gilles Bertrand et Odile Baudrier, le Grand Raid de la Réunion raconté par Antoine Guillon, voilà les spots mondiaux à l’honneur dans ce numéro 2! A ne pas rater, un interview vérité avec Cyril Cointre, un acteur engagé et authentique du monde du trail. Et toutes les rubriques de ce magazine qui fait souffler un grand bol d’air frais!

Avez-vous déjà entendu parler de l’Oman by UTMB ? Après une première édition en 2018 dans les majestueuses montagnes d’Oman, cet ultra trail sera de retour du 28 au 30 novembre avec 3 distances au choix : 170km, 130km et 50km !

Inscrivez-vous dès maintenant : https://omanbyutmb.com/enter 

@OmanbyUTMB @UTMB @Oman @ultratrail @ExperienceOman

Prêt de 1200 coureurs sont déjà inscrits sur les différents formats de course. Près de 17 pays représentés et 60 départements métropolitains et d’outre mer seront alignés au départ de Monêtier Les Bains (Serre Chevalier – Hautes-Alpes 05). Il ne reste que quelques dossards sur l’événement, devenu un incontournable de la rentrée, où les coureurs découvriront des parcours exigeants et techniques au coeur du massif des Cerces. Convivialité et bonne humeur resteront le maître mot du week-end.Côté tête d’affiche, Gautier Airiau (team Méribel Sport Montagne – Craft Salming) ), vice champion de France de trail long 2019 , devrait jouer la gagne sur le Grand Tour des Cerces 50km. Delphine Roux (ski club Queyras), sur la plus haute marche du 50km en 2016, sera de nouveau présente sur l’épreuve reine. Mallaurie Mattana (Serre Chevalier Briançon Athlétisme), de retour des championnats d’Europe de Skyrunning,  sera quand à elle alignée sur le 26km.Alexandre Richard (Team La Sportiva), deux fois vainqueur du 12km remettra son titre en jeu, mais il faudra compter sur les cadets du club « Serre Chevalier Briancon Athlétisme » pour lui ravir la première place.Du côté du 50km relais, la paire Gaucher-Marroud (club VEO 2000 La Plagne) essayera de conserver la suprématie acquise en 2018. A noter la présence de Muriel Hurtis, ambassadrice du label « Le sport pour valeur » du Crédit Agricole Alpes Provence (partenaire depuis 4 ans), alignée sur le Tour des Chapelles 12km.Les inscriptions sont ouvertes  jusqu’au jeudi 12/09 à minuit puis sur place le samedi uniquement, en fonction des dossards disponibles.Renseignements et inscriptions sur www.trail-serre-chevalier.com

Le Dévoluy (Hautes-Alpes)- 8 septembre 2019

L’étape 2 a été marquée par les nombreux éboulis traversés, les chourums, 3 combes et le passage sur l’emblème du Dévoluy : le Pic de Bure. La Traversée Héroïque est un spot mythique du massif, aussi bien en hiver qu’en été, avec la traversée du chourum, cavité propre au Dévoluy. Cette étape avait également un classement dans le classement : un aller-retour au Pic de Bure depuis la sortie de la combe d’Aurouze chronométré.

Une étape de 22km et 2200 D+ qui a été courue en 3h11 par Nicolas Hairon et Romain Bui, gagnants de l’étape 1 et de cette première édition de la Grande Trace Dévoluy Été. Nicolas a chuté lors de la redescente du Pic de Pure, ce qui leur a fait perdre une vingtaine de minutes. C’est leur avance qui leur a permis d’arriver malgré tout en tête. Les derniers ont mis plus de 7h.

Au départ : 90 équipes, 9 équipes femmes, 46 équipes hommes, 27 équipes mixtes, 50 bénévoles

Le mot du Comité d’organisation de La Grande Trace :

« D’un point de vue conditions météorologiques, le temps était un peu automnal avec du froid et du vent. Côté parcours, il était exigeant et apprécié pour ça. Des sections très techniques, comme la Traversée Héroïque, ont mis certains coureurs en difficulté, ainsi que la montée et remontée au mythique Pic de Bure. Il y a eu un gros différentiel entre les premières équipes et les dernières. C’est plus que du simple au double sur les chronos. Les premiers ont mis un peu plus de trois heures sur cette deuxième étape, les derniers environ sept heures. Côté organisation, nous sommes contents car il n’y a pas eu de gros bobos. Les retours des participants sont positifs avec des parcours différents que ce que les gens connaissent. Le fait qu’il y ait seulement 200 coureurs a permis de vivre la course dans une ambiance conviviale et les repas étaient partagés tous ensemble, bénévoles inclus.Rendez-vous l’année prochain pour des parcours encore différents mais techniques car Le Dévoluy est vaste, il y a de quoi faire !

CLASSEMENT ETAPE 2

Hommes

1. HAIRON Nicolas/BUISSART Romain 3:11:12 (Team On Running / EAG Grenoble)

2. NOÉBÈS TOURRÈS Valentin/PISTONO Nicolas 3:23:39 (Suceurs de cailloux)

3. DUMAS Morgan/PLAGNOL François 3:32:08 (ASCE Thales Valence)

Femmes

1. PELISSARD Chloe/BARTHELEMY Cloë 4:48:58 (Team JSC)

2. BERGER Gaelle/SESTIER CARLIN Sandrine 5:10:09 (PourquoiPas Nous)

3. PUSSET Sarah/LEPORALE Florianne 5:21:17 (Les râleuses de Maurienne)

Mixtes

1. BIDAULT Lucie/PROUST Christopher 3:37:41 (maurienne trail)

2. DAWIRS Olivier/BLANCHARD Isabelle 3:45:31 (Team Champsaur Nature)

3. MONCANY Jonathan/JACQUET Manon 3:56:49 (Loulous du SMAC)

CLASSEMENT FINAL

Hommes

1. HAIRON Nicolas/BUISSART Romain 5:09:29 (Team On Running / EAG Grenoble)

2. NOÉBÈS TOURRÈS Valentin/PISTONO Nicolas 5:27:44 (Suceurs de cailloux)

3. DUMAS Morgan/PLAGNOL François 5:48:19 (ASCE Thales Valence)

Femmes

1. PELISSARD Chloe/BARTHELEMY Cloë 7:45:23 (Team JSC)

2. BERGER Gaelle/SESTIER CARLIN Sandrine 8:21:48 (PourquoiPas Nous)

3. SAPALLY Maryline/GAPANOWICZ Helène 8:39:55 (sapagapa)

Mixtes

1. BIDAULT Lucie/PROUST Christopher 6:01:12 (maurienne trail)

2. DAWIRS Olivier/BLANCHARD Isabelle 6:08:14 (Team Champsaur Nature)

3. MONCANY Jonathan/JACQUET Manon 6:25:26 (Loulous du SMAC)

Informations sur lagrandetrace.fr

Ce sont 180 coureurs, soit 90 équipes qui sont partis ce matin pour l’étape 1 de la Grande Trace, le nouveau alpi-trail du Dévoluy.

La Grande Trace Dévoluy Été c’est une course en binôme de 40 km et de 4000 mètres de D+ sur 2 jours ; les casques et baudriers seront de rigueur, notamment pour les passages dans les fameux chourums, cavités naturelles propres au massif du Dévoluy. Porté par l’Office de Tourisme et un comité d’organisation local, le nouveau trail Dévoluard offre aux engagés une course rythmée par plusieurs passages aériens et techniques.

L’étape 1 a tenu ses promesses : de l’aérien et du technique !

La descente du Rocher Rond (culminant à 2453 mètres) a mis les coureurs à rude épreuves, avec une pente technique et pas roulante. La crête de l’Aigliere a également donné du fil à retordre aux traileurs. Une étape de 18km et 1800 D+ qui a été courue en 1h58 par les premiers et 5h26 pour les derniers. Il y a eu un abandon suite à une blessure. Ils seront donc 89 binômes à prendre le départ demain matin.

Classement à l’issu de l’étape 1 (tous les résultats sur genialp.com) :

Hommes

  1. HAIRON Nicolas/BUISSART Romain 1:58:17 (Team On Running / EAG Grenoble)

2. NOÉBÈS TOURRÈS Valentin/PISTONO Nicolas 2:04:05 (Suceurs de cailloux)

3. DUMAS Morgan/PLAGNOL François 2:16:11 (ASCE Thales Valence)

Femmes

1. PELISSARD Chloe/BARTHELEMY Cloë 2:56:25 (Team JSC) – 40ème au général

2. BERGER Gaelle/SESTIER CARLIN Sandrine 3:11:39 (PourquoiPas Nous) – 51ème au général

3. SAPALLY Maryline/GAPANOWICZ Helène 3:12:46 (sapagapa) – 53ème au général

Mixte

1. DAWIRS Olivier/BLANCHARD Isabelle 2:22:43 (Team Champsaur Nature) – 7ème au général

2. BIDAULT Lucie/PROUST Christopher 2:23:31 (maurienne trail) – 8ème au général

3. MONCANY Jonathan/JACQUET Manon 2:28:37 (Loulous du SMAC) – 10ème au général

1er – Nicolas et Romain : On a eu beaucoup de chance avec la météo. On était totalement dans la course mais on a quand même et le temps de tourner un peu la tête et on est bluffé par le paysage. La technicité du terrain et notamment les crêtes, on s’y attendait. C’est un très beau parcours, c’est top !

2ème Nicolas : On arpente le massif toute l’année en ski ou en courant, mais même si on connait bien on a découvert plein de variantes et on s’est régalé. Surtout quand on voit le Grand Ferrand avec la brume, c’était magique ! J’ai adoré le parcours qui était annoncé technique, et qui était trèèèès technique, j’en ai pris pour mon grade mais je me suis régalé, avec un binôme qui a bien la pêche ! On verra ce que ça dit demain.

Valentin : Je rejoins ce que dit Nico, la grande qualité c’est la beauté du parcours et la technique. On a couru deux heures et ça passe tout seul. On ne s’ennuie pas, il y a toujours un caillou devant pour attirer l’attention. C’est hyper joueur et hyper ludique. On revient demain !

Le programme du Samedi 7 septembre

Étape 1 « Rocher Rond » – Environ 18km et 1800m D+

Départ de Lachaup

Arrivée au Col du Festre

Spot phare : L’ascension du Rocher Rond

Point culminant : 2 453 mètres d’altitude

Au terme d’une course menée de bout en bout, c’est l’Espagnol, Pau Capell qui l’emporte sur l’UTMB®. Parti sur un rythme soutenu dès les premiers kilomètres, Pau décroche aujourd’hui son premier UTMB® en patron (temps record de 20 heures et 19 minutes) et en solitaire (presque 50 minutes le séparent du 2ème). Personne n’aura pu suivre le rythme imposé par l’Espagnol calqué sur les temps de passage de François D’Haene. Une énorme performance pour l’Espagnol qui n’aura jamais faibli malgré l’ampleur de la tâche. Quant à Xavier Thévenard (2ème), le Français est parti prudemment comme à son habitude avant d’accélérer à partir de la Fouly pour tenter de recoller aux basques du leader de la course. Cela n’aura pas suffi à contrer une énorme performance de Pau Capell, impressionnant de régularité, capable de courir et de relancer dans la plupart des portions de la course. Sans aucun doute la course de sa vie. Très attendus, les Américains Tim Tollefson, Zach Miller, Hayden Hawks laissent filer la victoire. 2019 ne sera donc pas l’année de la première victoire américaine chez les hommes. Ce n’est en tout cas pas le manque d’encouragement qui aura manqué aux coureurs, avec tout autour du Mont-Blanc, une fréquentation en hausse dans toutes les communes traversées dans une ambiance magique et bon enfant.

Rendez-vous classique du trail français avec des épreuves proposant des distances accessibles et de faibles dénivelés, le Trail du Bélier a tenu une nouvelle fois toutes ses promesses.

Une 4ème titre consécutif pour Meyssat
Partis sous un grand soleil à 8h30, les 1400 coureurs du Trail 27 km ont été les premiers de la journée à arpenter les sentiers des Aravis. Tout était réuni pour que chaque participant atteigne son objectif, que ce soit pour améliorer son chrono ou tout simplement franchir la ligne d’arrivée. Cette épreuve historique a été remportée pour la 4ème fois consécutive par Emmanuel Meyssat après 2 heures d’effort. Romuald Brun et Jean Hudry, respectivement 2ème et 3ème, complètent ce podium 100% français. Marine Quintard s’impose chez les femmes en 2h28.

La victoire du 15 km pour Lucas Mottet
La « guerre des fromages » a bien eu lieu sur le 15 km ! Les Rebloch’ (habitants de la zone AOP du Reblochon) et les Frometons (tous les autres) s’affrontaient sur un parcours accessible à tous offrant des vues magnifiques sur le massif des Aravis. À l’arrivée, c’est Lucas Mottet qui s’est imposé en 1h10 suivi de près par Mathias Bellaton et Martin Guyon. Malgré un podium 100% Frometons, les Rebloch’ gagnent la guerre des fromages avec seulement 25 secondes d’avance. Chez les femmes, Hélène Rochas remporte la course en 1h30.

Cette année encore, les juniors ont tout donné dans les rues de la station haute-savoyarde dans une ambiance festive et conviviale.

Pour clôturer la journée de samedi, le relais du bêêêlier, dernière-née des épreuves, a fait cavaler des duos motivés, venus pour s’amuser !

Résultats 15 km
Femmes :
1- Hélène Rochas – 1:30:24
2- Alexandra Chambard – 1:32:07
3- Hélène Greenwood – 1:33:10

Hommes :
1- Lucas Mottet – 1:10:33
2- Mathias Bellaton – 1:11:52
3- Martin Guyon – 1:13:54

Résultats 27 km
Femmes :
1- Marine Quintard – 2:28:40
2- Aline Camboulives – 2:28:58
3- Maryline Rossi – 2:36:14

Hommes :
1- Emmanuel Meyssat – 2:00:54
2- Romuald Brun – 2:03:09
3- Jean Hudry – 2:03:29

On rebat les cartes !

On avait annoncé Ludovic Pommeret et Manu Meyssat en favoris, ils ne sont pas sur le podium ! Et même la révélation 2018, Alexandre Fine, n’a pu accéder aux médailles lors de ce 7èmeChampionnat de France marqué par la vitalité d’une discipline qui n’a pas besoin de toute son élite internationale pour démontrer que le niveau s’étoffe sur les deux distances que proposent ce championnat, 50 et 25km.

Nous sommes à Méribel, en Tarentaise, en Savoie, dans une station d’altitude qui avec Courchevel et Val Thorens composent une des plus grands domaines skiables des Alpes Françaises, le Domaine des 3 vallées. Et c’est là que se déroulent en plein cœur de l’été, et en simultané avec la course la plus suivie de l’année, Sierre-Zinal, les 7èmeChampionnat de France de Trail.  La première épreuve s’est jouée le samedi sur une distance de 50km, avec 4200m de dénivelé. Du témoignage des plus aguerris, ce fut un gros challenge sportif avec les trois quarts du parcours à plus de 2 000 mètres d’altitude: Mont de la Challe, Mont de la Chambre, Mont Vallon, Col du Fruit, Sommet de la Saulire, Dent de Burgin, Rocher de la Loze, Col de Leschaux, Roc de Fer… autant de lieux emblématiques de la vallée auxquels les trailers ont pu accéder malgré le brouillard qui nécessitaient une attention de chaque instant pour suivre le balisage, et par des sentiers souvent techniques ! Un parcours où la gestion de son effort était la clé d’une course réussie ! Et au final, ce sont deux trailers locaux de Méribel Sport Montagne qui arrivent en tête chez les hommes, Clément Molliet (6h06mn09s) et Gautier Airiua (6h06mn48s), devançant Baptiste Chassagne (6h12mn02s) qui a pris le meilleur sur l’expérimenté Ludovic Pommeret, les jambes lourdes d’un été déjà bien chargé en épreuves difficiles après le Championnat du Monde de trail et Le High Trail Vanoise trois semaines auparavant. On notera les très faibles écarts entre les hommes de tête après un tel parcours, signe d’un magnifique et rude combat. De lutte, il n’y en a pas eu chez les dames, la Vosgienne Sarah Vieille (6h57mn15) Internationale de trail, et qui s’impose avec plus d’une heure d’avance sur sa dauphine, un écart jamais constaté sur les 6 premières éditions !

1000 coureurs au départ du Trail court !

Et le dimanche, la météo était juste parfaite pour le départ du Trai court sur 25 km du Méribel avec 1000 coureurs au départ dont 500 comptants pour le Championnats de France. Sur ce trail tonique et très disputé, le suspense a été entier jusqu’au final, enthousiasmant les nombreux supporters présents sur le parcours avec une ambiance Tour de France sur la dernière montée vers l’arrivée !

Chez les hommes,  après avoir longtemps mené la course avec sur la montée initiale l’aide de Manu Meyssat et Alexandre Fine, le jeune de 20 ans Sylvain Cachard a laisser filer le titre dans le dernier kilomètre au profit de Thomas Cardin. L’ancien Champion du Monde de Trail, Sylvain Court, désormais sociétaire de Méribel Sport Montagne prend une très belle 3ème place après une sacrée remontée puisqu’il était pointé seulement 30ème au sommet de la 1ère montée de 700md+! Chez les femmes, après un départ prudent la championne du monde en titre Blandine Lhirondel s’impose devant Lucille Germain, encore espoir, et la spécialiste de course en montagne et surtout du kilomètre vertical dont elle a la meilleure marque mondiale,  Christel Dewalle, qui aura mené la quasi-totalité de la course et sera reprise dans la descente ou elle n’est pas à son meilleur. Les podiums hommes et femmes se jouent en moins de 3mn, ce qui après 25km démontre la densité de cette nouvelle élite du trail.   

Le catalan Kilian Jornet a remporté pour la septième fois la course suisse Sierre Zinal (31 km et 2200 m D+).  Et avec un temps de 2h25mn35s, il bat le record légendaire de près de 4mn, vieux de 2003, établi en son temps par le grand champion Jonathan Wyatt. 

Kilian Jornet est insatiable et du kil Vertical à l’Everest ne craint rien ni personne. Il a remporté pour la septième fois de sa carrière la célèbre épreuve de course suisse Sierre-Zinal qui se déroule en Valais. Sa victoire marque l’histoire et une nouvelle étape dans sa carrière.En retrait sur le circuit cette saison, Jornet a fait le choix de courir moins pour s’entraîner plus, notamment en augmentant les séances d’intensité et sur le plat. La raison ? Se renouveler mais surtout tenter d’aller chercher de nouvelles limites. Son record personnel sur Sierre-Zinal en faisait partie comme celui de Jonathan Wyatt (2h29mn12s), vieux de 2003.

Pour ça, il fallait faire face à l’une des oppositions les plus fortes qu’il n’ait jamais rencontrée et réaliser une course pleine. Jornet a donc très tôt pris les choses en main en se mettant devant le peloton dans le premier kilomètre pour s’échapper dès que la pente s’est élevée. Derrière, c’est Pietro Mamu, champion du monde course en montagne, qui l’a pris en chasse. Mais il ne l’a jamais revu malgré un écart qui n’a jamais dépassé les deux minutes.

Sur la ligne d’arrivée dans un Zinal en folie, Jornet signait le temps de 2h25mn35s et effaçait des tablettes le chrono de Wyatt. Mamu venait prendre la deuxième place en 2 h 26mn31s. L’Américain Jim Walmlsey complétait le podium en 2 h 31mn52s. “Les jambes étaient bonnes aujourd’hui, témoigne Jornet. Dès le début, je me sentais bien. Pourquoi le record cette année ? J’ai moins couru et ça laisse le temps de s’entraîner plus.”

Chez les dames, la Suissesse Maude Mathys bat également le record en 2 h 49mn20s, en pulvérisant la marque d’Anna Pichtrova placée à 2h55mn, qui avait en son temps écrasée la course en montagne de toute sa classe.

Thibaut Baronian a pris la 14e place en 2h38mn46s, termine premier français. L’ancien fondeur, kiné des Bleus sur la Coupe du monde l’hiver, se montrait déçu à l’arrivée, après une préparation handicapée par une cheville. “Je suis à mon niveau. J’ai eu une préparation délicate et je l’ai ressenti sur les plats.” Côté féminin, une très belle réussite de Anaïs Sabrié qui termine à la 5ème place en 3h01mn58s. Chez les hommes, après Thibaut Baronian, dans le top 30 le plus relevé de l’histoire de la course, on félicite Arnaud Bonin, auteur d’une belle 20ème place en 2h41mn et Julien Rancon 29ème en 2h43mn21s, en retrait par rapport à sa performance de 2018 (2h36mn) . Nicolas Martin en termine un peu plus loin, en ayant eu le courage d’aller ainsi sur un terrain qui ne lui était pas favorable.

Le roi Kilian Jornet s’attaque à Jonathan Wyatt !

31 km et plus de 2000m de dénivelé positif. Sierre-Zinal est une référence, à double titre. D’abord parce que les meilleurs mondiaux s ‘y sont toujours retrouvés, et surtout parce que le parcours est inchangé depuis la création de l’épreuve en 1974 ! Et sur l’édition 2019, comme pour marquer un étape importante dans sa carrière d’ « ultra terrestre », la star catalane a décidé de s’attaquer à un monument qui lui a toujours résisté malgré ses 6 victoires à Zinal, le record de la course, détenu par un coureur éclectique, le Néo Zélandais Jonathan Wyatt. A l’époque de son record, ce champion courrait le 10 km en 27mn56s, le semi marathon en 1h02mn37s et le marathon en 2h12mn59s, et par ailleurs avait été à de multiples reprises champion du monde de course en montagne, après avoir disputé les Jeux Olympiques sur 5000 m et sur Marathon.  Vainqueur de Sierre Zinal en 2002 et 2003, il détient depuis le record de l’épreuve en 2 heures et 29 minutes…  ” Sierre- Zinal est toujours un terrain concurrentiel où les coureurs de montagne rencontrent  les sky runners, les coureurs sur route ” Raconte Kilian.” Cette édition sera épique, je pense qu’il y aura au moins 15 coureurs qui se battront pour la victoire “.  Davide Magnini, vainqueur cette année  du Marathon du Mont Blanc et de la Dolomythe Run à Canazei Mais aussi le fameux Jim Walmsley seront là pour donner la réplique à Kilian ! Coté Français, on suivra les parcours de Tibo Baronian, Julien Rancon et Nico Martin qui ont fait le choix courageux de courir ici avec les meilleurs moniaux plutôt qu’aux France de trail à Méribel. 

Du côté des femmes, bien que Ruth Croft mène la danse de la Golden Trail World Series, la Suissesse Judith Wyder est également à surveiller. Elle a gagné la Dolomythe Run en battant l’ancien record de 7min. Une autre Suissesse, Maude Mathys   était 3ème à Canazei derrière Judith et Ruth.