Le Dévoluy (Hautes-Alpes)- 8 septembre 2019

L’étape 2 a été marquée par les nombreux éboulis traversés, les chourums, 3 combes et le passage sur l’emblème du Dévoluy : le Pic de Bure. La Traversée Héroïque est un spot mythique du massif, aussi bien en hiver qu’en été, avec la traversée du chourum, cavité propre au Dévoluy. Cette étape avait également un classement dans le classement : un aller-retour au Pic de Bure depuis la sortie de la combe d’Aurouze chronométré.

Une étape de 22km et 2200 D+ qui a été courue en 3h11 par Nicolas Hairon et Romain Bui, gagnants de l’étape 1 et de cette première édition de la Grande Trace Dévoluy Été. Nicolas a chuté lors de la redescente du Pic de Pure, ce qui leur a fait perdre une vingtaine de minutes. C’est leur avance qui leur a permis d’arriver malgré tout en tête. Les derniers ont mis plus de 7h.

Au départ : 90 équipes, 9 équipes femmes, 46 équipes hommes, 27 équipes mixtes, 50 bénévoles

Le mot du Comité d’organisation de La Grande Trace :

« D’un point de vue conditions météorologiques, le temps était un peu automnal avec du froid et du vent. Côté parcours, il était exigeant et apprécié pour ça. Des sections très techniques, comme la Traversée Héroïque, ont mis certains coureurs en difficulté, ainsi que la montée et remontée au mythique Pic de Bure. Il y a eu un gros différentiel entre les premières équipes et les dernières. C’est plus que du simple au double sur les chronos. Les premiers ont mis un peu plus de trois heures sur cette deuxième étape, les derniers environ sept heures. Côté organisation, nous sommes contents car il n’y a pas eu de gros bobos. Les retours des participants sont positifs avec des parcours différents que ce que les gens connaissent. Le fait qu’il y ait seulement 200 coureurs a permis de vivre la course dans une ambiance conviviale et les repas étaient partagés tous ensemble, bénévoles inclus.Rendez-vous l’année prochain pour des parcours encore différents mais techniques car Le Dévoluy est vaste, il y a de quoi faire !

CLASSEMENT ETAPE 2

Hommes

1. HAIRON Nicolas/BUISSART Romain 3:11:12 (Team On Running / EAG Grenoble)

2. NOÉBÈS TOURRÈS Valentin/PISTONO Nicolas 3:23:39 (Suceurs de cailloux)

3. DUMAS Morgan/PLAGNOL François 3:32:08 (ASCE Thales Valence)

Femmes

1. PELISSARD Chloe/BARTHELEMY Cloë 4:48:58 (Team JSC)

2. BERGER Gaelle/SESTIER CARLIN Sandrine 5:10:09 (PourquoiPas Nous)

3. PUSSET Sarah/LEPORALE Florianne 5:21:17 (Les râleuses de Maurienne)

Mixtes

1. BIDAULT Lucie/PROUST Christopher 3:37:41 (maurienne trail)

2. DAWIRS Olivier/BLANCHARD Isabelle 3:45:31 (Team Champsaur Nature)

3. MONCANY Jonathan/JACQUET Manon 3:56:49 (Loulous du SMAC)

CLASSEMENT FINAL

Hommes

1. HAIRON Nicolas/BUISSART Romain 5:09:29 (Team On Running / EAG Grenoble)

2. NOÉBÈS TOURRÈS Valentin/PISTONO Nicolas 5:27:44 (Suceurs de cailloux)

3. DUMAS Morgan/PLAGNOL François 5:48:19 (ASCE Thales Valence)

Femmes

1. PELISSARD Chloe/BARTHELEMY Cloë 7:45:23 (Team JSC)

2. BERGER Gaelle/SESTIER CARLIN Sandrine 8:21:48 (PourquoiPas Nous)

3. SAPALLY Maryline/GAPANOWICZ Helène 8:39:55 (sapagapa)

Mixtes

1. BIDAULT Lucie/PROUST Christopher 6:01:12 (maurienne trail)

2. DAWIRS Olivier/BLANCHARD Isabelle 6:08:14 (Team Champsaur Nature)

3. MONCANY Jonathan/JACQUET Manon 6:25:26 (Loulous du SMAC)

Informations sur lagrandetrace.fr

Ce sont 180 coureurs, soit 90 équipes qui sont partis ce matin pour l’étape 1 de la Grande Trace, le nouveau alpi-trail du Dévoluy.

La Grande Trace Dévoluy Été c’est une course en binôme de 40 km et de 4000 mètres de D+ sur 2 jours ; les casques et baudriers seront de rigueur, notamment pour les passages dans les fameux chourums, cavités naturelles propres au massif du Dévoluy. Porté par l’Office de Tourisme et un comité d’organisation local, le nouveau trail Dévoluard offre aux engagés une course rythmée par plusieurs passages aériens et techniques.

L’étape 1 a tenu ses promesses : de l’aérien et du technique !

La descente du Rocher Rond (culminant à 2453 mètres) a mis les coureurs à rude épreuves, avec une pente technique et pas roulante. La crête de l’Aigliere a également donné du fil à retordre aux traileurs. Une étape de 18km et 1800 D+ qui a été courue en 1h58 par les premiers et 5h26 pour les derniers. Il y a eu un abandon suite à une blessure. Ils seront donc 89 binômes à prendre le départ demain matin.

Classement à l’issu de l’étape 1 (tous les résultats sur genialp.com) :

Hommes

  1. HAIRON Nicolas/BUISSART Romain 1:58:17 (Team On Running / EAG Grenoble)

2. NOÉBÈS TOURRÈS Valentin/PISTONO Nicolas 2:04:05 (Suceurs de cailloux)

3. DUMAS Morgan/PLAGNOL François 2:16:11 (ASCE Thales Valence)

Femmes

1. PELISSARD Chloe/BARTHELEMY Cloë 2:56:25 (Team JSC) – 40ème au général

2. BERGER Gaelle/SESTIER CARLIN Sandrine 3:11:39 (PourquoiPas Nous) – 51ème au général

3. SAPALLY Maryline/GAPANOWICZ Helène 3:12:46 (sapagapa) – 53ème au général

Mixte

1. DAWIRS Olivier/BLANCHARD Isabelle 2:22:43 (Team Champsaur Nature) – 7ème au général

2. BIDAULT Lucie/PROUST Christopher 2:23:31 (maurienne trail) – 8ème au général

3. MONCANY Jonathan/JACQUET Manon 2:28:37 (Loulous du SMAC) – 10ème au général

1er – Nicolas et Romain : On a eu beaucoup de chance avec la météo. On était totalement dans la course mais on a quand même et le temps de tourner un peu la tête et on est bluffé par le paysage. La technicité du terrain et notamment les crêtes, on s’y attendait. C’est un très beau parcours, c’est top !

2ème Nicolas : On arpente le massif toute l’année en ski ou en courant, mais même si on connait bien on a découvert plein de variantes et on s’est régalé. Surtout quand on voit le Grand Ferrand avec la brume, c’était magique ! J’ai adoré le parcours qui était annoncé technique, et qui était trèèèès technique, j’en ai pris pour mon grade mais je me suis régalé, avec un binôme qui a bien la pêche ! On verra ce que ça dit demain.

Valentin : Je rejoins ce que dit Nico, la grande qualité c’est la beauté du parcours et la technique. On a couru deux heures et ça passe tout seul. On ne s’ennuie pas, il y a toujours un caillou devant pour attirer l’attention. C’est hyper joueur et hyper ludique. On revient demain !

Le programme du Samedi 7 septembre

Étape 1 « Rocher Rond » – Environ 18km et 1800m D+

Départ de Lachaup

Arrivée au Col du Festre

Spot phare : L’ascension du Rocher Rond

Point culminant : 2 453 mètres d’altitude

Rendez-vous classique du trail français avec des épreuves proposant des distances accessibles et de faibles dénivelés, le Trail du Bélier a tenu une nouvelle fois toutes ses promesses.

Une 4ème titre consécutif pour Meyssat
Partis sous un grand soleil à 8h30, les 1400 coureurs du Trail 27 km ont été les premiers de la journée à arpenter les sentiers des Aravis. Tout était réuni pour que chaque participant atteigne son objectif, que ce soit pour améliorer son chrono ou tout simplement franchir la ligne d’arrivée. Cette épreuve historique a été remportée pour la 4ème fois consécutive par Emmanuel Meyssat après 2 heures d’effort. Romuald Brun et Jean Hudry, respectivement 2ème et 3ème, complètent ce podium 100% français. Marine Quintard s’impose chez les femmes en 2h28.

La victoire du 15 km pour Lucas Mottet
La « guerre des fromages » a bien eu lieu sur le 15 km ! Les Rebloch’ (habitants de la zone AOP du Reblochon) et les Frometons (tous les autres) s’affrontaient sur un parcours accessible à tous offrant des vues magnifiques sur le massif des Aravis. À l’arrivée, c’est Lucas Mottet qui s’est imposé en 1h10 suivi de près par Mathias Bellaton et Martin Guyon. Malgré un podium 100% Frometons, les Rebloch’ gagnent la guerre des fromages avec seulement 25 secondes d’avance. Chez les femmes, Hélène Rochas remporte la course en 1h30.

Cette année encore, les juniors ont tout donné dans les rues de la station haute-savoyarde dans une ambiance festive et conviviale.

Pour clôturer la journée de samedi, le relais du bêêêlier, dernière-née des épreuves, a fait cavaler des duos motivés, venus pour s’amuser !

Résultats 15 km
Femmes :
1- Hélène Rochas – 1:30:24
2- Alexandra Chambard – 1:32:07
3- Hélène Greenwood – 1:33:10

Hommes :
1- Lucas Mottet – 1:10:33
2- Mathias Bellaton – 1:11:52
3- Martin Guyon – 1:13:54

Résultats 27 km
Femmes :
1- Marine Quintard – 2:28:40
2- Aline Camboulives – 2:28:58
3- Maryline Rossi – 2:36:14

Hommes :
1- Emmanuel Meyssat – 2:00:54
2- Romuald Brun – 2:03:09
3- Jean Hudry – 2:03:29

Ce 11 Aout 2019, au départ de Barcelonnette dans les Alpes de Haute Provence, une valeur sûre du Challenge est proposée : l’Ubaye Trail Salomon, organisé par l’Athlétique Club Barcelonnette Ubaye.

Le rendez-vous estival des grosses pointures et passionnés de la discipline

Dans l’une des plus belles vallées des Alpes du Sud, bercée par le soleil méditerranéen, 3 parcours trail, dont un tracé Élite technique, exigeant et engagé. Un trail qui en fonction de l’altitude, sentira bon la lavande ou le génépi, le parfum des sous-bois ou des alpages, l’air pur et vif des cimes et des grands espaces de montagne. Tous les ingrédients sont réunis pour permettre à votre potentiel physique et technique de s’exprimer pleinement et vous amener, sur les plus hauts sommets, sous l’œil intrigué des marmottes, des chamois et des bouquetins.

 LES PARCOURS:

Des surfaces variées, des sections rapides, de franches montées et des descentes techniques, de la forêt, des alpages, des passages rocheux où il vous faudra “crapahuter” avec pieds et mains, au milieu de crêtes, sommets et paysages magnifiques.

Parcours “Elite” 42 Km / + 2560 m comptant pour le Challenge des Trails de Provence des Trails Longs.
Un marathon en pleine montagne.

Parcours “Découverte” 23 Km / + 1070 m comptant pour le Challenge des Trails de Provence des Trails Courts.
Un trail alpin sportif

Parcours “Open” 12 Km / + 600 m
Facile et accessible à tous Parcours “Randonneurs” 12 Km / + 600 m : Avec ravitaillements, sans chronométrage.

Le Gapençais Saïd Mansouri, 2ème en 2018, favori en 2019

RAPPEL RESULTATS 2018

42km – Trail Long – 367 classés
1-Sébastien SPEHLER – 3h55’59
2-Saïd MANSOURI – 3h59’02
3-Ibon SAN MIGUEL – 4h03’12
Féminines:
1-Manon BENON – 4h40’24
2-Pauline BRUYERE – 4h54’12
3-Julia REZZI – 4h58’26

23 km- Trail Court – 471 classés
1-Anthony FELBER – 1h53’57
2-Tristan CALAMITA – 1h53’59
3-Florent NOEBES-TOURRES – 1h58’12
Féminines:
1-Eva JURENIKOVA – 2h21’49
2-Océane BOUTARIN – 2h25’43
3-Hélène BOCQUET –  2h32’26

10 km – hors challenge
1er Matias EYMARD
1ere Elsa ROUX

LES FAVORIS 2019

Cette année encore, l’Ubaye Trail Salomon rencontre un énorme succès populaire, avec des participants venus de tous les horizons et bien entendus, les habitués du challenge, et notamment Christelle LE ROUX, Patrice MARMET ou Steven MOREL sur le 42 km, mais aussi Mélanie GAYDIER, Magali SEVIKIAN, Cécile DEFIS, Fabienne LILLAZ, Florence COSTANTINI , Alain SILVA et Arnaud PRIGENT sur le 23 km, qui font tous partie du TOP 12 sur les classements du challenge.

Côté TOP TRAILERS, à 8 jours de la manifestation la barre des 400 engagés est largement dépassée sur le trail court sur lequel on peut  aussi noter la présence d’Isabelle BLANCHARD, Laetitia DARDANELLI ou Mathieu ESMIEU par exemple.

Sur le trail long, qui attend presque autant de monde sur la ligne de départ, on annonce Juliette BLANCHET, Minh CHAU, Ganna DARMOGRAÏ ou Eva JURENIKOVA (lauréate en 2018) chez les féminines, mais aussi Saïd MANSOURI (second en 2018), déjà vainqueur du Trail Sainte Victoire cette année, ainsi que Pierre-Hugo ROMAIN, qui se déplacera pour enlever une 3° victoire sur le challenge.

 INSCRIPTIONS:

Attention: Les inscriptions en ligne sont closes depuis le mercredi 7 Aout, possibilités de s’inscrire sur place (se renseigner auprès de l’organisation).

Plus d’informations: http://www.ubaye-trail.fr/fr/ubaye-trail-salomon.html

Informations Challenge : https://www.trailsdeprovence.fr

Texte ACBU – Photos Akuna

DIMANCHE 28 JUILLET

TOUR DES CRETES – 42KM /2954mD 

Avec un départ décalé à 8h30 au lieu de 7h pour cause de mauvaises conditions météo, les 500 participants ont tout de même eu affaire à des conditions difficiles pour cette 6ème édition du Vars Mountain trail. Après un départ groupé pour les parcours 24 et 42 km sur les 12 premiers km, les itinéraires se séparaient en suite. Le passage commun du col de Vars et la montée sur les premières crêtes se sont déroulés dans un épais brouillard doublé d’un vent fort rendant les températures ressenties très froides. Et que ce soit chez les hommes ou les dames, ce 42km a été une véritable bataille entre les 2 premiers ! Une course où le physique et le mental jouent au yoyo jusqu’à la ligne d’arrivée !

Seulement 4 secondes séparaient les deux hommes de tête, un finish quasiment au sprint !

Rémi LOUBET a fait honneur à sa station de Vars en y remportant son 4ème titre sur l’épreuve reine du Tour des Crêtes (il a aussi remporté le kv/kl sur la piste mythique de ski de vitesse de Vars la veille). La Course du Ciel comme on l’appelle n’a pas laissé de répit aux concurrents ; les 20 premiers km se sont déroulés dans des conditions très rigoureuses avec le vent, le froid et le brouillard. Heureusement, une amélioration en fin de parcours a redonné du baume au cœur, et Rémi Loubet s’offre en plus le luxe d’améliorer son meilleur temps de plus de 4mn. N’ayant pu participer l’an dernier pour cause de blessures après un accident en montagne, cette victoire a une saveur particulière pour Rémi. Il en termine en 5h10mn09 – « J’ai pris le départ de la course avec quelques doutes sur la gestion de l’effort, ne sachant pas encore si le 42km allait se courir à cause des conditions. Quand on a eu la confirmation au km 12, j’ai fait attention à m’alimenter comme il fallait et en garder sous les pieds car je savais que la fin de course était très compliquée. Andreu était devant jusqu’à la dernière montée, un véritable KV et j’ai su que je pouvais aller le chercher. J’ai posé le cerveau et j’ai réussi à le dépasser en descente. Je ne pensais pas pouvoir gagner de nouveau cette course, ma victoire a une saveur particulière ! ». Le traileur, aussi skieur alpiniste qui parcoure les plus belles pentes du monde, est très à l’aise avec les conditions difficiles. Une motivation pour l’ambassadeur trail de Vars qui se prépare désormais pour l’Iron Man d’Embrun le 15 août.

En deuxième position, c’est le Pyrénéen Andreu PROST (Esclops d’Azun Pyrénnée) qui en finit en 5h10mn13s. Il talonnait de très près Rémi après avoir passé une trentaine de km seul en tête. C’est la dernière montée qui a eu raison de lui : « Les conditions difficiles ne sont pas un problème pour moi, j’étais bien sur toute la première partie, mais sur la dernière montée, j’étais bridé, je ne pouvais pas aller plus vite et Rémi est revenu sur la fin ». Seulement 4 secondes séparaient les deux hommes, un finish quasiment au sprint ! Sur la troisième marche du podium Germain LACOTE (Organicoach) a fait une remontée exceptionnelle sur la dernière côte et en termine en 5h34mn14s.

Chez les Dames, une course en duo !

La Briançonnaise Chloé GALTIER et Elodie VARRAINE (Athlétic Club Font Romeu) ont fait le parcours ensemble, alternant en tête de l’épreuve, Elodie plus à l’aise en descente et Chloé en montée. Au finish, c’est Chloé GALTIER qui l’emporte en 6 h13mn02s : « Je ne pouvais espérer mieux, le parcours passe plus vite à deux et c’était magnifique malgré le vent au début. Les 20 premiers km étaient périlleux et ensuite, la descente vers le Val d’Escreins et les crêtes de Vars étaient juste magnifiques. Moi qui viens du raid multisports, courir à deux m’a vraiment soutenue ». Elodie VARRAINE termine pour la troisième fois consécutive 2ème de ce Vars Mountain trail avec un chrono de 6h13mn41s – « On a fait toute la course ensemble, mais j’étais sèche sur la fin, Chloé m’a même ravitaillée ! ». La troisième place revient à Maud COMBARIEU (Pays basque) en 6h25mn28s.

BOUCLE DE PEYNIER – 24 KM – 1383mD

C’est le Haut-alpin Tristan CALAMITA (Gap Hautes Alpes Athlétisme) qui s’impose sur cette boucle en 2h18mn54s loin devant ses concurrents : « Les conditions étaient difficiles, j’avais une pensée pour les bénévoles qui sont restés des heures en statique sous le vent, le froid et le brouillard ! Je me fais les cannes ici pour préparer le Championnat de France de Trail à Méribel au mois d’août ». Le deuxième à franchir l’arrivée, le jeune espoir Achille BERTHOU (Entente des Mauges) a vécu des conditions dantesques : « J’avais peu de repères avec le brouillard mais malgré la météo j’étais bien physiquement et le parcours était ludique malgré le peu de visibilité ». Il en termine en 2h24mn19s. Pour compléter le podium, on retrouve Lionel BEZOU (BGSA) qui s’octroie là sa 2ème médaille de bronze après sa 3ème place lors du KV /KL de la veille. Il a réalisé les 24km en 2h37mn33s.

Du côté des dames, c’est la traileuse de Carpentras, Charlotte LANTENOIS qui gagne après un retour de blessure : « La course est partie vite et ça monte très vite aussi ! Les conditions étaient terribles, je suis tombée deux fois, puis j’ai pu dérouler sur les crêtes. Mais c’était génial, j’avais en tête uniquement le plaisir d’être , avec aussi une pensée pour les bénévoles postés sur le parcours qui nous encourageaient sans qu’on les voit. Je reviens l’an prochain c’est sûr ! » Avec pour objectif le prochain Trail Gapen’Cimes en octobre, elle termine sa boucle de Peynier en 2h59mn39s. Derrière elle, 2 athlètes ont mené un coude à coude jusqu’au bout et au final, c’est Olivia BOZON qui en termine avec un chrono à 3h11mn30s laissant à la 3ème position Nina GABORIAU en 3h12mn49s.

SAMEDI 27 JUILLET

NOUVEAUTE – LE KV/KL

Cette 6ème édition du Vars Mountain trail a vu naitre une nouvelle course sur les traces de la Mythique piste de Chabrières plus habituée à voir passer des skieurs de vitesse (appelés aussi KListes). Pour cette première journée d’épreuve, c’est le KV/ KL qui a ouvert le bal : le principe étant de grimper 440m de dénivelé sur une distance de 1012m et avec une pente maximale de 98% sur le dernier tiers de la piste !

Quasiment un mur !

Ils sont 28 concurrents à avoir atteint le sommet. C’est sur un terrain sec, poussiéreux et donc assez instable que les traileurs ont abordé l’ascension avec un départ individuel toutes les 30s. La météo n’a pas joué de mauvais tour sur cette épreuve et est restée ensoleillée avec des passages nuageux ne gênant pas la visibilité des coureurs. Au départ, tous les yeux étaient fixés sur le monstre de pierre qui leur faisait face, certains avait l’air de se demander comment ils allaient le gravir. Les sourires étaient plus crispés à l’arrivée, mais le bonheur sur tous les visages : l’ascension sollicite le cardio sur un court effort et la sensation de vertige est bien là, tout comme la gifle donnée par la beauté des paysages alentours. Rémi LOUBET, ambassadeur trail de Vars, s’octroie la première victoire de ce KV/KL qu’il grimpe en 17mn55s : « Je suis très satisfait car je n’avais pas les jambes en début de course. Plus ça déroulait, mieux je me sentais et avec ce départ toutes les 30s, j’ai pu garder le rythme avec pour objectif de rattraper progressivement les concurrents partis avant moi (Rémi a pris le 16ème départ). J’avais oublié cette sensation de pente et de vertige ! Ce qui est intéressant sur cette épreuve, c’est que toute la zone de départ, qui est une aire de décélération pour les KListes, est une aire d’accélération pour nous, avant la montée plus raide où l’on doit marcher avec les bâtons au début puis en s’agrippant des pieds et des mains pour trouver les bons appuis sur le mur de fin. » En 2ème position, l’Ubayen Florian SURMELY (ACBU) en termine en 19mn05s, suivi par l’Isérois Lionel BOUZON (BGSA) en 19mn57s.

Le clin d’œil du jour revient à Simon Billy : le français le plus rapide sur les skis, 3ème performer mondial avec un record personnel à 252.809km/h, a affronté la piste de Chabrières à la montée ! Un vrai challenge pour le sportif qui n’est pas habitué à ce genre d’effort : descendre la piste lui prend une quinzaine de secondes tandis qu’il a réalisé la montée en 25mn22s. Heureux d’avoir participé à ce premier KV/Kl, il nous assure que ce sera la dernière ! Mais en termes de préparation physique et mentale, c’était une belle expérience : « Je suis heureux de l’avoir fait. Je suis parti tranquille pour gérer l’effort et trouver mon rythme. Je ne me suis pas mis dans le rouge, mais le cardio a souffert dans les 200 derniers mètres. »

Chez les dames, seules 3 participantes ont pris le départ : Claire Masson s’impose largement en 29mn14s, devant Blandine Marinoli en 41mn02s et Maria Gackière (Run in Mirabeau) en 46mn28s.

LE COL DE VARS – 13 KM –

Les 195 concurrents qui ont pris le départ de 13km ont été moins gâtés par la météo. Dès le départ la pluie s’en est mêlée, devenant épisodiquement très forte. Ce parcours réunit une grande diversité de terrains avec une première montée vers le col de Vars très exigeante avec d’emblée plusieurs kilomètres de montée. Ensuite les coureurs passent de pierriers en sous-bois avec de bonnes relances.

C’est le Haut Alpin Romain ROUX (La Bâtie Neuve) qui l’emporte en établissant un nouveau temps record : il termine en moins d’une heure avec un chrono à 58mn28s. Il a fait la course en tête du début à la fin à un rythme soutenu, talonné de près par le Nîmois Dorian LOPEZ (Cap Garonne) en 59mn06. Ce dernier pratique le trail depuis 25 ans : « C’est un joli trail avec des terrains très variés qui résument bien ce que l’on trouve sur de plus longues distances. Les paysages sont très beaux et la pluie n’a pas été un frein, au contraire, ça rafraichit dans l’effort ! ». Le représentant de l’Embrun Triathlon Club, Clément THOMAS prend la 3ème place en 1h01mn24s.

Chez les dames, Alexia COUDRAY (Asptt Carpentras) l’emporte en 1h08mn59s. L’athlète avait déjà remporté l’épreuve en 2017 et améliore cette année son temps de 4mn. L’ancienne handballeuse, qui « a attrapé le virus de la course en montagne » il y a 4 ans seulement, est en constante progression et s’octroie plusieurs victoires cette saison : « La montée au col est toujours aussi difficile, mais j’ai pris autant de plaisir qu’il y a deux ans. Le parcours est nerveux et exigeant et on avale beaucoup de dénivelé dès le départ. Mon objectif sur les courses est de m’approcher du top 10 au scratch pour accrocher les garçons ». Elle l’emporte devant une autre habituée des podiums, Lisel Merello qui en termine en 1h13mn54s. Un bon résultat pour la traileuse licenciée à Bandol qui reprend la compétition après une longue pause. En 3ème position, Juliette LESIEUR boucle ce 13km en 1h18mn59s.

Depuis 2007, une commission médicale ouverte aux différents professionnels de santé contribue, avec le comité d’organisation, à la mise en place de la philosophie santé de l’UTMB®, avant, pendant et après l’UTMB®. Une responsabilité de taille puisque chaque année l’organisation a la responsabilité de 10 000 coureurs lancés sur des sentiers de montagne pouvant culminer jusqu’à 2500 mètres d’altitude. Une mission dont s’acquitte chaque année 180 professionnels de santé pour permettre aux coureurs d’être correctement pris en charge en cas de besoin.
“Quand on a aidé un coureur sur sa course, lorsque nous l’avons bien suivi d’un point de vue médical, bien soigné, encouragé, et qu’on sait qu’il passe la ligne d’arrivée, c’est une joie pour tout le monde. Je crois que c’est ça qui nous donne envie de nous investir chaque année au sein de l’UTMB®. Isabelle Paucot, responsable bénévole des infirmiers.

La commission médicale contribue à l’issue de chaque édition à faire le bilan de l’activité médicale en analysant les données issues des différentes plateformes digitales dédiées à la santé et à la sécurité des coureurs. Pour cela, elle s’appuie sur l’espace santé des coureurs ITRA (SHOL), le Logiciel de Coordination des Opérations de Santé Secours (LOGICOSS) et les données de course issus de LIVETRAIL®. Les membres de la commission médicale peuvent ainsi améliorer l’encadrement des pratiquants en s’appuyant sur :
– L’équipe médicale en amont de la course pour s’organiser et suivre de façon professionnelle la santé des athlètes (Quartz Program)
– Des analyses statistiques d’activité médicale, qui permettent aux équipes de médicaux-secouristes d’être correctement dimensionnées et positionnées lors de la course.

Pendant l’évènement, les bénévoles de l’équipe médicale travaillent en étroite collaboration avec Dokever, prestataire spécialisé dans la médicalisation sportive impliqué au sein de l’UTMB® depuis 2009. Ces experts-prestataires agissent au sein du PC Course, centre névralgique de l’UTMB®, composé de professionnels et bénévoles chargés de monitorer pendant une semaine, 7 épreuves et 10 000 coureurs de 100 nationalités, répartis sur 3 pays et pas moins de 800 km de sentiers alpins. Les parcours sont segmentés et les passages des coureurs sont enregistrés par LIVETRAIL®, afin d’alerter le PC Secours et Médical en cas de situation anormale. Lorsqu’une problèmatique médicale est signalée, l’équipe de Dokever prend le relais et pilote la prise en charge sanitaire depuis le PC Secours et Médical en s’appuyant sur 30 médecins, 80 infirmiers, 50 kinés et 30 podologues, tous bénévoles, répartis sur le terrain. Le docteur Patrick Basset, médecin chef de l’UTMB® souligne “la caractéristique du trail running réside en partie dans son environnement, ce sont des épreuves en milieu difficile avec des enjeux de santé bien particuliers et avec des accès au terrain plus complexes. A partir de là, il faut mettre le bon nombre d’acteurs qui font le secours, la santé en termes médical et paramédical : infirmières et ensuite tout ce qui est soins de confort, c’est-à-dire tout ce qui est kinés et podologues.”

Formation qualifiante pour les bénévoles
Depuis 2018, des sessions de formation à la médicalisation d’événements sportifs outdoor sont proposées aux bénévoles médicaux et paramédicaux (médecins, infirmiers et secouristes). La volonté de l’organisation est de sensibiliser les bénévoles médicaux aux pathologies spécifiques à l’ultra-endurance, avec une formation axée sur la pratique. Cette formation est financée par la fondation Ultra Sports Science grâce à des dossards santé proposés aux coureurs. Outre d’excellents retours de la part des personnes qui ont pu en bénéficier, cette formation permet d’apprendre à travailler en équipe multiprofessionnelle et de secourir en un milieu montagne.

Espace santé et fiches conseils


Pour améliorer la prise en charge médicale, l’UTMB® demande aux coureurs de compléter leur espace santé. Cette plateforme est proposée gratuitement par l’ITRA, en collaboration avec Athletes For Transparency (AFT), dans le cadre du Programme QUARTZ qui vise à protéger la santé des coureurs et à contribuer à un sport sans dopage. Antécédents médicaux, allergies, traitements en cours, asthme, diabète… ces informations sont précieuses pour le personnel médical chargé de suivre les coureurs pendant la course. En complétant leur espace santé, les coureurs s’assurent qu’en cas de besoin, les médecins disposent de toutes les informations indispensables à leur prise en charge rapide et optimale. Une remontée de l’information qui est également valable pour l’équipe médicale de l’évènement puisqu’elle doit, en cas de soins, mettre à jour l’espace santé du coureurs. Les informations renseignées sur leur espace santé sont confidentielles. Seul un médecin pourra y accéder s’il doit soigner un participant. Plus d’informations sur les avantages de l’espace santé sur itra.run
A noter : L’UTMB® fait également partie du programme QUARTZ Event qui préconise de mettre fin à l’automédication des coureurs pendant une épreuve, pratique pouvant entraîner de sérieuses complications médicales.

Chaque année, l’UTMB® propose des conseils en matière de santé issues des réflexions et recherches des équipes médicales et experts, cette année des fiches conseils ont été mises en place dans les domaines suivants :
– Prévention des accidents cardiaques (consulter la fiche ici)
– Alimentation (consulter la fiche ici)
– Automédication (consulter la fiche ici)
– Crampes (consulter la fiche ici)
– Hydratation (consulter la fiche ici)
– Sommeil (consulter la fiche ici)

Venez clôturer la saison running le samedi 19 octobre 2019 avec l’EDF trail des Vallées d’Aigueblanche.

L’EDF TRAIL des Vallées d’Aigueblanche est organisé dans le cadre de la semaine d’inauguration de la nouvelle centrale hydro-électrique de la Coche Pelton (du 14 au 19 octobre 2019). 
Cette journée sportive est soutenue par EDF, la commune de Grand-Aigueblanche et organisée par le club des sports des Avanchers-Valmorel avec la présence de quelques coureurs élites Français.

5 formats de courses et 2 challenges….lâchez les watts

Un format combiné unique, la MEGA WATT et la GIGAWATT vont permettre aux coureurs les plus puissants de venir se challenger.

Un KV le matin et une course l’après-midi, le tout, dré dans l’pentu ! 

=> Le Pelton 1000 : départ 8h30 d’Aigueblanche au barrage de la Coche : 3 Km pour 862 m D+
=> Le Pelton 2000 : départ 7h30 d’Aigueblanche au sommet de Crêve Tête: 11 Km pour 2 000 m D+ (descente de 800 m uniquement à pied)

Et l’après midi on remet ça….
=> Le Morel Express : départ 14h d’Aigueblanche pour 13 km et 270 m D+.
Cette course peut se faire en duo.
=> L’Echappeaux Belle : départ 14h d’Aigueblanche pour 30 km et 1 300 m D+

2 challenges

=> Le MEGA WATT : Pelton 1000 + Morel Express (13 km)
=> Le GIGA WATT : Pelton 1000 + Echappeaux Belle (30 km)

Mais aussi des courses enfants et un challenge entreprise (5 coureurs sur le Morel Express)

Des animations…dont la visite de la centrale hydroélectrique

La dernière occasion de clôturer la saison de trail running et profiter des couleurs automnales qui viendront sublimer les vallées d’Aigueblanche.

Idéalement situées à l’entrée de la Tarentaise et à20 minutes d’Alberville

Au milieu des montagnes, et entre l’effervescence de la course, vous retrouverez un village exposants, la découverte de produits savoyards, des animations sportives, des coins détentes pour toute la famille et la possibilité de visiter la centrale hydroélectrique de la Coche-Pelton. 

Informations et inscriptions sur: www.edftrailvalleesaigueblanche.com

LansenVercors accueillera le 7 septembre prochain la 9ème édition du désormais incontournable Ultra Trail du Vercors. Plus de 1 000 coureurs prendront le départ de cette course mêlant efforts intenses et paysages grandioses !

Au programme de cet Ultra Trail, les mythiques 85 km et 4 930 m de D+ à parcourir en solo ou relais de 4 personnes.

L’ExpéTrail de 46 km (parcours identique au 85 km), conviendra à ceux qui veulent s’initier à la discipline, au départ de Rencurel.

Au-delà de l’aspect sportif, le parcours emprunte des sentiers inédits du Vercors et révèle ses “plus beaux coins”. Le tracé permet d’admirer la très belle variété des décors : paysages sauvages, forestiers et minéraux. Chaque traversée de village sera l’occasion d’un moment de convivialité autour des stands de ravitaillement, grâce aux 289 bénévoles mobilisés.

L’UTV est ouvert aux adeptes des longues distances mais aussi à des coureurs désireux de parcourir les lieux en équipe.

>> DÉCOUVREZ LE BEST-OF DE L’ÉDITION 2018 <<

>> PHOTOS DE L’EDITION 2018 <<

FINALE SUR LA SKY RACE DES ANGES 2019

Pascal REGNERIE et Caroline HOLVECK

Après avoir remporté terminé deux courses à la seconde position, Pascal REGNERIE n’avait pas d’autre choix que de participer à la finale sur la Sky Race des Anges à Montgenèvre pour arriver à totaliser les points de trois épreuves. Souffrant d’une récente fracture à la clavicule, il a assuré son podium en terminant l’épreuve pour se hisser à la deuxième place du Challenge ! Une preuve de courage mais aussi de fairplay de cet athlète, qui avait remporté l’édition 2017 du Challenge. Le leader Nicolas DELMI-DEYIRMENDJIAN ayant déjà totalisé trois courses, n’a pas fait le déplacement, mais remporte ce Challenge Sud Est des Trails 2019. La régularité de Pierre BONEF a bien payé puisqu’il conserve sa troisième place.

Chez les féminines, pour son entrée dans le monde du trail, Caroline HOLVECK réussit une belle prestation et s’impose devant Emma DURAND POUDRET et Fabienne LILLAZ.

Une belle édition avec encore une augmentation de la participation et une convivialité inégalée. Mais après avoir fêté ses 20 ans cette année (le plus ancien challenge de trail en France) le Challenge Sud est des Trails s’éteindra en 2020…

www.challenges.runazur.fr   /   runazur@aol.com  /  facebook : challenge sud est des trails

Crédit photos : www.tamtam-photo.com


Résultats complet du challenge sur www.challenges.runazur.fr 

La 11èmeédition du Restonica Trail 

Cette belle édition vient de s’achever avec des images, des souvenirs, des émotions particulièrement fortes. C’est, pour bien des participants, un voyage au bout de soi-même avec une longue préparation, des efforts, des souffrances, des moments difficiles, des périodes euphoriques, une quête personnelle. Si certains ne vont pas, cette fois, au bout du chemin, ils reviendront pour accomplir leur rêve. Et, pour ceux qui franchissent la ligne d’arrivée, la plénitude de l’action aboutie, les paysages traversés, la convivialité des bénévoles, l’accueil de la Corse font de cette expérience un souvenir unique. 

Ultra-Trail® di Corsica : la chevauchée fantastique de Lambert Santelli

C’était le titre que nous avions utilisé déjà en 2017 pour sa première victoire sur l’Ultra-Trail® di Corsica. Il est revenu 2 ans plus tard, encore plus fort, après des courses remarquables sur des terrains étrangers et a assis sa stature de champion hors pair. Il doit avoir quelque chose du mouflon pour arriver à s’extraire avec autant d’aisance des éboulis, là où presque tous les autres éprouvent de la difficulté à avancer.

Dès le départ, un groupe de 6 coureurs se détache, emmené à Padule, le 1erpoint de contrôle par Guillaume Beauxis qui remporte le prix EDF de la montée verticale, avec Jean-François Hautin, Lambert Santelli, Pascal Guiguet, Gregory Verschuere et le réunionnais Benjamin Postaire. Après le déboulé sur les pistes forestières de Conia, le groupe s’est réduit à un trio : Lambert, Guillaume et Jean-François. Ils comptent déjà 10 minutes d’avance aux Pinadelli, le 3èmePC, ¼ d’heure à Calacuccia et c’est là, dans la terrible montée vers Bocca Crucette que Lambert se détache passant avec 6 minutes d’avance sur le pyrénéen Guillaume et 14 minutes sur Jean-François.  Veuillez noter la 12èmeplace de Mico Clain et le doublé féminin réunionnais Alexandra Clain – Marie-Noëlle Bourgeois, 20 minutes devant Sophie Laversanne et déjà 1 heure Cécile Clet.

A Ballone, 1000 mètres plus bas et 30 minutes plus tard, notre « Mouflon » a doublé les écarts. Après la remontée, vers Bocca Foggiale, à mi-parcours, l’écart a encore augmenté de 6 minutes. Le 4èmePascal Guiguet et Benjamin Postaire sont déjà à près de 90 minutes.

Les passages à Vergio, au lac de Ninu, et la grimpée vers Bocca Alle Porte et Bocca Soglia ne changent rien pour les 3 premiers, mais cette dernière partie voit la défaillance de Pascal Guiguet qui recule en 8èmeposition et le retour de Mico Clain vers la 6èmeplace. Chez les filles, c’est l’hécatombe pour la tête de course, avec les abandons de Sophie Laversanne et Cécile Clet à Vergio et d’Alexandra Clain à Ninu. La nordiste, Emily Cambier et la suissesse Christine Denis en profitent pour monter sur le podium.

Si la descente vers les bergeries d’E Grotelle ne change pas grand-chose, la remontée vers le plateau d’Alzu, voit la remontada de Micro Clain au pied du podium. Le retour vers Corte est le terrain d’entraînement de Paul-Mathieu Graziani de l’AC Corte qui reprend 2 places pour finir 5èmesur les talons de Mico Clain. Podium de rêve avec Lambert Santelli qui avec 15h41’29’’ explose son record d’un peu plus de 1 heure, Guillaume Beauxis à 24 minutes et Jean-François Hautin qui font mieux, eux-aussi que Lambert en 2017.

282 coureurs inscrits, 254 au départ et 160 à l’arrivée (63%) : Avec 100 coureurs de plus en 2 ans, la course accueille 30 étrangers de 13 nationalités différentes.

Giru di Tumbonu : Alexandre Fine assume son statut de favori

Récent champion de France Espoir de Trail court, le membre du Team Scott, a battu de 3 minutes et ½ la marque de Guillaume Peretti établie il y a 2 ans sur un parcours légèrement moins long, c’est dire si cela allait vite. Il a viré en tête avec 5 minutes d’avance au PC de Tumbone, point le plus haut et a légèrement augmenté son avance pour finir en 1h15’0’’. Le lozérien Anthony Gaillard a profité du retour vers Corte pour décrocher la 2èmeplace. Le Calvais, Nicolas Santini, 10èmeen 2018, améliore son temps de 15 minutes et monte sur le podium juste devant Pierre-Joseph Risticoni du Team EDF, l’habitué du Trail des Aiglons et Axel Mondain du GFCA Athlétisme. 4 espoirs sur les 5 premiers, la jeunesse Corse a trouvé là un vrai challenge !

Chez les filles, Héloïse Féraud, catégorie Espoir, fait honneur à son dossard n° 1 et complète le succès du Team Scott avec une belle victoire devant la belge Olivia Debatty arrivée à Corte quelques instants avant le départ. Sandrine Motto-Ros qui avait gagné le Tavignanu Trail en 2013 complète le podium.

U Giru di Tumbone 2019 offrait, pour ce format de course, un vrai plateau de choix avec de très beaux chronos. On y trouvait aussi le plus jeune, Alexis Mayeux, 1er Cadet, 17èmeau scratch, et le doyen, François Adobati de Sant’Andria di Boziu, bientôt 79 ans, qui vient depuis le début.

Restonica Trail : Guillaume Lenormand de bout en bout

Notre pensionnaire, déjà vainqueur du Restonica Trail en 2010 avec Dawa Sherpa, vainqueur l’année dernière du Tavignanu Trail, a, d’entrée de jeu, imposé son rythme et personne n’a pu le suivre. Il passe en tête à tous les points de contrôle, remporte le prix EDF de la montée verticale et finit avec 45 minutes d’avance sur le second. Chapeau bas !

Il fallait résister à la chaleur et c’est un secteur habituellement peu sélectif, du refuge de la Sega au lac de Ninu qui a provoqué le plus de changements dans les classements provisoires, même si les écarts restent peu importants. A Ninu, le podium est déjà constitué avec 2 valeurs sûres du trail en Corse, Benjamin Clérice de l’AS Figarella et Florian Marchini du Team EDF (5èmeen 2018 avec un chrono quasi identique). Le Gapençais Emmanuel Denis occupe déjà la 4èmeplace qu’il ne quittera plus. La montée vers Bocca Alle Porte et la redescente vers les Grotelle finit l’essorage avec 80 abandons aux Grotelle. Ensuite, il faut rentrer et l’AS Figarella place encore 2 coureurs aux places d’honneur avec Anthony Quilici et Loïc Leonardi qui finissent 5ème.

Mais l’AS Figarella n’en finit pas avec la magnifique victoire d’Emmanuelle Moracchini qui, à l’instar de Guillaume Lenormand passe en tête à tous les PC, finit avec 45 minutes d’avance sur sa poursuivante et termine 9èmeau général. Chapeau bas itou !

Belle performance pour l’italienne du team Vibram, Natalia Mastrota et pour la sociétaire de l’AC Capu Biancu, Sandra Tapiero. Que l’on nous permette de mentionner Stéphanie Samper, 6èmeféminine, qui courait la 1èreédition en 2009 et qui, la veille de la course, nous donnait un coup de main à la remise des dossards.

Et justement depuis 2009, le Restonica Trail qui comptait alors 77 inscrits, a parcouru un beau chemin pour accueillir 355 inscrits, 323 partants, 33 coureurs étrangers de 14 nationalités différentes.

La chaleur à incontestablement marqué cette édition et plus particulièrement cette course, avec un taux d’abandons élevé (36% contre 18% en 2018, quasiment identique à celui de l’Ultra).

Tavignanu Trail  : Arnaud Bonnin revient et gagne 

Nos trailers Corses y tenaient et c’est toute la communauté des coureurs qui a rendu un émouvant hommage à Laurina, nouvelle étoile qui continue à illuminer la vie de ceux qu’elle chérissait.

Dès le départ donné, un trio composé des 3 principaux favoris se détache et c’est le belge Nicola Bucci qui remporte le prix EDF de la montée verticale devant Adrien Michaud et Arnaud Bonnin groupés en 5 secondes, Nicolas Giordano suit, esseulé, à 1’30’’.  Un peu plus loin, on trouve Marc Penniello du Marseille Trail Club, qui fait presque figure d’ancien au milieu de tous ces jeunes, et Jérôme Remacle, l’autre élite belge. Suivent Andor de Brouhns, Augustin Vienne du Restonica Trail, l’italien Andrea Begnis et le niulincu Antoine-Jean Santini. A Boniacce, le trio a accentué son avance, la plongée vers la Sega et la remontée vers le plateau d’Alzu voit les 2 membres du Team Scott se détacher, Nicola Bucci leur concède près de 4 minutes. Le retour vers Corte permet à Arnaud Bonnin, passé en tête à Alzu, d’accroître son avance et finir sur la ligne 8’ devant Adrien Michaud pour un doublé du Team Scott. Nicola Bucci complète le podium.

Nicolas Giordano pour a Paolina, signe une très belle performance, rappelons qu’il est très jeune (catégorie Espoir), et se prépare un bel avenir.

Chez les filles, l’indécision a régné tout le long de la course avec un duo Charlotte Klein et Ganna Darmograi, l’ukrainienne, longtemps en tête, Alicia Orsini, la Cortenaise vainqueur du Restonica Trail 2018, à cours d’entraînement mais présente dans la bagarre avec Tiphaine André de l’AS Figarella et la savoyarde Marie Thieux. Et voilà que lors du retour vers Corte, Julie Marini, la sociétaire du Running Club Furiani vient coiffer tout ce beau monde et l’emporte avec 2’39’’ d’avance. Ganna Darmograi et Charlotte Klein finissent 2èmes ex-aequo. Tiphaine André est 4èmeet, fait plutôt rare, nous avons encore des ex-aequo à la 5èmeplace : Marie Thieux et Alicia Orsini.

Nous avons eu le plaisir d’accueillir Cloé, la petite princesse du Restonica Trail qui a participé à la marche en joëlette avec ses copilotes Claude Poli, Jean-Charles Paoli, Ange Michelangeli, Jean Cesari et son papa Alexandre! Cloé a passé un super moment ❤Grâce à la générosité des coureurs qui ont choisi d’augmenter leur inscription par un don, c’est un peu plus de 2500€ qui ont été collecté pour l’association Marchons avec Cloé.

Le Restonica Trail poursuit sa progression en termes de plateau de concurrents mais aussi en termes de fréquentation. Et s’il arrive à cela c’est avec l’aide de ses sponsors, certains présents dès le début, d’autres qui viennent nous rejoindre, mais c’est aussi avec l’aide de ses bénévoles que les organisateurs que nous sommes ne remercierons jamais assez, mais plutôt que de parler, laissons la parole aux coureurs :

Quelques paroles de coureurs :

Lambert Santelli (1erUTC) au moment des pronostics : Il faut rester humble quand tu fais un ultra.

Lambert Santelli (1erUTC) à l’arrivée : Gagner l’ultra à Corte, c’est magique. Ce sont des émotions que seul le sport procure. Je suis aussi content car je suis parvenu à faire une heure de moins qu’en 2017.

Lambert Santelli (1erUTC) à l’arrivée : Ils méritent cette course et plus encore.

Guillaume Beauxis (2èmeUTC) : très content. C’est une course très dure. Il n’y a jamais de repos et il est impossible de s’accorder 5 minutes sans regarder où poser ses pieds. La chaleur est aussi accablante. C’est un parcours très exigeant et, dans les derniers kilomètres, j’ai dû puiser dans mes ressources pour conserver ma place.

Jean-François Hautin (3èmeUTC) : Ça fait bizarre mais je l’ai fait. Au-delà d’une place sur le podium, c’est mon temps qui me satisfait surtout car j’ai fait deux heures de moins qu’en 2017. Je remercie tous les proches et le public car l’arrivée sous leurs encouragements est un moment magique. C’est vraiment génial. Corte est incontestablement la capitale Corse du trail.

Nicolas Gatault (60èmeUTC) :quelle course !! Mon 2èmeUTC, toujours un plaisir de venir chez vous, accueil exceptionnel, des ravitos et bénévoles incroyablement aux petits soins pour les coureurs, il n’y a qu’ici qu’on voit ça vraiment !! Et que dire du parcours… magnifiquement difficile !

Comment on dit déjà ?? Jamais 2 sans 3 ??😉Merci Merci Merci !!!!

Christophe Jamet (102èmeUTC) :J’ai découvert avec l’UTC 2019 un Ultra Trail hors norme, pas le plus long mais clairement le plus technique ! Les bénévoles sont extraordinaires, généreux et accueillants, je reviendrai c’est sûr !