La 7ème édition du Serre Che Trail Salomon se renouvelle et proposera des parcours inédits.

Le week-end des 12 et 13 septembre 2020 verra l’émergence de nouveaux tracés avec un 26km transformé à 100% et l’ex 52km évoluant à 56km pour près de 4000 mètres de dénivelé positif.

Le Tour des Chapelles 12km reste quand à lui inchangé.

Avec une jauge max définie à 2000 coureurs tous formats de courses confondus, la totalité des dossards devrait trouver preneurs. Les inscriptions enregistrent une hausse de 40% par rapport à 2019 à la même date.

Olivier Gaucher, organisateur et directeur de course, suit au plus près l’évolution de la situation sanitaire actuelle: « Toute l’organisation est dans les starting block, et nous saurons nous adapter sans difficulté aux conditions du moment. Un protocole sanitaire est déjà institué et sera adapté en fonction des exigences gouvernementales, mais surtout des retours des courses d’août. Des départs par vagues sont totalement envisageables si besoin.  L’ engagement d’un remboursement à 100% des dossards en cas d’annulation COVID-19 sera tenu sans problème. »

Renseignements et inscriptions: www.trail-serre-chevalier.com
Photos de Cyrille Quintard

Plus haut sommet des Alpes du Sud, la mythique Barre des Écrins et ses 4102 m fait rêver tous les alpinistes et traileurs. Le 29 juin 2020, Romain OLIVIER, membre de la Team Trail CimAlp s’apprête à faire une tentative de record lors d’un aller-retour vers ce mastodonte des Hautes-Alpes depuis Vallouise, dans le Pays des Écrins (05). Au programme, 49 km et 2500 m de dénivelé positif, un défi de haut vol !

 #1. ROMAIN OLIVIER, ULTRA TRAILEUR & GUIDE DE HAUTE MONTAGNE

Originaire des Hautes-Alpes, Romain OLIVIER est un traileur aguerri. Vainqueur de l’Oman by UTMB®2019 avec plus d’1h30 d’avance sur Julien CHORIER et Seb CHAIGNEAU, ce guide de haute montagne aime relever de nouveaux défis. Amoureux de son territoire et comme un clin d’œil à sa femme qu’il a demandé en mariage au sommet de la Barre des Écrins, Romain s’élancera lundi 29 juin, de nuit, à la conquête de ce sommet des Hautes-Alpes. Sa première course depuis la levée du confinement.

LE PARCOURS

Le départ est donné depuis le village de Vallouise dans le Pays des Écrins jusqu’au pré de Madame Carle, lieu de départ de nombreuses randonnées. Puis direction le glacier Blanc. Une corde statique de sécurité attend Romain sur la partie sommitale de la Barre des Écrins avec tout du long des amis et un guide de haute montagne au sommet pour accomplir cette ascension en toute sécurité. Le retour se fait par le même chemin en sens inverse.

« La Barre des Écrins sera un défi alpin entre copains montagnards et une famille construite à travers la montagne » – Romain OLIVIER

L’OBJECTIF

Romain Olivier souhaite, par le biais de cette ascension, promouvoir les paysages du Parc national des Écrins et du Pays des Écrins, mais également faire prendre conscience à tous de l’impact du réchauffement climatique sur la montagne. La preuve avec le glacier Blanc qui connaît une fonte record sur 20 ans de mesure avec près de 16,40 m d’épaisseur de glace en moins…

 #2. LA BARRE DES ÉCRINS, LE « 4000 » LE PLUS MÉRIDIONAL DES ALPES – ALT 4102 M

Situé dans le Pays des Écrins, au cœur du Parc national des Écrins, la Barre des Écrins est le point culminant des Alpes du Sud avec ses 4102 m d’altitude. Considéré comme le toit des Hautes-Alpes, il était le point culminant de la France jusqu’au rattachement de la Savoie en 1860 qui a fait du Mont-Blanc le nouveau sommet du pays. De nombreux alpinistes partent à l’assaut de la Barre des Écrins durant la saison estivale.

INSOLITE : pendant de nombreuses années, les alpinistes considéraient le Pelvoux comme le point culminant du massif. La Barre des Écrins n’a été découverte que tardivement, en 1864, par l’alpiniste Edward Whymper qui avait à cœur de gravir le plus haut sommet du pays.

POINTS D’INTÉRÊTS SUR LE PARCOURS

Vallouise, village typique des Hautes-Alpes

Village pittoresque qui a su garder son charme d’antan, cette commune, située aux portes du Parc national des Écrins s’étend de 1200 m à 3669 m d’altitude (sommet des Bans). Elle se trouve en plein cœur de la vallée du même nom, située aux confins de la vallée du Gyr et de l’Onde. Lieu de villégiature idéal pour les amoureux de la montagne, sa situation géographique permet un accès aux différents sites de randonnée, d’alpinisme ou encore d’escalade.

Le Pré de Madame Carle, porte d’accès vers le glacier Blanc

Ancienne plaine fertile au fond de la vallée de la Vallouise, le Pré de Madame Carle est l’une des merveilles touristiques du Pays des Écrins. À proximité du glacier Blanc, ce site protégé est le point de départ de randonnées mémorables en montagne.

Le glacier Blanc, le plus grand des Alpes du Sud

Le deuxième lieu le plus visité du Parc national des Écrins (après le Pré de Madame Carle), le glacier Blanc, sous haute surveillance, est un des bijoux du Pays des Écrins. Un lieu unique où la montagne et la glace ne forment qu’un ! Le front du glacier Blanc se situe à 2300 m d’altitude, il prend sa source au pied de la Barre des Écrins à 4000 m d’altitude.

Après des mois de confinement, It’s « time to play again » pour les 8 athlètes de la Team Salomon qui s’apprêtent à prendre part à un véritable défi physique à travers la France en relais. L’occasion de mettre en avant les valeurs du sport mais aussi les magnifiques paysages de notre territoire. Durant ce challenge sportif et humain, ils feront la promotion de la gamme Golden Trail Series de Salomon. Les ventes de celle-ci contribueront au don prévu par la marque en réponse à l’appel d’urgence Covid-19 lancé par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). « Le sport a été mis à rude épreuve ces derniers mois. Alors que de nombreuses courses ont été annulées, les valeurs du sport restent pourtant très présentes dans l’univers collectif : solidarité, respect, esprit d’équipe, et dépassement de soi. Ces valeurs fortes se sont avérées essentielles durant la crise sanitaire que nous avons connue. Plus que jamais, il est indispensable aujourd’hui, de les faire perdurer pour se reconstruire » explique Véronique Rémy, Directeur Marketing Salomon France et Belgique.

Des athlètes de renom pour un sacré challenge

Il y a encore quelques mois, les athlètes Salomon avaient de grandes ambitions pour la saison 2020. Leurs challenges ayant quasiment tous été avortés, ils n’attendent qu’une chose, remettre leurs chaussures de running et arpenter les sentiers vers de nouveaux objectifs. « Avec la pandémie et les règles sanitaires en place, toutes les courses prévues aux programme jusqu’à août ont été annulées. Trouver un challenge pour motiver les athlètes à s’entrainer et se dépasser était très important.  Ce concept de course en équipe est également un outil de cohésion très fort pour la Team Salomon qui n’a jamais l’opportunité de passer autant de temps ensemble sur un projet » explique Jean-Michel Faure-Vincent, responsable de la Team Salomon France. C’est dans cette idée de nouveau challenge et de partage de valeurs sportives que 8 athlètes de la Team Salomon vont s’élancer dans une course en relais, de près de 1000 km et 41600mD+ à pied et à vélo, en 6 jours à travers la France.

Du 5 au 11 juillet 2020, François D’haene, Thibaut Baronian, Sébastien Spehler, Michel Lanne, Camille Bruyas, Theo Détienne, Julien Michelon et Nathan Jovet, se relaieront de Châtenois/Alsace à Nice via les Vosges, le Jura, et les Alpes. Les athlètes feront découvrir notre beau territoire au travers de photos et vidéos. Durant cette traversée, ils seront rejoints par des invités surprises qui prendront part à l’aventure. 

Pour François D’haene, « ce projet est l’occasion de faire voyager les gens avec nous, avec un brin d’aventure et de suspens (humour – fatigue – montagne), proposer une belle trace longue et logique plutôt qu’établir un chrono à tout prix ou un temps de référence – montrer un esprit d’équipe et partager nos expériences de l’ultra ».

« Participer à une expérience unique, qui sera peut-être la seule tous ensemble. Partager aussi des moments “hors zone de confort” qui ne sont pas forcément faciles à caser dans une saison classique. Vivre des moments qu’on ne vit que sur de telles aventures. L’envie d’être avec vous, sans pression, sans course, juste en faisant ce qui nous fait kiffer toute l’année » renchérit Thibaut Baronian.

Camille Bruyas, la seule féminine de l’équipe est ravie de prendre part à l’aventure et espère pouvoir apporter de la motivation à tous ceux qui vont les suivre et les accompagner sur ce relai.

 À la découverte des plus beaux paysages français

Cet été, pour la majorité des Français les vacances se feront sur le territoire hexagonal. L’occasion pour nombre d’entre eux de découvrir ses magnifiques paysages, et notamment ses reliefs montagneux. « Avec la création de cette traversée, nous souhaitons inspirer les Français, leur faire découvrir la diversité et la splendeur de nos territoires et les inciter à venir jouer dehors »  se ravit Véronique Rémy. Quant aux fans d’outdoor, ils pourront suivre l’aventure des 8 athlètes sur le site Salomon, et voir leur évolution grâce à un traçage GPS. Libre à chacun, par la suite, de tenter de se dépasser sur ces sentiers empruntés par les athlètes. Ils pourront également échanger avec les athlètes sur leurs réseaux sociaux.

Les valeurs de cette traversée

-PLAY – Reprendre du plaisir à courir avant tout, même sans dossard

-EXPLORE – Découvrir le territoire français et notamment la montagne

-CHALLENGE – Toutes les traces du parcours de trail mis en ligne grâce à Suunto et accessibles en téléchargement

-CARE – Soutenir les athlètes et la Croix Rouge avec la capsule GTS. 50% des profits seront reversés à la Croix rouge

Une traversée solidaire

Associer cette aventure à une cause, est apparu comme une évidence pour Salomon. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), mondialement connu et reconnu, joue un rôle crucial dans la lutte actuelle contre le Covid-19. Un appel d’urgence vient d’être lancé. Le CICR vient en aide aux personnes touchées par divers conflits dans le monde. Les efforts de l’organisation dans le cadre de la crise du Covid-19 visent à apporter une aide humanitaire sous la forme de fournitures médicales et de matériel, mais aussi un soutien financier et la formation de personnel pendant la pandémie mondiale. C’est donc tout naturellement que Salomon a décidé de lui apporter un soutien financier en reversant une partie des bénéfices liés à la vente de la série limitée GTS au CICR. En effet, durant leur périple, les athlètes porteront et feront la promotion des produits Salomon GTS (Golden Trail Series) Limited Edition.

La collection GTS au profit de la Croix Rouge

Nouveauté de l’été 2020, la collection Golden Trail Series (GTS) rend hommage au circuit international de trail running lancé par Salomon il y a trois ans. Et ce, afin de réunir les plus grands athlètes de ce sport et d’organiser les courses les plus exigeantes. Dans cette édition limitée, les modèles les plus populaires de la marque, chaussures, vêtements et équipements se parent de nouveaux coloris et du logo Golden Trail Series. La gamme GTS est disponible dans les magasins Salomon et magasins partenaires premium dans 20 pays, ainsi qu’en ligne sur Salomon.com

 Le Parcours

La traversée sera découpée en 5 étapes du 5 au 11 juillet 2020.

Vous pouvez suivre la progression des athlètes sur Salomon et sur les réseaux sociaux avec le #laGrandeTraverseeSalomon

Après des semaines de travail sur différents scénarios, l’équipe de L’Echappée Belle, ultra traversée de Belledonne, est heureuse d’annoncer sa décision de poursuivre la préparation de l’édition 2020 qui aura lieu les 21, 22 et 23 août.

Tous les feux sont au vert du côté de l’organisation : les bénévoles ont répondu présent, les refuges rouvrent, les communes, le territoire et les partenaires soutiennent la course. La tenue effective de l’événement est toutefois suspendue à la validation définitive pendant l’été par les préfectures de l’Isère et de la Savoie (dossier en cours d’évaluation). Un risque que l’organisation accepte de prendre, elle en assumera les conséquences en proposant un remboursement à 80% en cas d’annulation.

Un parcours avec de très légères modifications dans son tracé  

Malgré la situation compliquée, l’organisation a à cœur de proposer une belle édition avec pour priorité la sécurité de tous et le respect de « l’ADN » Échappée Belle. Les 1700 coureurs inscrits sur les 3 parcours pourront vivre cet été une aventure en Belledonne qui restera intacte avec des parcours quasiment inchangés. Le départ du 62km sera modifié, il se fera de la station du Collet d’Allevard. De très légères adaptations sur le 87km et le 149km auront peut-être lieu.  

Un événement «  adapté  » pour la sécurité de tous
De nombreuses mesures seront mises en place sur la course : départ par vagues et par cote ITRA, augmentation de l’autonomie alimentaire, mesures sanitaires sur les ravitaillements (lavage de mains, port du masque…), podiums au fil des arrivées, réglementation de l’accès du public et des accompagnants sur la course.
Les espaces réservés au repos, dortoirs et lits de camps, ainsi que les navettes vers les lieux de départ seront maintenus.
Le programme des animations sera également adapté à la situation, mais l’organisation fera tout pour conserver l’ambiance conviviale et chaleureuse de la course. 

Rendez-vous sur le site web de la course pour plus d’informations : www.lechappeebelledonne.com

Après plusieurs mois d’incertitude, les îles Canaries évoluent significativement en termes de déconfinement, notamment en ce qui concerne le tourisme et les grands événements  qui ont une importance capitale dans la relance de l’économie des îles.

Compte tenu de cela, Transgrancanaria HG travaille déjà sur sa 22e édition, qui aura lieu du 24 au 28 Février 2021 en respectant le protocole de santé et les indications fixés par les autorités au moment de l’événement.

Par conséquent, la direction de course a déjà fixé la date de l’ouverture des inscriptions au mercredi 15 Juillet. Des précisions seront apportées au cours des quatre prochaines semaines, mais comme d’habitude pour ses courses plus longues, la période des inscriptions à prix préférentiel prendra fin le 1er Octobre. Les 7 distances de la course seront maintenues : 360º, Classique, Advanced, Marathon, Starter, Promo-FamilyTrans-jeunes et enfants – bien que l’organisation ait prévu d’annoncer quelques changements dans les prochaines semaines.

Ce texte est un extrait du livre « Running, trail – Objectif zéro blessure », qui s’adresse à tous les trailers qui veulent prévenir les douleurs chroniques en agissant dès l’apparition des petites gênes ou tensions.

Ecrit par une équipe de médecins du sport, kinés, podologues et nutritionnistes, ce livre est une mine d’infos pour se préserver des blessures à court, moyen et long terme ! Il présente en effet tous les moyens de prévention, de l’amélioration de la condition physique à celle du geste technique, en passant par l’hygiène de vie et l’équipement sportif. Dans les prochains numéros d’Esprit Trail, nous partagerons d’autres extraits tirés de cet ouvrage précieux, mais commençons par un petit inventaire des pathologies les plus courantes chez les trailers et des meilleures stratégies de prévention…

© Mike Fouque – Fotolia.com

Pour les tendinopathies d’Achille :

Il ressort l’importance de l’adaptation du tendon à la charge. Cela passe par un travail régulier de l’élasticité et la souplesse du complexe musculo-tendineux par des étirements, ainsi qu’un travail régulier de la force du complexe notamment par un travail de renforcement musculaire en mode excentrique (les points d’insertion musculaire s’éloignent et le muscle s’allonge). Il convient d’augmenter progressivement la difficulté de ce travail par une augmentation douce et progressive du volume (nombre de répétitions) et/ou de l’intensité (charge soulevée), tout en respectant la non-douleur. La morphologie du pied, la répartition des contraintes au sol en statique et en dynamique, sont aussi des éléments pouvant être des facteurs de risque de survenue de pathologie de l’appareil suro-achilléo-plantaire. Il est donc important de faire un bilan podologie, et plus ou moins de mettre en place des semelles orthopédiques (orthèses plantaires) pour aider et prévenir. Attention cependant à ne pas porter de semelles orthopédiques de manière systématique ! Il s’agit de faire un bilan et d’évaluer la balance bénéfice/risque. Et bien entendu, il faut être à l’écoute d’une douleur éventuelle, qui sera un signal d’alarme à prendre en compte.

Pour les entorses de la cheville :

Le renforcement musculaire des stabilisateurs de la cheville, le travail du contrôle postural, ou le travail du contrôle sensori-moteur, sont des éléments à travailler lors de la pratique de l’entraînement. L’usage d’attelle (orthèse) amovible a aussi été rapporté comme étant un élément protecteur. Mais attention si l’on aide et protège l’organisme avec une attelle, il est important de réaliser un travail pour améliorer les capacités des chevilles. Un compromis peut être trouvé par le port d’attelle en situation de compétition (situation durant laquelle on est peut-être un peu moins vigilant car davantage focalisé sur la performance), mais sans l’utiliser lors des entraînements durant lesquels on peut être plus vigilant. Il est aussi fondamental de prendre correctement en charge une première (ou les épisodes subséquents) entorse de la cheville. Cela suppose de réaliser un diagnostic précis des lésions initiales et de mettre en place le traitement le mieux adapté, de reprendre progressivement les activités sportives et d’augmenter au fur et à mesure en restant dans la non-douleur.

© zphoto83 – Fotolia.com

Pour le genou

Un travail harmonieux des stabilisateurs du genou (quadriceps et ischio-jambiers), des stabilisateurs du bassin (dont le renforcement des moyens fessiers), un travail des appuis et une prise en compte de la morphologie et statique plantaire, ainsi qu’une souplesse des chaînes antérieures et postérieures, ont été décrits comme des éléments favorisants la prévention.

© astrosystem – Fotolia.com

Pour les lésions musculaires

Il est important que le muscle soit bien préparé, autant en termes de force musculaire, d’élasticité que d’endurance. Les aspects hydratation et alimentation, ainsi que les éléments biomécaniques (techniques de course et de pose d’appui) sont à prendre en compte.

Pour les lésions cutanées

Il est important de noter qu’elles représentent des pathologies importantes chez les traileurs. Dans l’entraînement, il ne suffit donc pas de faire progresser l’appareil cardio-respiratoire et musculaire, il faut aussi faire progresser le système cutané. Pour cela, il faut repérer les zones de faiblesses, les protéger, les accompagner pour qu’elles se consolident. Il faut mettre en place des contraintes mécaniques proches de celles durant un trail. Il convient d’utiliser le même équipement : mêmes chaussures et mêmes chaussettes, pas de nouvel essai pour le jour J de la compétition ! La peau doit pouvoir bénéficier d’une adaptation progressive, sans être agressée ni lésée, durant les semaines voire les mois avant la compétition. L’humidité étant un élément favorisant les lésions cutanées, il convient de faire attention aux flaques, aux conditions de pluie, voire au système d’évacuation de la sueur. La prise en charge précoce d’une lésion cutanée (ampoule ou brûlure cutanée aux zones de plis) est indispensable pour que celle-ci ne s’aggrave pas et n’empêche pas la poursuite de la pratique.

Par le Dr Pascal Edouard

RUNNING, TRAIL

OBJECTIF ZERO BLESSURE

Prévenir, repérer et prendre en charge les différentes pathologies du coureur

Coordonné par le Dr Jacques Pruvost

Publié aux Editions du Chemin des Crêtes

Disponible sur www.chemindescretes.fr

Un numéro qui ouvre grand les meilleures archives de Cyrille Quintard, notre photographe de trail, qui vous fait découvrir le Mont Teide à Ténériffe dans les pas d’Alain Bustin, qui vous propose de partir cet été à la découverte du GR 20 ou des Portes du Soleil à défaut d’y courir un ultra trail… Avec les textes et chroniques de nos contributeurs fidèles: Sandrine Nail-Billaud qui vous apprend à être auto-suffisant au long cours, Sébastien Mena qui vous initie à la cohérence cardiaque, Jacques Pruvost qui vous met en garde contre le burn-out du trailer, Bénédicte Opsomer et Pascal Jover qui vous révèlent tous les secrets du Running Yogi, Ségolène Chatel qui prodigue ses conseils pour lâcher enfin prise. Faites aussi la rencontre d’Ingrid Tissot, visitez la ferme de Maxime Cazajou, et suivez les conseils de Frédéric Gingreau qui refuse le confinement mental. Entre autres… Faites le plein d’air pur avec ESPRIT TRAIL !

A deux mois des Trails des Lacs d’Orcières, prévus les 1 et 2 août prochains, les organisateurs confirment le maintien de l’organisation !

(c) G. Baron

Sous réserve d’une levée des mesures actuelles (pratique sportive en groupe limitée, distanciation…) et bien sûr de l’obtention des autorisations administratives, les organisateurs s’attèlent à pouvoir accueillir les participants selon le programme initial.

A savoir, samedi 1er aout : courses enfants et Kilomètre vertical d’Orcières ; dimanche 2 août : Trails 40km/23km et 11km.

(c)Emma V.

Des mesures sanitaires seront bien entendu mises en place par l’organisation afin d’accueillir les participants dans les meilleures conditions, que ce soit lors du retrait des dossards, comme dans l’aire de départ/arrivée ou les zones de ravitaillements, entre autres.

Les organisateurs s’adapteront, avec sagesse et responsabilité, aux conditions sanitaires du moment. Et en cas d’annulation liée au Covid19, les organisateurs s’engagent à rembourser intégralement le montant des inscriptions à tous les participants.

En maintenant la course, les organisateurs espèrent pouvoir apporter leur soutien au tissu économique local fragilisé par cette crise. Il est déjà acté que l’intégralité des ravitaillements, cadeaux de bienvenue et récompenses seront achetés en totalité chez les commerçants de la commune.

Les organisateurs ont bon espoir de pouvoir proposer un beau weekend de trails, où règneront sans nul doute tout ce qui a tant manqué ces dernières semaines : évasion, liberté, partage, grand air, de découverte ou encore de dépassement de soi.

Infos et inscriptions : www.trails-orcieres.com ou 06 52 68 42 47

A circonstances particulières, tenue du Trail particulière… Prévue initialement le samedi 30 mai 2020, la 7e édition du Trail des Pyramides Noires, organisée par la Mission Bassin Minier Nord-Pas de Calais, a été reportée au 29 mai 2021 en mars dernier. Mais l’équipe organisatrice souhaitait tout de même faire un clin d’oeil aux coureurs du trail en ce 30 mai 2020.


Décalées et humoristiques, plusieurs vidéos ont été postées sur la page Facebook du Trail des Pyramides Noires tout au long de la journée du 30 mai 2020. On peut y suivre les aventures de Gilles, organisateur du trail désemparé qui s’improvise coureur le temps d’une journée et participe à sa manière au Trail des Pyramides Noires 2020. A travers ces vidéos, l’équipe organisatrice a souhaité que les
coureurs du Trail des Pyramides Noires puissent profiter de la course d’une autre manière… Et leur faire découvrir ou redécouvrir ce parcours composé notamment de 22 terrils, 2 000 m de dénivelé positif et d’éléments du Bassin minier Patrimoine mondial, à travers
quelques vidéos humoristiques, en immersion et plutôt décalées. Malgré le report en 2021 de la 7e édition suite au Covid-19, l’ambiance du trail reste inchangée.


Pour suivre les aventures de Gilles pour le Trail des Pyramides Noires 2020, de la préparation à son arrivée
sur le site du 9-9bis à Oignies, suivez ce lien : https://bit.ly/TPN20