L’édition 2021 du Trail des Balcons d’Azur monte en puissance en intégrant le prestigieux circuit XTERRA, une reconnaissance internationale pour ce rendez-vous sportif mandolocien qui célébrera sa 14ème édition les 30 et 31 octobre prochains.

Le circuit mondial XTERRA Trail Marathon Series :

De mars à octobre 2021, le XTERRA Trail Marathon Series affiche 10 dates dans le monde : de Taiwan en France, en passant par Malte, les Etats-Unis, la Chine, Tahiti, l’Ecosse, l’Italie, la Suisse et l’Allemagne.

Mandelieu-La Napoule est la seule épreuve française.

Le trailer : https://www.facebook.com/watch/?v=5632904373401819

Trail des Balcons d’Azur (TBA) à Mandelieu-La Napoule.

Ce sont quelque 1200 coureurs de 20 nationalités différentes qui s’affronteront sur un circuit en boucle de 47km au départ du bord de mer puis dans l’Estérel.

Un cadre paysager entre roches rouges et bleu de la Méditerranée au cœur d’une nature préservée qui déroule sur son parcours près de 70% de sentiers au panorama exceptionnel.

Fiche technique du Trail des Balcons d’Azur :

Dates 2021 : Les 30 et 31 octobre (initialement programmé en avril)

Création : 2007 (14ème édition en 2021)

Les distances :  P’tit TBA (25km – 1.000D+) – TBA XTERRA (47km – 2.200D+) – UTBA (79km – 3.550D+)

Plus d’informations sur : www.traildazur.com

Crédit photo : InovPhoto

L’info en plus :

Cet événement sportif est engagé dans une démarche éco-responsable et caritative répondant ainsi à la mise en œuvre d’une Charte pour l’organisation de manifestations sportives éco-responsables à Mandelieu-La Napoule.

La saison 11 des Millet Ski Touring Courchevel arrive à mi-parcours avec déjà 6 manches disputées sur un total de 12 avec une ferveur qui ne se dément pas pour cette course de ski de randonnée malgré le contexte actuel. Il faut dire que les organisateurs ne se laissent pas abattre devant la situation. Bien au contraire, ce serait ne pas connaitre Guillaume Prin, le président du Club organisateur Courchevel Sports Outdoor Montagne et toute son équipe qui redoublent d’imagination pour proposer de nouveaux formats adaptés à la conjoncture dans le strict respect des règles sanitaires.

Après la mise en force la semaine dernière du Challenge Millet 3000 (M3000) qui consiste à réaliser 6 montées en moins de 5h soit un dénivelé de 3000m, une nouvelle idée a germé : la création d’un défi inédit dénommé « Millet Everest 2021 ». Cette compétition, couplée avec la finale déguisée des « MSTC » le 21 mars 2021, remplacera le concert de Keen’V annulé en raison des incertitudes qui planent sur ce type d’événement.

Ce défi consistera à réaliser 9000m de D+ sur le parcours des Millet Ski Touring (3,2km / 500mD+) soit 18 montées (57,6km / 9 000m D+) pour atteindre l’altitude du sommet de l’Everest (8849m) en partant du niveau de la mer, le plus rapidement possible (seules les montées seront chronométrées dans le laps de temps imparti). Il se déroulera sur 2 jours. La 1ère journée le 20 mars 2021 débutera à 7h pour se terminer à 17h. Sur ces 10 premières heures de course, 5 000m D+ devront être réalisés pour continuer l’ascension le lendemain. A l’issue de cette première levée, les concurrents arriveront fictivement au 1er camp de base de l’Everest (versant sud à 5 364 mètres d’altitude au pied du glacier du Khumbu pour ceux qui auront choisi le côté népalais ou versant nord à 5 154 mètres d’altitude à la base du glacier du Rongbuk côté tibétain). Les skieurs alpinistes devront passer la nuit sous leurs tentes respectives sur le front de neige de Courchevel 1850 avant de repartir pour l’ascension finale le lendemain à partir de 8h et jusqu’à 16h pour effectuer les derniers 4000m en moins de 8h. En cas d’abandon, un diplôme correspondant à l’altitude réalisée avec le nom du sommet correspondant sera délivré. Les 3 premier(e)s du défi « Millet Everest 2011 » (meilleurs temps cumulés des 18 montées) gagneront un prize money (1er : 700€, 2ème : 500€ et 3ème : 300€).

L’ascension finale sera festive avec l’organisation en parallèle de la finale des MSTC 2021 de 10h à 15h le dimanche. L’inscription sera gratuite pour toutes les personnes déguisée et une carte « Atout Prix » sera offerte à l’arrivée à tous les participants de la finale pour venir skier à Courchevel en 2022 à des tarifs exceptionnels.
Avant de pouvoir prendre le départ du « Millet Everest 2021 », les participants devront se qualifier sur la base du challenge « M3000 » lors des Millet Ski Touring Courchevel les mercredis et samedis en effectuant 6 montées en moins de 5h entre 10h et 15h (seul le meilleur temps de la journée est pris en compte pour le classement des MSTC).

Le nombre de places est limité à 70 (60 meilleurs temps masculins et 10 meilleurs temps féminins du Challenge M3000) pour pouvoir organiser ce défi dans le strict respect des règles sanitaires.

Première victoire Danoise !

Henrik Hansen

La Bulgarie, le Danemark, la Finlande, Le Pérou et le Royaume Uni étaient représentés sur cette 6ème manche des Millet Ski Touring Courchevel disputée le mercredi 3 et samedi 6 février. Après avoir effectué la meilleure performance de la première journée en 26min30s, le compatriote de la Petite Sirène, Henrik Hansen a conservé son leadership en dépit  d’une forte bagarre. Avec seulement 10 petites secondes d’avance, le Danois s’impose devant Etienne Loisel (26min40s) lui-même  talonné à 2 secondes par Maxime David (26min42s).
Chez les féminines, même duel entre Sophie Mollard victorieuse en 30min54s et Laurie Renoton à 7 secondes. Véronique Lathuraz complète le podium en 32min26s.

Sophie Mollard

Au niveau du Challenge M3000, 17 participants ont réalisé les 6 montées dans le temps imparti lors de cette 6ème manche ce qui dénombre le nombre de présélectionnés pour le défi Everest à un total de 24.

Adrien Mollier, finisher du challenge Millet 3000 le mercredi 3 février

Le bilan à mi-parcours de cette saison perturbée est plus que positif. 754 départs ont été donnés pour 399 compétiteurs classés. Des chiffres en constante progression à ce stade de la compétition ce qui laisse présager une seconde partie très prometteuse et palpitante. Même si les chronos enregistrés à ce jour sont très élevés, rien n’est joué. Au niveau des classements généraux provisoires, Thibault Anselmet domine les débats en 21min48s devant Gédeon Pochat (21min50s) et l’Italien Michele Boscacci (22min11s). Chez les filles, l’imbattable Axelle Gachet-Mollaret mène la danse en 25min58s, suivie de l’Italienne Alba De Silvestro (27min11s) et d’Emily Harrop (27min43s).

Pour le Challenge ESF, Bonneval sur Arc affirme sa suprématie provisoire avec Thibault Anselmet devant l’ESF d’Aime 2000 représentée par Jonathan Lamy (27min30s) et de l’ESF de Sainte-Foy avec Clément Mugnier (27min57s). Chez les monitrices, Emily Harrop de l’ESF de Montalbert conserve le leadership en 27min43s talonnée à 11 secondes par Laura Deplanche de l’ESF la Toussuire et Nolwenn Monin de l’ESF Aime 2000 (35min32s).

Les 16 participants à avoir réalisé le challenge Millet 3000 le samedi 6 février

10 concurrents ont fait les 6 manches !

Pascale Gachet Mauroz,  Mireille Franchino,  Alice Garcin, Michael Benoit, Olivier Cellier, Lucas Durczak, Jonathan Lamy, Philippe Mottier, Joseph Samson et Jean Marc Sullice ont enquillé toutes les manches depuis le début de la saison avec une mention très spéciale à Pascale, monitrice de l’ESF Courchevel Village qui n’a jamais manqué une montée depuis 2016.

Apothéose de la saison 11 le 21 mars 2021

La remise des prix de cette saison 2021 se fera à huis clos avec l’ensemble des lauréats dans la salle de la Facim, l’animation sera assurée par Ludovic Collet avec de nombreuses surprises au programme, cérémonie retransmise en Facebook Live sur la page de Courchevel Sports Outdoor à 16h30.

7ème manche : En raison, du passage perturbé annoncé pour ce mercredi 10 février la première journée de course de la 7ème manche sera décalée au jeudi 11 février. 

Prochains rendez-vous : Manche 7 : Jeudi 11 et samedi 13 février de 10h à 15h

Pour en savoir plus : Infos et résultats : www.courchevelsportsoutdoor.com

Il nous a beaucoup appris. Les derniers mois qui viennent de s’éteindre dans l’ambiance du COVID19, entre la fin de 2020 et l’esquisse de 2021, ont été fort dissemblables de ceux de la même époque les autres années. Pas de Grand Raid de la Réunion, pas de Grand Trail des Templiers, pas de SaintéLyon, et pas non plus de ces dizaines d’épreuves moins connues qui font vivre le monde du trail et nourrissent les projets et les souvenirs.L’automne et l’hiver furent différents. Pourtant, à l’heure de nous pencher sur l’élaboration du contenu du numéro 117, le choix des articles et des thèmes fut à la sélection plutôt qu’à la recherche éperdue de sujets à traiter malgré tout ! Notre passion de courir dans la nature ne s’éteint pas avec la pénurie de dossards. Les histoires à raconter sont si belles et plurielles, nourries de vie et d’aventure, intimement mêlées à l’effort, aux sentiers, aux envies de découvrir ce qu’il y a au détour du prochain sommet.Bien sûr, pour nombre d’entre nous, ce qui nous a fait aimer le trail, c’est le graal de participer à ces grandes épreuves de « légende », ou de courir le trail de son pays, de sa vallée, de sa montagne. Le trail, c’est ce goût de l’effort partagé, le salut des bénévoles, la chaleur du repas d’après course quand s’égrène à n’en plus finir la remise des prix à tant de catégories.Mais le trail, c’est aussi les sensations ressenties quand on s’astreint à effort régulier dans la durée, quand le corps s’affine et progresse, c’est la sérénité distillée au quotidien par les heures brûlées à courir dans la nature. Le trail, ce sont ces femmes et ces hommes que l’on rencontre au détour des sentiers et qui nous illuminent de leurs chemins de vie… A nous de vous faire vivre et vibrer de ce trail libre !

Le Département des Alpes-Maritimes, en partenariat avec la Commission Départementale Running Alpes-Maritimes, propose, cette année encore, le Challenge Trail Nature 06. Cette 14ème édition s’annonce très colorée avec 15 dates programmées sur l’ensemble du territoire maralpin entre les mois de mars et novembre 2021. 5 000 coureurs sont attendus sur l’ensemble des courses pour fouler les chemins des Alpes-Maritimes, sous réserve de l’évolution de la crise sanitaire.

Les Alpes-Maritimes, un territoire aux sentiers variés qui se prête à merveille à la pratique du sport Outdoor

Charles Ange Ginésy, Président du Département des Alpes-Maritimes : « L’année 2020 a été très compliquée. Aucun domaine n’a été épargné. Pour cette nouvelle année, j’espère que nous pourrons retrouver le plaisir simple d’être ensemble et de partager d’intenses émotions sur les 15 dates au programme de la 14ème édition du Challenge Trail 06. Malgré la crise sanitaire, il est important de redonner des perspectives, des challenges au sport amateur. Je me félicite de constater que le Département des Alpes-Maritimes a été un des précurseurs en France à encourager le développement de la pratique du trail. Ainsi, on assiste à une explosion du nombre de courses, de 14 trails en 2007 à 52 en 2019. Avec ses 80 kms de littoral ouvert sur la Méditerranée, des sommets montagneux à plus de 3 000 m et un climat propice à la pratique d’activités extérieures en toutes saisons, les Alpes-Maritimes bénéficient d’un terrain de jeu extraordinaire offert aux amoureux de sport de nature. Ainsi, ce Challenge Trail est un savoureux mélange entre la pratique sportive et la découverte du patrimoine naturel, une alchimie qui fait son succès. Cette édition est placée, une nouvelle fois, sous le signe du respect de l’environnement et de la nature, deux valeurs qui s’inscrivent au cœur de la politique départementale du GREEN Deal. »

Programme et épreuves 2021 (*) : 3 nouvelles courses font leur entrée et 6 retours au challenge !

Le Challenge Trail 06 propose cette année 3 épreuves inédites, c’est la découverte d’autant de nouveaux terrains de jeu qui est promise à ses 5 000 participants.

1)     Le Trail des canyons de l’Estéron, le dimanche 28 mars à Sigale.

2)      Le trophée Trail de Biot, le dimanche 9 mai à Biot. Nouveauté.

3)      Le Trail Camin Dei Cabras, le dimanche 6 juin à Peillon, retour dans le Challenge.

4)      La Grande Coursasse, le samedi 12 juin à Cipières,retour dans le Challenge.

5)      Le Trail de Valberg, le dimanche 27 juin à Valberg.

6)      L’Ultra Trail Côte d’Azur Mercantour, du 8 au 9 septembre à Saint-Martin-Vésubie.

7)      La Verticale Haut Vial, le samedi 31 juillet à Revest-les-Roches, bonus KV, retour dans le Challenge.

8)      Le Trail de l’Escouissier, le dimanche 15 août à Saint-Auban.

9)      Le Trail des Alpes-Maritimes, le dimanche 19 septembre à Sospel.

10)  Le Trail de Gorbio, le dimanche 10 octobre à Gorbio.

11)  Le Trail de Tende, le dimanche 17 octobre à Tende, retour dans le Challenge.

12)  Le Trail de la Ratapignata, le dimanche 24 octobre à Falicon,retour dans le Challenge.

13)  Le Trail des Balcons d’Azur, les samedi 30 et dimanche 31 octobre à Mandelieu-la-Napoule,retour dans le Challenge.

14)  Le Trail Lou Rouccassiero Dau Tignet, le dimanche 21 novembre au Tignet. Nouveauté.

15)  Le Trail du soleil, le dimanche 28 novembre à Levens. Nouveauté.

Ce Challenge propose 3 classements différents :

  • Classement Challenge Trail Court (10 à 20 km)
  • Classement Challenge Trail (21 à 80 km) 
  • Classement Super Challenge : cumul de 2 épreuves Trails Courts et 2 Trails

2 épreuves « bonus » : Le KM Vertical, disputé sur la Verticale Haut Vial de Revest-les-Roches (retour au Challenge) et le bonus bénévole.

(*) sous réserve de modifications

Teaser officiel de cette édition : https://youtu.be/mMA2B3lP3Lo

Téléchargez l’APPLICATION & courez où que vous soyez

Les inscriptions sont ouvertes

Teaser ICI

Courir dans le monde entier, où que vous soyez, sur un même fuseau horaire, pour faire avancer la recherche sur les lésions de la moelle épinière : tel est l’objectif de Wings For Life World Run.

Cette course digitale, unique en son genre, réunira pour sa 7èmeédition, plusieurs dizaines de milliers de runners sur les cinq continents. Sa ligne d’arrivée virtuelle remontera peu à peu le flot de coureurs 30 minutes après leur départ à vitesse lente, avant d’accélérer progressivement. La course est donc ouverte à tous les niveaux et il sera d’ailleurs très simple de se fixer des objectifs grâce à l’application. Les meilleurs, quant à eux, ne se verront rattraper qu’au terme d’une course d’anthologie, le record datant de 2017 à Dubaï où un coureur avait parcouru plus de 92 km avant que la Catcher Car ne marque la fin de sa course.

Dans cette course caritative, chaque euro récolté par l’organisation sera reversé à 100% à la Fondation Wings For Life qui finance la recherche sur les lésions de la moelle épinière. L’autre record à battre sera donc celui de la participation ! Le rendez-vous est donc pris le 9 mai 2021 à 13h, où que vous soyez, pour prendre part à la course !

Pour être prêt le Jour J, Colin Jackson, Directeur sportif de Wings For Live World Run, vous livre tous ses secrets d’entrainements ici & sur l’application Wings For Life. Vous pourrez également progresser à votre rythme en suivant les conseils de notre équipe.

Depuis 2014, Wings For Life World Run c’est:

§  Une course dans 195 pays

§  700 000 participants

§  7,3 millions de km parcourus

§  29 millions d’euros récoltés pour la recherche sur les lésions de la moelle épinière.

COMMENT PARTICIPER EN FRANCE ?

Télécharger l’application Wings For Life (iOS et Androïd), pour courir en solo où que vous soyez en France ou dans le monde.

Informations et inscriptions sur: http://www.wingsforlifeworldrun.com/fr/fr/

On confine, on ne confine pas, pas facile dans ce contexte de se projeter à long terme pour les organisateurs de cette 11ème édition des Millet Ski Touring Courchevel. En tout état de cause, la décision est prise. Tant qu’il n’y aura pas d’interdiction, les MSTC vont continuer comme prévu jusqu’au 17 mars tous les mercredis et samedis de 10h à 15h. Pour la grande finale déguisée avec la remise des prix 2021 et le concert de Keen’V : « Nous avons encore le temps de voir venir et d’adapter des solutions en fonction des décisions gouvernementales. Nous étudions plusieurs pistes. Dans le cas où nous ne pourrons pas valider un minimum de 10 manches en 2021, cette 11ème saison se jouera alors sur 2 années (2021-2022) et reprendra tous les mercredis du 22 décembre 2021 au 16 mars 2022 » déclare Guillaume Prin le président du club organisateur Courchevel Sports Outdoor Montagne.
En attendant, les manches continuent de s’enchainer avec toujours autant de ferveur. Cette 5ème manche qui a débuté mercredi 27 janvier sous la neige s’est terminée en apothéose sous un magnifique soleil ce dimanche 31 janvier, un report nécessité  par des conditions climatiques délicates le samedi.

Les podiums finaux de cette 5ème manche se sont à nouveau dessinés lors de la seconde journée de course. Décalée exceptionnellement au dimanche 31 janvier à cause des conditions météos désastreuses du samedi, cette seconde journée s’est réalisée dans d’excellentes conditions.

Parmi la centaine de concurrents au départ, Benjamin Chamoux réalise la meilleure performance de cette 5ème levée dans un temps de 24min18s devant Sébastien Fayolle (24min49s) et Swann Juillaguet (25min18s).
Chez les filles, l’inusable Corinne Favre, multi lauréate de manches des MSTC depuis sa création, retrouve le sommet de la boite en 31min03 avant d’enchainer 5 autres montées. Elle précède Véronique Lathuraz en 31min43s et la Polonaise Claudia Chmielowska en 32min52s

Corinne Favre

Les Ecoles de Ski Français à l’honneur !

Cette seconde journée de course était également l’occasion de mettre l’accent sur le challenge ESF 2021 en invitant les monitrices et moniteurs de toutes les Ecoles du Ski Français. Partenaires historiques des MSTC depuis son origine en 2010, les 5 Ecoles du Ski Français de la station ont efficacement contribué au développement de cette compétition. Depuis 7 ans, elles bénéficient en outre d’un challenge spécifique dédié à l’ensemble des monitrices et moniteurs du territoire national. Un classement particulier leur permet de se positionner pour désigner en fin de saison les plus performants d’entre eux. Pour cette 5ème manche, l’ESF d’Aime 2000 sort victorieuse avec les belles performances de Nolwenn Monin (35min32s) et de Jonathan Lamy (27min30s).

Faire le plus de montées possible : le « Challenge Millet 3000 »

Faire un maximum de montées pendant 5h ! C’est le nouveau challenge proposé par Jonathan Lamy entre 10h et 15h sur les Millet Ski Touring Courchevel !

En avril – mai 2021 il va partir gravir l’Everest côté Népalais (départ le 11 avril). Dans ce contexte, il a décidé de se préparer sur les Millet Ski Touring Courchevel durant tout l’hiver. A force de travailler l’intensité sur cette épreuve de Vertical Race de 3,2km pour 500m D+, il doit également penser à développer l’endurance, d’où son idée d’enchainer les montées de la MSTC.

Un beau succès avec 16 participants qui se sont pris au jeu ce dimanche 31 janvier!

Les plus costauds ont réalisé 6 montées ! Parmi eux figurent Corinne Favre, Antoine Rodriguez, Clément Mugnier, Jonathan Lamy, Chanse Devey, Stéphane Pfend, directeur du domaine skiable de Courchevel au sein de la S3V qui en profite pour décrocher sa 1ère Trace d’Or de la saison en passant sous la barre des 33min30s. Une mention spéciale est décernée à David Poncet qui a effectué chacune de ses montées sous les 30 minutes ! De belles performances saluées par Jean-Christophe Vidoni, adjoint aux sports de la commune de Courchevel.

Devant le succès qu’a rencontré ce défi, les organisateurs ont décidé de le pérenniser en créant le « Challenge Millet 3000 » qui consistera à faire 6 montées le plus rapidement possible pendant 5h entre 10h et 15h pour arriver à 3000m D+ : Millet 3000 (M3000) avec des paliers intermédiaires à 1000m D+ : Millet 1000 (M1000) et à 2000m D+ : Millet 2000 (M2000).

Ce nouveau « Challenge Millet 3000 » sera réalisable dès le prochain rendez-vous de la saison. Pour arriver au bout, chaque participant aura la possibilité de laisser un sac au départ ou à l’arrivée pour gérer son ravitaillement. Seules les montées seront chronométrées, la descente étant laissée à la libre responsabilité de chaque participant sans contrainte de temps afin de ne pas prendre de risque pour lui-même et pour les autres usagers de la piste.

Pour le classement général officiel des MSTC,  seul le meilleur temps de la journée est retenu.

Pour clôturer cette 5ème manche de la saison qui se disputait dans la période de pleine lune, une paire de fixations R150 de la marque partenaire « Plum » a été tirée au sort parmi l’ensemble des participants de cette spéciale « Full Moon ». John Colas en a été l’heureux récipiendaire ce qui lui permettra de gagner de précieuses secondes sur les MSTC grâce à ce beau cadeau.

Prochains rendez-vous : Manche 6 : Mercredi 3 et samedi 6 février de 10h à 15h

Pour en savoir plus : Infos et résultats : www.courchevelsportsoutdoor.com

Après 2020, une année remplie d’incertitude, l’envie de courir est toujours présente au sein de la communauté des traileurs. Une grande motivation confirmée par les inscriptions puisque la GreenWeez MaXi-Race affiche quasiment complet avec plusieurs courses avec des listes d’attente.
 

Greenweez-Maxirace-(c)Cyrille Quintard

Les organisateurs travaillent depuis plusieurs mois à l’organisation de l’édition 2021 en envisageant des aménagements, afin d’anticiper des possibles protocoles sanitaires : limitation du nombre de coureurs à 5000 sur le week-end (au lieu des 10 000 de 2019) ; mise en place de SAS de départ, travail sur les protocoles mis en place sur les points de rassemblement (zone de départ/arrivée, ravitaillement…).
 

Une date de report est également prévue les 30 et 31 octobre, si l’évènement ne peut avoir lieu le dernier week-end de mai.

Ces informations, communiquées dès l’ouverture des inscriptions, permettent aux inscrits de tout savoir et d’être assurés d’un maximum de clarté. Communiquer en temps de pandémie est une science inexacte et demande prudence, réactivité et surtout transparence. C’est dans cette optique que la GreenWeez MaXi-Race met à disposition des coureurs et du public de nombreuses informations sur son site internet.

UN BAROMETRE DE FAISABILITE DE L’EVENEMENT EN TEMPS REEL !

Les protocoles sanitaires potentiellement en place en mai ou en octobre sont encore inconnus mais l’organisation de la course propose de suivre l’évolution de la situation le plus précisément possible et presque en direct. Un baromètre de faisabilité a été créé regroupant quatre indicateurs influant sur la possibilité d’organiser l’évènement.
Ces quatre indicateurs sont les suivants :

–          les informations gouvernementales officielles,

–          les informations du réseau (préfecture, élus, médecins) plus officieuse,

–          la motivation du comité d’organisation

–          les retours et échanges avec les coureurs inscrits.

Ainsi le baromètre covid donne aux coureurs un aperçu rapide et concret de l’avancement de l’organisation de l’évènement.Page dédiée : https://www.maxi-race.org/fr/information-coronavirus/

UNE TRANSPARENCE ECONOMIQUE POUR LA GREENWEEZ MAXI-RACE

Suite aux multiples débats liés aux nombreuses annulations, il semble aujourd’hui important d’expliquer mieux les coulisses de l’organisation d’une course. Ainsi, l’association MaXi -Team co-organisatrice de l’évènement avec l’entreprise MaXi-Event’s a souhaité informer de la gestion d’une course avec tous les éléments dépendants.

Une page a été crée afin de donner un maximum d’informations sur l’évènement : détails du modèle économique avec les recettes et les coûts d’organisation, impacts de l’annulation de 2020 et les conséquences de la pandémie, les charges salariales permettant aussi de mieux comprendre les enjeux d’un remboursement partiel proposé aux coureurs inscrits en 2020 qui ne souhaitaient pas un transfert de leur inscription, ou la co-organisation de l’évènement entre une association et une entreprise privée.
https://www.maxi-race.org/fr/l-eco-de-la-maxi/

Pour faire face aux incertitudes de 2021, échanger avec les coureurs et faire preuve de transparence apparait comme indispensable et lorganisation de la GreenWeez MaXi-Race se mobilise pour cela !

DES FORMATS DE COURSES ET PLACES DISPONIBLES

Format Ultra : le tour du lac dAnnecy avec une incursion dans les bauges

1 jour = Ultra-Race 115km et 7700m D+/ 5 pts ITRA

2 jours = XXL-Race 115km et 7700m D+/ 5 pts ITRA (course sur liste dattente)

Format MaXi : le parcours historique du tour du lac

1 jour = MaXi-Race 80km et 5000mD+ / 4pts ITRA

2 jours = XXL-Race 80km et 5000m D+/ 3pts ITRA

 Relais de 2 ou 4 150 relais 2 et 150 relais 4

Format Marathon : la moitié du tour du lac

42km et 2500m D+ = Marathon Expérience(course sur liste dattente)

39km et 3200m D+ = Marathon-Race Côte ITRA 450minimum pour s’inscrire ( sur liste d’attente)

Format court : le quart du tour du lac

16km 950m D+ 100% femme : Fémina-Race

 16km 950mD+ en soirée : Short-Race

 Et toujours les Mini-race et formats orientation

Que de rebondissements au sommet du classement général de cette saison 11 des MSTC ! Sur les 4 manches déjà validées pour cette saison 2021 depuis le 30 décembre dernier, de belles surprises sont au rendez-vous avec la présence de nombreux athlètes nationaux et internationaux. Après les remarquables performances des membres de l’équipe nationale italienne Michele Boscacci et Alba De Silvestro la semaine dernière, les records 2021 vont être âprement disputés cette saison. Cette 4ème montée était particulièrement attendue car elle était couplée ce samedi 23 janvier avec la remise des prix de l’édition 2020 en présence de tous les lauréats à l’exception du Suisse Rémi Bonnet, le détenteur du record de l’épreuve en 21min20s, bloqué dans son pays à cause de la situation sanitaire.

Gédéon Pochat (Dos 5) et Thibault Anselmet (Dos 13)

Thibault Anselmet et Gédéon Pochat intègrent le cercle des moins de 22 minutes !

Après avoir remporté la première manche de la saison en 22min37s, Thibault Anselmet, second du classement général provisoire de la coupe du monde de ski alpinisme 2021, a depuis fait du chemin : triple champion de France de ski alpinisme (Vertical Race, Sprint et Individuelle). Lauréat dans la catégorie espoir en 2020, Thibault a toutes les armes cette année pour décrocher le titre de la saison et, pourquoi pas, le record de l’épreuve. En 3 semaines, il a gagné 49 secondes sur son temps initial en signant la meilleure performance provisoire en 21min48s. Gédéon Pochat, parti juste devant dans ce contre la montre, a parfaitement résisté et ne s’incline que de 2 secondes en 21min50s. A ce jour, ils font partie du club des 4 athlètes à avoir vaincu la barre des 22 mn en compagnie de Rémy Bonnet (21mn20s) et Xavier Gachet (21mn37s). Ce dernier, présent sur cette 4ème manche, a signé un excellent temps en 22mn 37s avec la 3ème marche du podium à la clé. A noter la présence remarquée de l’Italien Henri Aymonod, champion d’Italie de Kilomètre Vertical (KV) en trail, vainqueur du KV de Fully (2018 et 2019), 3ème du Red Bull Dolomitenmann 2020 et 5ème de la Mezzalama 2019 qui termine au pied de la boite en 22min51s.

Henri Aymonod


Les performances remarquables de Thibault et Gédéon viennent rétrograder l’italien Miche Boscacci, médaillé de bronze le week-end dernier sur l’épreuve Individuelle des championnats d’Italie de ski alpinisme, à la 3ème place du général provisoire en 22min11s.

Thibault Anselmet

Axelle Gachet-Mollaret confirme sa suprématie actuelle

Axelle Gachet-Mollaret

Après 4 victoires consécutives à son actif sur les MSTC, la championne du monde Axelle Gachet-Mollaret prend la direction d’un 5ème sacre. 25min58s : le ton est donné, un temps qui la propulse au sommet du classement général provisoire mais pas suffisant pour détrôner le record de l’épreuve détenu depuis 2014 par Laetitia Roux en 25min31s présente à l’arrivée. « Ça se joue à pas grand-chose. L’année où j’ai établi le record était le jour de la coupe du monde de Courchevel avec surement une motivation extérieure plus forte. C’est plus dur en contre la montre, mais Axelle est très forte » a déclaré Laetitia, la légende du ski alpinisme féminin avec ses 17 titres mondiaux. Emily Harrop, 1ère espoir en 2020 en 28min14s, effectue elle aussi un bond considérable en améliorant de 31 secondes son record personnel et prend la seconde place de la manche en 27min43s. Lauréate des dernières éditions du Triathlon hors norme Dynastar X3 Courchevel (enchainement de cyclisme, trail et ski alpinisme : prochaine édition le 18 avril 2021) et du Felt X3 Courchevel (enchainement aviron indoor, cyclisme et trail : prochaine édition le 15 août 2021), Laura Deplanche arrache la 3ème place avec un beau chrono de 27min53s, après une lutte acharnée avec l’Américaine Grace Staberg, 4ème en 27min59s et la Slovaque Marianna Jagerckova, 5ème en 28min15s.

Emily Harrop
Grace Staberg

Au classement général provisoire, L’Italienne Alba De Silvestro, victorieuse de la 3éme manche en 27min11s et championne d’Italie de ski alpinisme en épreuve Individuelle le week-end dernier, s’intercale en seconde position entre Axelle et Emily.

La remise des prix 2020 animée par Nelson Monfort et Ludovic Collet.

La remise des prix de la saison 2020 des Millets Ski Touring initialement prévue le 18 mars 2020 avec le concert de Shy’m, mais annulée pour cause du confinement, a eu lieu ce samedi 23 janvier 2021 à partir de 15 heures à l’issue de cette 4ème manche des MSTC. Elle a été effectuée dans la salle de la Facim à huis clos avec l’ensemble des lauréats et animée par Ludovic Collet assisté du célèbre journaliste sportif Nelson Monfort, parrain de la course qui a mouillé le maillot sur cette 4ème en réalisant 1h19min01s au bout des 3,2km et 500m D+ du parcours.

Nelson Monfort

La cérémonie a été retransmise en direct sur la page facebook de Courchevel Sports Outdoor.

Malgré l’annulation de la finale 2020, la « Decima » qui affichait complet, le bilan reste très positif avec 13 manches disputées sur le parcours officiel (3,2km / 500m D+) entre Courchevel Le Praz et Courchevel 1850, 1399 départs donnés et 724 compétiteurs classés.

Pour la 4ème fois consécutive, Axelle Gachet Mollaret, 5ème au général de la Coupe du Monde 2020 elle aussi tronquée à cause de la pandémie, décroche en 25min45s le Trophée en crystal Raymond et René Millet, les fondateurs de la Société partenaire Millet accompagnés d’un prize money de 2000€, avec la fervente intention de battre le record de Laetitia Roux en 2021. Jessica Pardin termine seconde en 21min37s devant la slovaque Marianna Jagercikova en 27min49s.

Marianna Jagercikova

Chez les hommes, le Suisse Rémi Bonnet, 9ème au général de la Coupe du Monde 2020 tout en ayant fait l’impasse sur la 1ère étape, l’emporte pour la 3ème fois en 21min20s en battant à la clé le record absolu détenu par le légendaire Kilian Jornet en 22min01s depuis 2015. « Maintenant que j’ai réussi à décrocher le record de l’épreuve, je pense que l’objectif suivant sera de casser la barre des 21 minutes» annonce-t-il en duplex. Un podium final royal a clôturé cette saison 2020 avec Xavier Gachet second en 21min37s et Gédéon Pochat troisième en 22min02s.

Xavier Gachet

Chez les moniteurs ESF, les classements finaux s’établissent comme suit :

– podium masculin : Joris Perillat Pessey (ESF La Clusaz) en 22min34s devant Alexis Sévennec (ESF Morzine) en 22min38s et Thibault Anselmet (ESF Bonneval sur Arc) en 22min38s.

– podium féminin : Emily Harrop (ESF Plagne Aime 2000) en 28min14s devant Candice Bonnel (ESF Valmorel) en 28min23s et Laura Deplanche (ESF La Toussuire) en 28min26s.

Laura Deplanche

Au total, 77 monitrices et moniteurs classés pour plus de 20 écoles.

En 2020, 7 concurrents ont participé aux 13 manches : Laurent Vially, Pascale Gachet-Mauroz, Mickael Chapuis, Laetitia Renard, Philippe Mottier, Yann Popovitsch et Jean-Louis Fillatre : félicitations à eux. Le trophée du meilleur déguisement 2020 de notre partenaire Deguisetoi.fr normalement décerné lors de la finale a été offert à Olivier Cellier qui est venu comme à son habitude déguisé tout au long de la saison.

Suite du programme pour l’édition 2021

Les Millet Ski Touring Courchevel (MSTC) 2021 vont se poursuivre tous les mercredis et samedis de 10h à 15h jusqu’à l’ouverture des remontées mécaniques dans le respect des mesures sanitaires. Ces courses de ski de randonnée retrouveront ensuite le rythme de croisière chaque mercredi soir à partir de 18h jusqu’à la grande finale déguisée et le concert de Keen’V le 17 mars. Dans ce contexte, chaque manche se disputera en prenant en compte les temps du mercredi et du samedi de la semaine et pour les concurrents participant aux 2 montées hebdomadaires, seul le meilleur temps réalisé sera validé pour le classement de la manche.

En cas d’un confinement prononcé par le gouvernement qui ne permettrait pas de réaliser un minimum de 10 manches, cette saison 11 serait alors interrompue et reprendrait le mercredi 22 décembre 2021 pour s’achever le mercredi 16 mars 2022.

En attendant, prochains rendez-vous : Manche 5 : Mercredi 27 et samedi 30 janvier de 10h à 15h

Pour en savoir plus : Infos et résultats : www.courchevelsportsoutdoor.com

Le trail, un effort de longue durée, donc d’intensité moyenne et peu contraignante pour le système cardio-vasculaire ? Pas si simple, car les contraintes de terrain (dénivelé, technicité…), mais aussi les contraintes environnementales (chaleur, froid, vent…) peuvent avoir un impact très important de par leur intensité ou leur rapidité de variation. Explications et conseils pour éviter les blessures du cœur…

Dans la pratique du trail, le point de vue du cardiologue est à la fois anecdotique et vital… Anecdotique, car le système cardio-vasculaire n’est pas le facteur limitant dans une épreuve de trail. Certes, il est nécessaire que le cœur soit entraîné pour suivre le rythme et la durée, mais les efforts du trail se situent le plus souvent bien en dessous de la VO² max, et même en dessous du premier seuil ventilatoire. Le cœur n’est en général pas responsable si le traileur n’arrive pas au bout d’une course. Mais vital car pour les rares accidents graves qui surviennent au cours d’un trail, le coupable est bien désigné : c’est une défaillance cardiaque dans 90% des cas. Or, et c’est bien là le nœud de l’affaire, une grande partie de ces accidents pourrait être évitée : pour près de 50% des victimes, l’accident a été précédé par des signaux d’alerte qui ont été négligés… En trail, le système cardio-vasculaire doit être capable d’une large amplitude d’adaptation dans un environnement parfois très hostile. Les conséquences aiguës d’un effort d’endurance (au-delà de 4-5 heures) sur le cœur ont été appréhendées par des études échocardiographiques (Middleton et coll., 2006) qui montrent globalement une altération de la fonction systolique (fonction contractile), surtout chez les sujets mal entraînés. Cette dégradation est de faible amplitude et récupère globalement en moins d’une semaine. Mais certaines altérations concernant le cœur droit ou la fonction diastolique (relaxation du ventricule gauche) peuvent persister un mois. Ces observations sont confortées par des dosages biologiques (BNP, troponine) qui montrent des élévations transitoires dans les suites d’un effort de longue durée. Toutes ces modifications sont en faveur d’une fatigue – ou d’une souffrance – transitoire du système cardio-vasculaire lors d’un exercice prolongé, mais il n’existe actuellement aucun élément pour affirmer que ceci entraîne des lésions structurelles non réversibles.

Qu’en est-il des effets de l’entraînement régulier sur le cœur du traileur ?

Ces effets sont connus depuis longtemps et sont observés globalement dans tous les sports d’endurance. Il s’agit d’une dilatation du ventricule gauche. Cette dilatation est harmonieuse et s’associe à une augmentation minime des épaisseurs des parois ventriculaires, et surtout à l’absence de toute anomalie fonctionnelle du ventricule gauche, que ce soit en termes de contraction (fonction systolique) ou de relaxation (fonction diastolique). Cette adaptation s’accompagne d’un ralentissement de la fréquence cardiaque au repos. Il est important d’insister sur le fait que toute anomalie du rythme cardiaque ou de l’électrocardiogramme doit être considérée comme pathologique jusqu’à preuve du contraire. Elle ne doit absolument pas être mise, a priori, sur le compte de l’entraînement. Ce qui reste actuellement peu connu, est le retentissement et le mode d’adaptation du cœur droit. Il est lui aussi dilaté mais les limites entre ce qui est adaptation – et donc potentiellement réversible – et lésion irréversible restent encore à définir. Au total, on pourrait dire que le cœur du traileur est un cœur  « super normal » : c’est-à-dire qu’il s’agit d’un cœur strictement normal sur le plan fonctionnel, mais dont les capacités se sont adaptées aux efforts parfois intenses, et surtout de longue durée.

Que faire pour éviter les blessures du cœur ?

-S’entraîner régulièrement suivant un protocole adapté à sa condition physique, au contexte et aux objectifs envisagés. Un entraînement insuffisant ou mal adapté risque d’entraîner une blessure ou un accident lors de la réalisation d’une compétition ou d’un entraînement. Une pratique excessive peut aboutir au surentraînement avec une baisse des performances. Attention aux entraînements en groupe avec des personnes d’un niveau différent.

-Avoir de bonnes habitudes d’entraînement :

-Échauffement : il est fondamental avant tout exercice.

-Hydratation : l’eau est indispensable au moteur pour sa carburation, son refroidissement, sa lubrification, son nettoyage, son effet anticorrosion… Avec modération cependant pour éviter toute hyponatrémie.

-Récupération : elle est indispensable à la reconstitution de l’organisme et à son adaptation pour de nouvelles (et meilleures) performances.

-Tenir compte des contraintes environnementales :

Le froid nécessite du bon matériel et un bon entraînement.

La chaleur est redoutable surtout en cas d’humidité.

L’altitude demande une période d’acclimatement.

La pollution est sournoise et capable de favoriser des accidents ou des lésions irréversibles.

-Lutter contre les facteurs de risque et en particulier le tabac. Les autres facteurs de risque (diabète, hypertension artérielle, dyslipidémie…) sont améliorés par l’activité physique régulière. Ce n’est malheureusement pas aussi net pour le tabac. Or, les effets de l’intoxication tabagique sont majeurs lors d’un effort, avec un sur-risque d’accident cardiaque, en particulier pour les heures qui précèdent ou qui suivent l’entraînement. Et surtout, 5 à 10% d’hémoglobine encombrée par de l’oxyde de carbone… est-ce bien raisonnable pour un traileur ?

-Respecter une interruption d’entraînement en cas de maladie, en particuliervirale (grippe, angine, bronchite…). Certaines affections virales touchent le cœur sans que l’on s’en aperçoive, et sont alors capables de provoquer une mort subite lors d’un effort. Cette notion reste malheureusement trop peu diffusée. Encore une idée reçue contre laquelle il faut lutter : « Un bon entraînement pour chasser les miasmes ». Il peut tout simplement être… mortel. Le piège est que le risque perdure jusqu’à une semaine après la guérison.

-Attention aussi à l’automédication : Certains médicaments comme les anti-inflammatoires peuvent avoir des effets très néfastes sur le système cardio-vasculaire, mais aussi au niveau rénal. Les corticoïdes sont aussi à manier avec précaution. Ne parlons même pas des extraits thyroïdiens, des diurétiques, des androgènes, des produits dopants, des « compléments alimentaires » ou « boissons du sportif » dont la composition est mal définie.

-S’écouter, et ne pas négliger des symptômes qui peuvent être une sonnette d’alarme : toute douleur thoracique, palpitations, malaise, essoufflement anormal à l’effort doivent interpeller et amener le sportif à consulter un médecin. Cette règle, toute simple, pourrait permettre à elle seule d’éviter près de 50% des accidents cardio-vasculaires.

-Solliciter un avis médical initial, puis annuel qui doit comporter :

un interrogatoire complet et sincère,

-un examen clinique cardio-vasculaire (recherche de souffle, prise de tension artérielle…),

-un ECG initial, à renouveler tous les 3 ans entre 12 et 20 ans, puis tous les 5 ans jusqu’à 35 ans (Carré et coll., 2099), puis tous les 2 à 5 ans en fonction du contexte,

-un dépistage des facteurs de risque : interrogatoire et bilan biologique initial à la recherche d’un diabète, d’une hypercholestérolémie, d’une insuffisance rénale, d’une anémie…

-éventuellement une épreuve d’effort. Ce dernier examen n’a aucune utilité chez le jeune sportif, régulièrement entraîné et sans facteurs de risque. Il est recommandé chez tous les sportifs présentant des facteurs de risque, et lors d’une reprise d’activité physique après un arrêt prolongé (plus d’un an) à partir de 35 ans chez l’homme et 45 ans chez la femme. Rappelons que l’épreuve d’effort doit être « maximale » et toujours poussée jusqu’à l’épuisement musculaire.

-Autres examens para-cliniques :

-L’échocardiographie n’est pas impérative, elle peut être utile en fonction des données de l’examen clinique.

-La place de la VO2 max chez le traileur n’a d’intérêt qu’à visée de la performance ou de l’adaptation de l’entraînement. Il ne s’agit alors pas d’un examen réalisé pour des soins, et il est donc logique qu’il ne soit pas pris en charge par l’assurance maladie (pas plus qu’elle ne prend en charge la diététique ou le remplacement régulier de l’équipement !). La VO2 max permet d’apprécier l’état d’adaptation globale du sportif en précisant : la VO2 max (“cylindrée du moteur”), les premiers et éventuellement deuxième seuils ventilatoires qui permettent d’adapter l’entraînement, les capacités (voire les limites) ventilatoires à l’effort, les qualités d’adaptation à l’effort et de récupération. Deux examens, l’un pratiqué en début, l’autre dans la deuxième phase d’une saison d’entraînement permettent d’en apprécier le bénéfice et de l’orienter en vue d’un objectif défini.

-Enfin, dernier conseil, et non des moindres : Se faire plaisir…

Par Vincent Lafay, médecin cardiologue et docteur en physiologie des environnements extrêmes. Photos Adobe Stock

A lire

RUNNING, TRAIL, OBJECTIF ZERO BLESSURE

Prévenir, repérer et prendre en charge les différentes pathologies du coureur

Coordonné par le Dr Jacques Pruvost. Publié aux Editions du Chemin des Crêtes. Disponible sur www.chemindescretes.fr

Suite au manque de neige, il a fallu ré-enneiger le parcours de ski de randonnée des Millet Ski Touring Courchevel avec l’aide des services de la Mairie de Courchevel et de la Société des 3 Vallées en début de semaine pour permettre aux skieurs de randonnée de pourvoir disputer la 3ème manche de la saison (Mercredi 13 et samedi 16 janvier) sur un tracé bien préparé. Une bonne sous couche a pu être mise en place avant l’arrivée des précipitations neigeuses du mardi 12 janvier en fin de journée. Des conditions idéales étaient au rendez-vous ce mercredi 13 janvier pour la première journée de cette 3ème manche des MSTC « new-look ». Après un cumul de 40 cm centimètres de neige fraiche tombée dans la nuit et le passage de la chenillette à l’aube, la trace était parfaite et propice à de remarquables performances.

Michele Boscacci

Après un rapide repérage des 3,2km et 500m D+ de ce parcours de Vertical Race entre Courchevel Le Praz et Courchevel sur lequel ils s’étaient déjà illustrés en 2014 lors de la Coupe du Monde de ski alpinisme de Courchevel, les très attendus membres de l’équipe nationale Italienne Michele Boscacci et Alba De Silvestro se sont rendus au départ dans les meilleures conditions. 22min11s plus tard, le verdict était tombé pour Michele qui s’empare de la tête du classement général provisoire 2021 et qui devient le meilleur Italien sur ce parcours mythique en claquant le 6ème top chrono depuis 10 ans. Alba De Silvestro n’est pas en reste. Avec une montée de 27min12s, elle réalise les mêmes prouesses que son compagnon : la 6ème meilleure performance féminine depuis 10 ans et la tête du classement général provisoire de cette 11ème saison.

Alba De Silvestro

Pourtant, rien n’était joué sur cette 1ère journée. Titulaire du 5ème meilleur temps de l’épreuve en 22min07s, Yoann Sert, membre de l’équipe de France de ski alpinisme, avait les atouts pour venir bouleverser les ardeurs des Azzurris. Avec un temps de 23min26s pour sa 1ère montée de la saison, il truste la seconde place du podium et prend la 3ème position du classement général provisoire 2021. Nul doute qu’il n’en restera pas là d’ici la fin de la saison.  Pour compléter ce podium bien international, Le Britannique Simon Twigge  réalise  le meilleur temps de samedi en 27min11s ce qui le propulse sur la 3ème marche.

Yoann Sert

Chez les féminines, derrière Alba intouchable sur cette 3ème manche, Lucille Germain, membre de l’équipe de France de course en montagne (vice-championne de Trail élites en 2019, 21ème des championnats du monde de Trail et championne du monde de Trail par équipe 2019) fait coup double. Ce samedi 16 janvier, au milieu de centaines de randonneurs venus profiter de conditions exceptionnelles, elle réalise le 2ème temps de la manche en  32min56s agrémenté de la 3ème place provisoire du classement général des MSTC 2021. Elle précède Caroline Rainieri qui, en 36min21s,  s’offre son second podium consécutif.

Lucille Germain

Une 4ème manche palpitante avec, à la clé, la remise des prix de la 10ème saison le samedi 23 janvier.

La remise des prix de la saison 2020 des Millets Ski Touring initialement prévue le 18 mars 2020 avec le concert de Shy’m, mais annulée pour cause du confinement, aura lieu le samedi 23 janvier 2021 à partir de 15 heures à l’issue de la 4ème manche des MSTC. Elle sera effectuée dans la salle de la Facim à huis-clôt avec l’ensemble des lauréats, et sera animée par Ludovic Collet assisté du célèbre journaliste sportif Nelson Monfort, parrain de la course.

La cérémonie sera retransmise en direct sur la page facebook de Courchevel Sports Outdoor.

Une célébration qui va rendre très excitante la 4ème manche de cette saison qui sera disputée le mercredi 20 et le samedi 23 janvier de 10h à 15h avec les participations de tous les lauréats 2020 lors de la seconde journée de course. Un beau suspens en perspective et peut-être de nouveaux records à la clé.

Prochains rendez-vous : Manche 4 : Mercredi 20 janvier et samedi 23 janvier de 10h à 15h

Pour en savoir plus : Infos et résultats : www.courchevelsportsoutdoor.com