Dans la famille Hoka longue distance, la Speedgoat est considérée comme la machine de guerre, moins confortable que les Torrent et Mafate, mais taillée pour la vitesse. On a enfilé les Speedgoat 5 pour vérifier tout ça sur le terrain.

Photo de hoka-speedgoat-5-modele-homme

Hoka Speedgoat 5 modèle Homme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de hoka-speedgoat-5-modele-femme

Hoka Speedgoat 5 modèle Femme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.

Test Hoka Speedgoat 5 : un look réussi

La première chose que l’on regarde dans une chaussure, une fois la boîte ouverte, c’est son look. Pas de surprise, on retrouve ici le design caractéristique des Hoka, avec la semelle méga épaisse, même si les décrochés au niveau du dessin latéral de la semelle la rendent moins massive que la Speedgoat 4. Quant au choix des couleurs, le combo jaune et bleu a toujours fonctionné, on valide.

La surprise vient de la matière utilisée pour la tige, un mesh tissé serré qui change de la matière synthétique du modèle précédent, et qui devrait permettre une meilleure respirabilité. Pas de surprise en revanche au niveau de la semelle extérieure, une Vibram qui a déjà fait ses preuves, avec un dessin de crampons à petits picots qui promet une bonne accroche sur tous types de terrains, même sur roches humides et glissantes.

Reste plus qu’à enfiler les chaussures et aller courir quelques kilomètres pour se faire une idée…

Lire aussi à ce sujet : 12 choses à savoir pour bien choisir vos chaussures de trail

Photo Esprit Trail

Test Hoka Speedgoat 5 : les sensations en course

Il n’y a pas besoin de courir longtemps pour « sentir » une chaussure. Bien sûr, je n’irai pas vous raconter que la Speedgoat 5 est idéale pour performer sur un ultra-trail si je n’ai fait qu’une boucle de 20 kilomètres avec. Mais je pourrai en revanche tout de suite décrire comment le pied ressent la chaussure, s’il trouve bien sa place, s’il est à l’aise ou légèrement comprimé, si la sensation de confort est bonne, si le moelleux est au rendez-vous.


En l’occurence, les premiers kilomètres sont plutôt satisfaisants. L’avant-pied est taillé pour que les orteils trouvent leur place, tout en assurant un maintien conférant à la chaussure une bonne précision. J’avoue ne pas ressentir autant de confort qu’avec la Mafate Speed 4 testée précédemment, mais j’ai le sentiment de mieux sentir le sentier, d’en être plus proche, donc d’avoir une foulée d’attaque plus sécurisée et volontaire. Et cette précision, je l’apprécierai plus particulièrement lors des passages en terrains techniques et exigeants.

Lire aussi : Comment bien lacer ses chaussures pour éviter les blessures

Hoka Speedgoat 5 MONTEE Photo Esprit Trail
Photo Esprit Trail

Test Hoka SpeedGoat 5 : on a bien aimé…

Petit flash back sur le Trail des 3 Secs, à La Ciotat, mi-novembre. Je suis juste derrière un coureur qui, par trois ou quatre fois, manque de se fracasser dans une descente légèrement humide. Il jure, s’énerve, se déconcentre, je le calme, lui dis de ralentir, de sécuriser sa foulée. Plus tard, sur la ligne d’arrivée, on se retrouve et il m’avoue sa colère d’avoir frôlé par 3 fois l’entorse de la cheville. C’est dans ces moments-là que l’on se rend compte de l’importance d’une bonne adhérence. Chaussé des Speedgoat 5 et de leur semelle Vibram, je n’ai eu aucune alerte, aucune frayeur, même lorsque la pose de mes pieds était en dévers. Ne négligez jamais ce point, ni l’usure de vos semelles, car cela peut vite vous ruiner une course. Quand ce n’est pas vous emmener droit vers la blessure.

Rien à redire non plus côté amorti et dynamisme, la chaussure n’« avale » pas l’énergie. Cela prouve une fois de plus que des semelles épaisses, si elles ne sont pas trop « molles », peuvent très bien restituer l’énergie. Donc que ce n’est pas la taille qui compte… Autre point de satisfaction, malgré cette taille (33mm sous le talon tout de même), je n’ai pas été confronté à des défauts de stabilité latérale au cours de ce test.

Lire aussi : Bien nettoyer ses chaussures de trail, mode d’emploi ICI

Hoka Speedgoat 5 semelle Photo Esprit Trail
Photo Esprit Trail

Test Hoka Speedgoat 5 : on a moins aimé…

Si je devais mettre un petit bémol, ce serait au niveau de la protection du pied. En effet, le pare-pierres est costaud mais il est réduit à sa plus simple expression, juste sur le devant du pied, et il n’y a aucune protection en TPU sur les côtés. Et comme l’empeigne est en mesh tissé assez fin, inutile de vous faire un dessin. Résultat : mes métatarsiens se souviennent encore des cailloux venus les heurter lors d’un passage dans les éboulis.

Attention également à ceux qui sont habitués aux drops de 8 à 12 millimètres. La Speedgoat 5 propose un drop de 4 millimètres seulement. Si vous vous embarquez sur du long sans avoir l’expérience du drop réduit, cela risque de tirer un peu sur les mollets et les tendons d’Achille. Mieux vaut vous y habituer progressivement…

Lisez notre article : Drop 0, avantages et limites

Test Hoka Speedgoat 5 : le verdict

La Speedgoat est est considérée comme une des meilleures chaussures d’ultra du marché, et cette réputation est certainement méritée. La chaussure présente un bon combo confort, amorti et dynamisme. Elle aurait mérité un peu plus de protections latérales et sur le dessus du pied, mais l’équipementier a préféré faire le choix d’un mesh plus léger pour gagner en poids et respirabilité. On ne peut pas être parfait à tous les niveaux…

Poids : 291 g en 42
Drop : 4 mm
Prix indicatif site Hoka : 160 €

Photo de hoka-speedgoat-5-modele-homme

Hoka Speedgoat 5 modèle Homme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de hoka-speedgoat-5-modele-femme

Hoka Speedgoat 5 modèle Femme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Hoka Speedgoat 5 end Photo Esprit Trail
Photo Esprit Trail

La Lone Peak, best-seller de chez Altra, revient dans sa version 7. Une chaussure polyvalente idéale pour le roulant, plus limitée pour le technique. Notre test en vidéo.

Altra Lone Peak 7 : premières sensations en course

Pas de surprise en enfilant cette paire de Lone Peak : la boîte à orteils est toujours aussi large, mais un laçage précis permet d’obtenir un bon maintien du pied. Petite déception au niveau du confort ressenti dès le début, sur du roulant : ça manque un peu d’amorti. Le stack, de seulement 25mm sous le talon, explique sans doute cette impression, surtout après avoir testé quelques jours auparavant les Hoka Mafate Speed 4 et Speedgoat 5…

Lire aussi : Altra Outroad, la chaussure hybride pour route et chemin

Altra Lone Peak 7 : sur terrain technique caillouteux en montée

Peut-on être précis dans ses trajectoires et ses appuis avec des « palmes » au bout des pieds, diront ceux qui n’aiment pas le côté « large » des Altra. La réponse en images sur un single très technique et en forte pente.

Altra Lone Peak 7 : le test d’adhérence

La nouvelle semelle extérieure de chez Altra propose la technologie MaxTrac, avec un dessin de crampons particulier qui assure une très bonne adhérence, même sur roches glissantes. Test concluant.

Altra Lone Peak 7 : sur terrain technique en descente

Même question que pour la montée, mais en descente rapide, quand il faut savoir analyser très rapidement où poser son pied, aussi large soit-il. La réponse en images dans une descente engagée.

Altra Lone Peak 7 : le principe du drop 0

On profite d’une portion roulante pour rappeler les avantages et les limites du drop 0.

Lire aussi notre article : Drop 0, avantages et limites

Altra Lone Peak 7 : les détails de la chaussure

Petite pause pendant le run pour étudier en détail le chaussant de la Altra Lone Peak 7, et particulièrement son mesh à séchage rapide. Avec une petite réserve sur la protection de l’avant-pied, avec un pare-pierres un peu trop souple à notre goût.

Altra Lone Peak 7 : le verdict

Après une vingtaine de kilomètres, dont environ un tiers sur des sentiers techniques avec de nombreux cailloux, récapitulatif des points forts et des points faibles de cette Lone Peak 7.

Drop : 0
Stack : 25mm
Poids : 314g en 42
Prix site Altra : 160 €

ALTRA LONE PEAK 7 SEMELLE
Photo Esprit Trail

Avoir une chaussure permettant à la fois de courir sur route et de pratiquer le trail, un défi de taille que la Altra Outroad s’est mis en tête de relever. Avec, en prime, le fameux drop 0 destiné à promouvoir la foulée naturelle. On a enfilé la paire miracle et on vous raconte.

Photo de altra-outroad-modele-homme

Altra Outroad modèle Homme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de altra-outroad-modele-femme

Altra Outroad modèle Femme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.

Altra Outroad : hybride et économique

150 euros pour une bonne paire de chaussures de course sur route, la même chose pour une paire de chaussures de trail, et voilà immédiatement une addition qui fait mal à la carte bleue. Alors si, comme bon nombre de pratiquants, vous alternez route un jour, chemins le lendemain, ou que vos tracés de trail comportent d’importantes sections de goudron, la tentation de la chaussure hybride se justifie. Bref, l’idée d’avoir dans son placard une paire polyvalente capable de vous accompagner sur l’un comme sur l’autre des terrains (enfin, du trail « sage », pas du skyrunning !) est séduisante en diable.

Test Altra Outroad : la prise en mains (et en pieds)

Une fois déballées, premier sourire : le look est sympa et le design bien réussi. Pour ma part, j’aime beaucoup les chaussures de la marque américaine, mais ai toujours eu un peu de mal avec la largeur de la « boîte à orteils » et cette impression de « pieds carrés ». C’est d’autant plus énervant qu’il n’y a aucune gêne au niveau de la foulée, juste une impression visuelle qui me perturbe. Alors forcément, quand Altra dessine une chaussure « slim fit » étroitisée à l’avant, je valide. En attendant de les enfiler.

Pour le reste du design, rien à redire, le combo orange et gris fonctionne bien, dans les codes de la marque, et le dessous de la semelle présente toujours sa petite empreinte de pieds, autre signature d’Altra.

ALTRA OUTROAD RUN
Photo Esprit Trail

Test Altra Outroad : premiers pas en mode pullman

À peine les chaussures enfilées, le diagnostic se confirme : ce n’est pas avec ce modèle que l’on pourra courir « les doigts de pied en éventail ». Au-delà de l’aspect visuel, plus fin, les sensations aux premières foulées sont également différentes des habituelles Altra. L’avant-pied est plus « tenu », ce qui donne un sentiment de stabilité accru, sans pour autant que le pied soit comprimé.

Ce qui ne change pas, en revanche (et tant mieux!), c’est la sensation de confort que procurent à la fois l’épaisseur de la semelle et la qualité de la mousse utilisée par Altra pour sa semelle intermédiaire. Le ressenti moelleux permet de vite comprendre que si la chaussure n’est pas faite pour le sprint et la performance pure, elle offre un chausson bien agréable pour aligner les kilomètres, critère appréciable quel que soit le terrain.

Quant à l’empeigne, faite d’un mesh alvéolé, elle se révèle bien respirante, sans risque de surchauffe à l’horizon. Entre celle-ci, une languette discrète mais remplissant son office et un laçage ajusté, c’est suffisant pour obtenir un maintien efficace du pied, sans frottement.

Lire aussi notre article : 8 points clés pour reconnaître une bonne paire de chaussures de trail

ALTRA OUTROAD DETAIL
Photo Esprit Trail

Test Altra Outroad : les sensations sur route

Sur route, le moelleux de l’Outroad est indiscutablement des plus agréable. Cependant, on peut se demander si le côté « chamallow » ne risque pas d’atténuer toute velléité de dynamisme dans la foulée. Un peu comme si, à la longue, on se faisait « endormir » par le confort de la chaussure. Mais d’un autre côté, qui choisirait une grosse Harley-Davidson pour rouler en Grand Prix sur circuit ? Il faut bien admettre que cette chaussure n’est pas conçue pour claquer un chrono sur semi ou s’envoyer des séances de fractionné énervées. D’autant que le drop 0 s’oppose à une projection de course vers l’avant. Et qu’avec ses un peu plus de 300 grammes, elle « pèse » un peu trop pour être compétitive face aux fleurons de la route.

Lisez notre article : Drop 0, avantages et limites

Prenons-la donc pour ce qu’elle est censée proposer, à savoir des sessions d’entraînement tranquilles, privilégiant le confort et minimisant les risques de blessures. D’ailleurs, l’épaisseur de la semelle, si elle nuit à l’attaque, permet d’éviter cette sensation de s’écraser au sol de façon répétitive, pas après pas, et de « marteler » la route. Vos cuisses et vos genoux vous en seront reconnaissants, surtout après une vingtaine de bornes.

Test Altra Outroad : les sensations sur sentier

Évidemment, sur chemin, cette même épaisseur qui assure le moelleux de la foulée éloigne le pied du terrain. Donc nuit au dynamisme de la foulée. Mais, nous l’avons déjà souligné, ces chaussures polyvalentes ne sont pas destinées à remplacer des chaussures de trail plus techniques pour terrains très accidentés. Néanmoins, et la différence avec les autres modèles d’Altra est suffisamment grande pour le souligner, l’avant-pied moins large permet un placement plus précis de la pointe du pied sur des chemins parsemés de cailloux. Et ça, c’est bien !

Tout comme il est important de souligner que malgré cette épaisseur de semelle, nous n’avons pas noté de tendance à vriller sur les dévers. Ce qui est plutôt une bonne nouvelle pour les chevilles. Côté sécurité, on appréciera la présence du pare-pierres, même s’il est très fin, surtout pour ceux qui ont les bouts d’orteils déjà fragilisés. Enfin, une mention spéciale pour l’adhérence de ce modèle polyvalent. Sa semelle, bien cramponnée, s’apparente indiscutablement plus à une semelle de modèle pur trail que de modèle route. Le tout avec un poids qui est très raisonnable, dans les standards des meilleures chaussures de trail du marché.

Lire aussi : Comment bien lacer ses chaussures pour éviter les blessures

ALTRA OUTROAD SEMELLE
Photo Esprit Trail

Test Altra Outroad : le verdict

Concevoir un modèle polyvalent oblige à faire des choix, privilégier des options. En premier lieu, et parce qu’on ne peut pas tout avoir, il faut bien se mettre dans le crâne que cette paire n’est pas destinée à la performance pure, que ce soit sur sentier comme sur route. Ceci étant dit, l’Outroad est une très bonne chaussure à la polyvalence bien assumée. Même si elle apparaît à mon sens comme un modèle plus abouti pour le sentier. Bref, un bon choix pour effectuer des sorties plaisir quel que soit le terrain, sans avoir à se prendre la tête sur la paire de chaussures à utiliser.

Poids : 305 grammes en 44
Drop : 0 mm
Prix indicatif site Altra : 140 €

Photo de altra-outroad-modele-homme

Altra Outroad modèle Homme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de altra-outroad-modele-femme

Altra Outroad modèle Femme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
ALTRA DROP 0
Photo Esprit Trail

Dernière évolution du modèle emblématique de chez Hoka, la Mafate Speed 4 est présentée par la marque comme « une chaussure dotée d’une adhérence extrême et d’un amorti réactif pour affronter les terrains les plus exigeants ». Vérification des arguments sur les sentiers caillouteux de Provence.

Photo de hoka-mafate-speed-4-modele-homme

Hoka Mafate Speed 4 modèle Homme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de hoka-mafate-speed-4-modele-femme

Hoka Mafate Speed 4 modèle Femme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.

Hoka la révolutionnaire

Il est désormais loin le temps où l’on riait en voyant les énormes semelles de ces nouvelles venues dans le monde de la chaussure de trail nommées Hoka. 14 ans plus tard, la marque s’est taillée une place de choix dans le monde de la course à pied. Elle a bousculé les codes, s’est affranchie des diktats et a tracé son propre chemin. Au point d’être devenue en 2022 le sponsor principal de quelques-unes des épreuves de trail les plus prestigieuses, UTMB en tête.

Pour rappel, 3 révolutions majeures sont à mettre à l’actif d’Hoka.
La première, la semelle, plus épaisse que chez les concurrents, pour mieux absorber les chocs. Et ce sans pour autant être plus lourde.
Deuxième point, le système de « rocker » ou bascule de la chaussure, avec une zone « plate » au contact avec le sol représentant seulement 40%, contre 70% pour les modèles habituels. Un choix technologique radical destiné à favoriser la course vers l’avant.
Enfin, dernière innovation majeure, un chaussant conçu comme un siège baquet de voiture de sport. Pour une meilleure stabilité du pied du coureur, quel qu’il soit.

Hoka Mafate Speed 4
L’épaisseur de la semelle reste une signature caractéristique de la marque Hoka. Photo Esprit Trail

Hoka Mafate Speed, une longue histoire

Né en 2014, le premier modèle de Mafate Speed, clin d’œil au Cirque de Mafate, passage mythique et ô combien technique de la Diagonale des Fous, a fait mouche. La chaussure s’est tout de suite taillée une réputation de performance sur les terrains techniques. En 2022, la Mafate Speed 4 est une nouvelle évolution de ce modèle phare. Plus légère et confortable, encore plus aboutie.

Les trois évolutions majeures de ce dernier modèle, annoncées par le fabricant, résident dans la modification de la semelle intermédiaire, allégée, le choix du mesh technique tissé monocouche et le nouveau design des crampons, pour une meilleure accroche. Cependant, l’idée de ce test n’est pas de vous abreuver des noms des technologies utilisées par Hoka. Elles sont toutes plus complexes les unes que les autres et ne vous parleront sans doute pas (Litebase, EVA, Traction Lugs, etc). Parlons plutôt des sensations baskets aux pieds. Car, au final, les chaussures sont faites pour courir, non ? Alors suivez-nous sur le sentier…

Lire aussi à ce sujet : 12 choses à savoir pour bien choisir vos chaussures de trail

Test Hoka Mafate Speed 4 : comme dans un chausson

Les observateurs positionnés le long du parcours de l’UTMB 2022 l’ont beaucoup vue. Et pour cause : la Hoka Mafate Speed 4 fait partie des chaussures sorties en 2022 les plus adaptées aux longues distances. Si elle est considérée comme un poil moins performante que la Speedgoat, elle convient sans doute beaucoup mieux aux traileurs amateurs pour lesquels le confort reste le critère n°1 dictant leur choix.

Et en la matière, la Mafate Speed 4 est une reine. Dès les premières foulées, les orteils peuvent trouver leur place grâce à un avant-pied suffisamment large, sans non plus être flottant. L’amorti fait le reste de la sensation, bien aidé par une semelle intermédiaire fabriquée dans une mousse légère et réactive dont la marque a le secret. Malgré son aspect assez massif, dû à la taille de la semelle, son poids très raisonnable (295 grammes en 43) lui permet de se faire oublier. Et, au final, c’est paradoxalement une sensation de légèreté que l’on retient.

Hoka Mafate Speed 4-descente
Malgré son aspect massif, c’est une sensation de légèreté qui s’impose. Photo Esprit Trail

Test Hoka Mafate Speed 4 : souplesse, légèreté et protection

Si les notions de dynamisme et de pourcentage de retour d’énergie intéresseront les athlètes élites, le coureur amateur, lui, sera probablement plus sensible aux notions de confort, légèreté, souplesse et protection. Car pour courir longtemps, il est évident qu’il faut ménager ses pieds en premier lieu. À ce titre, la Mafate Speed 4 propose une combinaison pertinente de tous ces critères.

Au fil des kilomètres, la chaussure se révèle souple et réactive sur des singles étroits et pierreux où les changements d’orientation sont fréquents et inopinés. Tout cela sans rien sacrifier à la protection du pied. Et particulièrement de l’avant-pied, avec son pare-pierres. J’insiste sur ce point, car il fait cruellement défaut sur la Hoka Speedgoat. Mes orteils droits s’en souviennent encore. Mais nous y reviendrons dans le test qui leur sera consacré…

Autre point appréciable, le mesh choisi pour la tige de cette Mafate Speed 4. Tissé très serré, il s’ajuste bien au pied sans le comprimer ni avoir la rigidité qu’on aurait pu redouter. Et le fait qu’il vienne en monocouche offre un maintien léger et permet une bonne respirabilité, sans que le pied ne chauffe trop. Un très bon point, qui joue considérablement dans la sensation de confort.

Hoka Mafate Speed 4-protection avant
L’avant de la chaussure, avec son pare-pierres rigide protégeant bien les orteils. Photo Esprit Trail

Test Hoka Mafate Speed 4 : bingo pour l’adhérence !

Le point fort des Mafate Speed a toujours été l’adhérence, et cette nouvelle évolution le confirme. On aimerait bien être une petite souris pour se glisser dans le laboratoire Hoka et assister aux brainstormings qui président au choix de la disposition des crampons pour offrir au coureur une adhérence maximale et une traction efficace et sécurisée, même sur terrains techniques. Toujours est-il que le test est efficace : ces nouveaux crampons de 5mm offrent une très bonne accroche, même sur un terrain de roches humides et glissantes.

Hoka Mafate Speed 4-semelle
Même sur pierres humides, l’adhérence se révèle remarquable. Photo Esprit Trail

Test Hoka Mafate Speed 4 : le verdict

Les allergiques aux semelles épaisses seront déçus, les nouvelles Hoka n’ont pas « maigri ». Avec 33mm sous le talon, difficile de les ignorer. Mais la légèreté du modèle, inférieur à 300 grammes, fait vite oublier ce côté massif caractéristique de la marque. On retiendra surtout le côté confortable du chaussant et l’amorti, qui sont autant de promesses de sorties longues sans désagréments pour les pieds. Une chaussure à recommander aux amateurs désirant allonger la distance.

Poids : 295 g (en 43)
Drop : 4mm
Prix indicatif site Hoka : 180 €

Photo de hoka-mafate-speed-4-modele-homme

Hoka Mafate Speed 4 modèle Homme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de hoka-mafate-speed-4-modele-femme

Hoka Mafate Speed 4 modèle Femme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.

Lire aussi : Bien nettoyer ses chaussures de trail, mode d’emploi ICI

Hoka Mafate Speed 4-vue générale
Photo Esprit Trail

Il pleut, il neige, il gèle… C’est l’hiver, mais cela ne doit pas arrêter le traileur. Courir en gardant pieds et chevilles au chaud – et au sec – c’est possible, et c’est un extraordinaire confort quand la température devient négative. Aujourd’hui, certaines marques proposent des modèles qui assurent une protection maximale contre le froid et l’humidité et qui pour autant conservent des qualités de « coureuses ». Dans cette gamme, les équipes d’Esprit Trail ont confronté les La Sportiva Cyklon Cross GTX et les Scarpa Ribelle Run Kalibra G, deux modèles qui vous accompagneront au cœur de l’hiver.

Photo de la-sportiva-cyklon-cross-gtx-modele-homme

La Sportiva Cyklon Cross GTX modèle Homme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de la-sportiva-cyklon-cross-gtx-modele-femme

La Sportiva Cyklon Cross GTX modèle Femme

Meilleurs prix

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.

Accroche

Côté La Sportiva : La semelle comporte des crampons d’environ 5 mm d’épaisseur, en forme de polygones, qui assurent un bon grip. Ils permettent aussi d’y visser des picots métalliques dédiés pour améliorer la traction sur les terrains enneigés et glacés. A noter qu’ils ne sont pas fournis avec les chaussures.

Côté Scarpa : La semelle propose des crampons d’environ 5 mm d’épaisseur surmontés de petits picots en caoutchouc pour une accroche réellement performante.

SCARPA SEMELLE
La semelle de la Scarpa, avec des petits picots de caoutchouc pour une meilleure accroche. Photo DR
LA SPORTIVA DESSOUS
La semelle La Sportiva, avec possibilité de visser des picots métalliques pour la glace (non fournis). Photo DR

Stabilité

La chaussure est stable et le pied bien maintenu pour les 2 modèles.

Confort

Côté La Sportiva : Un système pratique permet d’enfiler les chaussures facilement, mais l’épaisseur de la languette et le zip placé sur le dessus du pied peuvent devenir une gêne sur le cou-de-pied.

Côté Scarpa : La chaussure s’enfile facilement elle aussi. La languette est fine et bien enveloppante, et le zip remonte sur le côté extérieur du pied, ne provoquant ainsi aucune gêne pour un confort maximum du pied. De plus, le scratch présent tout en haut de la tige permet de renforcer l’étanchéité de la chaussure.

SCARPA PROFIL
Photo DR
LA SPORTIVA PROFIL
Photo DR

Amorti

Réception agréable – et de facture similaire – pour les deux modèles, et ce même sur les sols durs.

Protection

Côté La Sportiva : La membrane GORE-TEX imperméable et respirante conforte la guêtre déperlante pour empêcher la boue et la neige de pénétrer. Appréciable, le pare-pierres en caoutchouc tout autour de la base de l’empeigne qui remonte largement à l’avant sur tous les orteils.

Côté Scarpa : C’est la première chaussure de trail à intégrer la technologie Windbloc de Polartec, un tissu trois couches qui garantit l’imperméabilité, la respirabilité et une meilleure résistance. Pare-pierres en caoutchouc tout autour de la base de l’empeigne et remontant légèrement sur le gros orteil.

SCARPA DOS
Photo DR

Réactivité

La semelle est légèrement plus fine et souple à l’avant sur La Sportiva Cyklon Cross GTX que sur la Scarpa Ribelle Run Kalibra G, mais les sensations en relance restent agréables sur les deux modèles.

Écoresponsabilité

Aucune information particulière des marques sur cet aspect.

Drop

4 mm aussi bien pour la La Sportiva que pour la Scarpa.

Lire aussi : 12 critères pour bien choisir vos chaussures de trail

Poids

Côté La Sportiva : 295g en 38,5, 355g en 42,5 (taille un peu petit, prendre une demi-pointure de plus que d’habitude)

Côté Scarpa : 320g en 38,5, 380g en 42,5

Laçage

Côté La Sportiva : Équipée du disque L6 BOA, facile à resserrer en course, moins facile à desserrer.

Côté Scarpa : Dotée du nouveau disque BOA Li2 : le serrage et le relâchement de la tension des lacets se font simplement en tournant le disque dans un sens ou dans l’autre.

Adhérence (qualité de la gomme)

Côté La Sportiva : Semelle en FriXion White, un mélange qui offre une adhérence de grande qualité.

Côté Scarpa : Semelle en caoutchouc suffisamment souple pour bien adhérer.

Durabilité

Confection très soignée et solide sur les deux modèles. Seule interrogation, la vitesse d’usure des petits picots en caoutchouc qui surmontent les crampons de la Scarpa.

Prix

Côté La Sportiva : 239 €

Côté Scarpa : 250 €

Conclusion

Ces deux modèles ont énormément de points communs. Ceux qui prévoient de courir beaucoup sur de la neige plus ou moins dure et glacée choisiront les La Sportiva pour la possibilité qu’elles offrent d’y visser des picots métalliques (à acquérir en plus). Ceux qui auront un usage plus polyvalent préfèreront les Scarpa pour une plus grande liberté du cou-de-pied et la possibilité de desserrer d’un seul geste la chaussure en course.

Cet article est paru dans le magazine Esprit Trail N°128.

Pour commander le magazine complet en version papier ou digitale, c’est ICI

Photo de la-sportiva-cyklon-cross-gtx-modele-homme

La Sportiva Cyklon Cross GTX modèle Homme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de la-sportiva-cyklon-cross-gtx-modele-femme

La Sportiva Cyklon Cross GTX modèle Femme

Meilleurs prix

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.

Vous êtes à la recherche de chaussures spécifiques pour performer en Skyrunning ? Avec les nouveaux modèles, véritables Formule 1 taillées pour la sensation, le contact au sol, l’accroche et le renvoi d’énergie, vous allez être gâté. En revanche, on vous prévient, le confort et la durabilité ne sont pas des critères pour ces bolides qui nécessiteront de pouvoir / savoir les conduire. Dans cette gamme, les équipes d’Esprit Trail ont confronté les Dynafit Sky DNA et les Merrell MLT Skyfire 2, deux modèles pour les coureurs athlétiques qui recherchent la performance sur des formats inférieurs à 3 heures de course.

Accroche

Côté Dynafit : Une semelle Vibram classique et efficace, hyper cramponnée, qui donne confiance en toutes circonstances sur parties en terre, boue, pierriers.

Côté Merrell : Une semelle Vibram spécialement conçue avec des crampons de 5 mm qui confèrent une tenue de bonne facture sur les terrains difficiles, aussi bien dans des conditions humides que sèches, tout en étant encore plus durable.

Adhérence (qualité de la gomme)

Côté Dynafit : Testée sur feuille mortes mouillées posées sur dalles de pierres lisses, un must pour la glisse. Verdict : un très bon point pour ce modèle qui a fait le job.

Côté Merrell : Pour réduire encore le poids, le caoutchouc inutile a été retiré du profil des crampons. Sans obérer l’adhérence, cela ajoute un poil de sensations pour aider le pied dans la gestion de l’antiglisse.

DYNAFIT_skyrunning
Accroche et adhérence, les Dynafit Sky DNA sont redoutables sur terrains techniques. Photo DR

Stabilité

Côté Dynafit : Près du sol, avec une semelle intermédiaire assez solide qui ne s’affaisse pas, on ressent une vraie sécurité, même dans les dévers.

Côté Merrell : Une plaque sous le talon court sous toute la chaussure en s’évidant à l’avant du pied pour garantir une stabilité supérieure à la moyenne pour ce type de dispositif. En ce qui concerne les coureurs hyper pronateurs ou hyper supinateurs, la semelle intermédiaire, assez souple, peut s’affaisser après 300 à 400 km sous le talon. À surveiller pour ne pas se blesser.

Confort

Côté Dynafit : Spartiate, avec un choix de ne pas proposer de semelle de propreté pour une sensation accrue du pied au sol. Tout le contraire d’une pantoufle !

Côté Merrell : Assez douce à l’enfilage, elle se porte avec aisance sans ressentir le côté brut du modèle.

Lire aussi : 12 critères pour bien choisir vos chaussures de trail

MERRELL-award
La Merrell MLT Skyfire 2, gagnante d’un IPSO Award 2022 saluant les innovations du produit. Photo DR

Amorti

Côté Dynafit : Il faut de la puissance au sol pour ressentir un soupçon d’amorti, avec une semelle intermédiaire assez compacte et raide.

Côté Merrell : Dotée d’une semelle intermédiaire plus douce, même armée de sa plaque de renvoi, elle est plus permissive en cas d’appui moins maîtrisé.

Protection

Côté Dynafit : La chaussure protège parfaitement le pied, bien tenu dans une empeigne fine et assez rigide.

Côté Merrell : Le mesh de l’empeigne est fin, et l’absence de pare-pierre n’apporte aucune protection particulière, si ce n’est votre habileté à éviter les roches et la végétation.

Réactivité

Côté Dynafit : Une chaussure qui vous renverra l’énergie que vous fournirez, ni plus, ni moins. Pas de perte d’énergie, et un renvoi brut.

Côté Merrell : C’est le point fort du modèle, avec un effet réel de la plaque intégrée à la semelle qui procure un ressenti de réactivité assez tonique.

dynafit-sky-dna-arriere
Photo DR

Écoresponsabilité

Aucune information transmise par les marques à ce sujet.

Drop

Côté Dynafit : 4 mm, soit un drop plutôt bas.

Côté Merrell : 6 mm.

Poids

Côté Dynafit : 239 g en 42,5

Côté Merrell : 200 g en 42,5

Laçage

Côté Dynafit : Un système de laçage complexe qui demande beaucoup d’attention pour réussir le bon réglage. La pochette de rangement est trop étroite et trop près du cou-de-pied pour permettre un rangement qui ne gêne pas.

Côté Merrell : Un laçage classique qui a fait ses preuves et qui permet d’ajuster facilement le serrage du pied. Une astuce intéressante : une sangle de rangement des lacets en oblique sur la languette pour ne pas créer une masse gênante sur le cou-de-pied. Bravo !

Merrell-MTL-Skyfire-2
La sangle de rangement de la Merrell MTL Skyfire 2 permet de ne pas avoir les lacets sur le cou-de-pied. Photo DR

Durabilité

Côté Dynafit : Le modèle est robuste, tant au niveau de l’empeigne que de la semelle extérieure. Elles n’avaient pas bougé après 300 km de sentiers périlleux.

Côté Merrell : Un modèle qu’il faudra préserver pour qu’il reste optimal lors de vos compétitions. La semelle extérieure et la stabilité du talon seront vos points de vigilance.

Prix

Côté Dynafit : 170 €

Côté Merrell : 200 €

Conclusion

Ces deux modèles seront parfaits pour courir des épreuves engagées sur des terrains techniques, mais à deux conditions : être assez léger et être entraîné. Car si elles vous rendront parfaitement vos qualités athlétiques, elles ne vous feront en revanche aucun cadeau si votre foulée s’affaisse et surtout si votre pied perd sa tonicité. La Dynafit Sky DNA trouvera son terrain de prédilection dans les kilomètres verticaux et les courses de montagne alpine d’un format inférieur à deux heures. Les Merrell MLT Skyfire 2 permettront de courir jusqu’à 3 heures, mais manqueront de protection sur les pierriers ou les terrains rocailleux où leur fragilité sera un handicap.

Cet article est paru dans le magazine Esprit Trail N°128.

Pour commander le magazine complet en version papier ou digitale, c’est ICI

Vous voulez être tendance ? Chaussez des mœlleuses, des épaisses, des robustes ! En 2023, comme en 2022, les marques proposent des modèles « tout confort » qui offrent de la douceur même en milieu hostile ! Destinées à tous les gabarits, et pour toutes les envies de trail, ces chaussures permettront de pratiquer en toute sécurité, de la petite promenade pour aller trottiner au parc du coin de la rue jusqu’à l’ultra trail engagé en montagne. Dans cette gamme, les équipes d’Esprit Trail ont confronté les New Balance Hierro V7 et les Brooks Caldera 6, deux modèles qui vous emmèneront loin sans brutaliser vos pieds.

Photo de new-balance-hierro-v7-modele-homme

New Balance Hierro V7 modèle Homme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de new-balance-hierro-v7-modele-femme

New Balance Hierro V7 modèle Femme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de brooks-caldera-6-modele-homme

Brooks Caldera 6 modèle Homme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de brooks-caldera-6-modele-femme

Brooks Caldera 6 modèle Femme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.

Accroche

Côté New Balance : Une semelle Vibram bien plane, avec des crampons marqués qui s’adapteront à toutes les conditions de terrains.

Côté Brooks : Une très large semelle qui vous offrira un appui franc et massif au sol. L’arrière est évidé en son centre pour offrir plus de souplesse, sans obérer l’accroche.

Drop

Côté New Balance : avec un drop standard de 8 mm, cette Hierro V7 permet un usage facile pour la majorité des coureurs.

Côté Brooks : Même chose pour la Caldera 6, qui affiche un drop de 6 mm.

BROOKS CALDERA 6 FACE
La Caldera 6 : une semelle énorme et un drop de 6mm.

Adhérence (qualité de la gomme)

Côté New Balance : La semelle extérieure en Vibram fait parfaitement le job, un des meilleurs rendus en adhérence pure.

Côté Brooks : Le caoutchouc avec du nitrogène injecté est d’une grande qualité, garantissant une adhérence même sur pierres plates mouillées.

NEW BALANCE HIERRO V7 EXTERNE
La semelle extérieure de la New Balance offre une adhérence exceptionnelle.

Stabilité

Côté New Balance : Le montage très classique de l’empeigne, avec une large languette attenante, permet un enveloppement optimal du pied qui restera hyper stable dans la chaussure.

Côté Brooks : L’empeigne s’ajuste facilement à diverses formes de pied, et assure un maintien très correct du pied. Un bémol : la plateforme de la semelle est tellement élargie qu’il faudra être attentif dans les dévers pour justement ne pas « déverser ».

Poids

Côté New Balance : 305g en 42

Côté Brooks : 300g en 42

Lire aussi : 12 critères pour bien choisir vos chaussures de trail

Amorti

Côté New Balance : La semelle intermédiaire faite d’un unique bloc de mousse absorbe tous les impacts avec le sol, au risque d’une perte de sensation et d’envie de relance.

Côté Brooks : La semelle intermédiaire spécifique à la marque, composée d’azote infusé, offre un amorti puissant qui garde toutes ses qualités au fil des heures, et assure une relance de bonne facture.

BROOKS CALDERA 6_PROFIL
La semelle intermédiaire de la Brooks, intégrant de l’azote infusé, offre un moelleux et un amorti incomparables.

Confort

Côté New Balance : C’est le point fort de cemodèle qui peut concurrencer la meilleure des pantoufles ! Confortable dès le premier enfilage…

Côté Brooks : On se sent très vite à l’aise dans ce modèle où le pied peut s’épanouir sans aucun point de friction.

Protection

Côté New Balance : Le pare-pierres assez rigide et qui court sur le flanc intérieur fait bien le job et assure une vraie protection du pied dans ses parties les plus fragiles.

Côté Brooks : L’épaisseur de l’empeigne et l’insert de picots rigides sur le pourtour de la chaussure permet une protection de grande qualité.

NEW BALANCE HIERRO V7 EXTERNE SEMELLE
Confort et protection, 2 atouts majeurs de la Hierro V7.

Laçage

Côté New Balance : Laçage classique et efficace avec des lacets plats solides. Pas de système de range-lacets.

Côté Brooks : Laçage classique avec un élastique range-lacets, simple mais efficace.

Réactivité

Côté New Balance : Le retour d’énergie de la semelle intermédiaire est juste correct, mais respecte le naturel de votre foulée.

Côté Brooks : La semelle intermédiaire met l’accent sur la réactivité, et cela fonctionne bien pour peu que l’on dynamise sa foulée.

Durabilité

Côté New Balance : L’empeigne résiste bien à l’abrasion et la semelle ne se fatiguera qu’après plus de 1000 km .

Côté Brooks : Le modèle est robuste et durable et vous accompagnera longtemps.

BROOKS CALDERA 6 SEMELLE
La Caldera 6, une chaussure pour aller loin…

Écoresponsabité

Côté New Balance : Même si elle le revendique, la marque semble n’avoir que peu de démarches écoresponsables.

Côté Brooks : La marque déclare acheter des compensations carbone depuis 2021 et vouloir atteindre la neutralité carbone nette d’ici 2040.

Prix

Côté New Balance : 160 €

Brooks : 150 €

Conclusion

Même s’ils concourent dans la même catégorie des moelleuses, ces deux modèles sont très différents dans la conception et le ressenti à l’usage. Côté New Balance, on s’inscrit dans le traditionnel, avec un modèle solide, confortable, très stable et qui garantit de pouvoir faire un très long chemin sans encombre ni mauvaise surprise. Côté Brooks, le modèle est plus clivant, avec une semelle hyper large, qui assure un vrai confort d’amorti mais qui doit trouver sa place sur le chemin, qui nécessitera de plus vous engager pour en extraire les indéniables qualités.

À vous de faire votre choix entre tradition sécurisante et innovation parfois surprenante.

Cet article est paru dans le magazine Esprit Trail N°128.

Pour commander le magazine complet en version papier ou digitale, c’est ICI

Photo de new-balance-hierro-v7-modele-homme

New Balance Hierro V7 modèle Homme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de new-balance-hierro-v7-modele-femme

New Balance Hierro V7 modèle Femme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de brooks-caldera-6-modele-homme

Brooks Caldera 6 modèle Homme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de brooks-caldera-6-modele-femme

Brooks Caldera 6 modèle Femme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.

Elles passent partout, d’un bout de bitume aux dévers pierreux. Elles sont à l’aise sur la plupart des terrains, et s’adaptent à toutes les morphologies, du poids plume au plus beau gabarit. Polyvalentes, ces chaussures seront adaptées aux traileurs débutants sur les parcours péri-urbains peu techniques et roulants, et pourront aussi être chaussées par des traileurs confirmés qui apprécieront la légèreté et l’accroche. Dans cette gamme de large spectre, les équipes d’Esprit Trail ont confronté les Asics Fuji Lite 3 et les Evadict XT8, deux modèles qui vous accompagneront à l’entraînement comme en course, en vous offrant une protection de qualité.

Photo de asics-fuji-lite-3-modele-homme

Asics Fuji Lite 3 modèle Homme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de asics-fuji-lite-3-modele-femme

Asics Fuji Lite 3 modèle Femme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.

Accroche

Côté Asics : des crampons de 3,5 mm, assez souples, qui vont être plus accrocheurs sur les parties dures, lisses et humides, mais qui fonctionneront moins bien sur les sols boueux ou mous.

Côté Evadict : des crampons de 5 mm, bien espacés pour expulser plus facilement la boue, et très marqués sur les bords pour accrocher en dévers. Une sensation de sécurité avérée à l’usage.

Asics-FUJI-LITE-3 semelle
La semelle de l’Asics Fuji Lite 3, bien accrocheuse sur terrains durs.

Adhérence (qualité de la gomme)

Côté Asics : Une gomme efficace, tant que faire se peut, sur les dalles lisses et humides. Mais une usure assez rapide.

Côté Evadict : Un caoutchouc sélectionné pour ne pas glisser sur terrains durs et humides, et qui fait bien le job.

evadict XT8 crampons
L’Evadict XT8, une adhérence très satisfaisante.

Stabilité

Côté Asics : Une chaussure qu’il faudra bien ajuster au niveau du laçage pour ne pas « déverser » sur les sentiers en dévers ou dans les éboulis.

Côté Evadict : Une bande de polyuréthane, soudée au mesh sur l’arrière et les côtés de la chaussure, entoure votre pied. Résultat : quand vous tirez sur vos lacets, votre chaussure maintient votre pied. A ajuster avec patience pour ne pas restreindre la mobilité de vos malléoles.

Confort

Côté Asics : C’est le point fort du modèle. Une douceur ressentie dès le premier enfilage et qui se confirme au fil des heures, sans aucun point de friction.

Côté Evadict : La doublure couvre tout l’intérieur de la chaussure jusqu’aux orteils et procure une sensation de confort assez agréable.

Drop

Côté Asics : Avec un drop de 4 mm, cette Fuji Lite 3 nécessite un apprentissage pour les coureurs venant de la route et coutumiers de drops plus conséquents. Attention aux douleurs de mollets et de tendons d’Achille.

Côté Evadict : Avec 8 mm de drop, cette XT 8 permet un usage facile pour la majorité des coureurs.

evadict XT8 profil terre
Avec son drop 8, la Evadict est dans la norme actuelle, donc accessible à tous les coureurs.

Poids

Côté Asics : Un poids léger pour ce type de modèle (250 g en 42) qui se ressent en courant.

Côté Evadict : Dans la moyenne de la gamme (315 g en 42). Peut mieux faire.

Amorti

Côté Asics : C’est l’une des chaussures les plus « douces » de cette gamme. Du talonneur à celui qui touche le sol à l’avant-pied, l’amorti est bel et bon. Et ce sans obérer l’aptitude à sentir le sol, un très bon point !

Côté Evadict : Le concept K-Only propose une mousse plus dense située sous le premier métatarse qui permet d’associer l’amorti lors de la phase de réception et une tonicité relative dans le transfert avant. Ce modèle marque une avancée dans l’aptitude à amortir de la marque.

Lire aussi : 12 critères pour bien choisir vos chaussures de trail

Protection

Côté Asics : Ce n’est pas le sujet de cette chaussure. Pas de vrai pare-pierre à l’avant, et une empeigne sans protection particulière. A vous d’éviter cailloux et racines !

Côté Evadict : Les orteils sont protégés et les flancs de la chaussure sont renforcés. Juste assez pour une protection sans trop de rigidité de l’ensemble.

Asics-FUJI-LITE-3
Pas de protection particulière de l’avant-pied chez Asics.

Laçage

Côté Asics : Pas de fioriture, l’essentiel d’un laçage traditionnel, avec une pochette discrète en haut de la languette pour protéger la ganse d’un délaçage « sauvage ».

Côté Evadict : Du très classique qui fonctionne bien, avec une poche de rangement sur la languette pour les lacets.

Réactivité

Côté Asics : Une belle réactivité lors de la phase de transfert du pied, grâce à la souplesse et au moelleux de la semelle intermédiaire. En accélérant, on ressent cette aptitude à « envoyer » et la souplesse de l’ensemble de la chaussure.

Côté Evadict : Si la marque met en avant une amélioration du renvoi d’énergie de + 25%, le ressenti reste en deçà des modèles d’autres marques de cette gamme. On note de plus une relative rigidité de l’ensemble.

Durabilité

Côté Asics : Une vraie déconvenue, avec le caoutchouc de la semelle se décollant au bout de quelques sorties et moins de 200km parcourus.

Côté Evadict : La XT8 est donnée pour vous accompagner jusqu’à 1 000 km (et garantie 2 ans). Le test de terrain confirme cette belle durabilité.

evadict XT8 action
Bonne pioche question durabilité, la Evadict XT8 est conçue pour vous accompagner longtemps…

Ecoresponsabilité

Côté Asics : Le mesh de l’empeigne est composé à 50% de matériaux recyclés. La semelle intérieure est produite avec le processus de teinture en solution, qui réduit la consommation d’eau d’environ 33% et les émissions de carbone d’environ 45% par rapport à la technologie de teinture conventionnelle. Enfin, la semelle intermédiaire est en partie composée de nanofibres de cellulose, un matériau biosourcé.

Côté Evadict : Pas d’annonce de la marque en la matière, ni de matériaux recyclés employés.

Prix

Côté Asics : 140 €

Côté Evadict : 80 €

Conclusion

L’Asics Fuji Lite 3 offre des sensations de modèle de course sur route. Elle privilégie la souplesse et la réactivité. La protection et la durabilité de l’ensemble semblent des points secondaires. Elle permettra de courir « vite » sous réserve de s’habituer au préalable au drop bas. Attention aux terrains abrasifs et pierreux car le modèle est fragile.

L’Evadict XT8, bien plus solide, est moins réactive, mais pourra vous accompagner plus longtemps avec plus de sécurité. Le ressenti de course, moins qualitatif, se compensera par l’acquisition d’un modèle de course en complément, et ce pour un budget total quasi équivalent puisque deux paires d’Evadict correspondent pratiquement au tarif d’une seule paire d’Asics.

Ce test comparatif est paru dans le magazine Esprit Trail N°128.

Pour commander le magazine complet en version papier ou digitale, c’est ICI

Photo de asics-fuji-lite-3-modele-homme

Asics Fuji Lite 3 modèle Homme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de asics-fuji-lite-3-modele-femme

Asics Fuji Lite 3 modèle Femme

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.

Nettoyer vos chaussures de trail est nécessaire si vous voulez leur assurer une bonne durée de vie et respecter des règles élémentaires d’hygiène. Mais pas question de faire n’importe quoi ou de les passer à la machine à laver avec le reste de votre tenue. Suivez nos conseils.

Bien nettoyer ses chaussures de trail : le pré-lavage

Si vos chaussures sont très sales, ne traînez pas ! Une fois rentré chez vous, nettoyez rapidement le gros de la boue ou de la poussière en passant vos baskets sous l’eau. Moins la boue aura le temps de sécher, plus il sera facile de l’enlever et d’éviter qu’elle ne tache le mesh de vos chaussures. Profitez-en pour nettoyer vos semelles en les tapant l’une contre l’autre, d’abord en les tenant par le talon, ensuite par l’avant. Cela permettra d’ôter le plus gros de la terre incrustée entre les crampons.

Bien nettoyer ses chaussures de trail : le lavage

Enlevez les lacets ou desserrez le système Quick Lace pour enlever les semelles de propreté. Trempez les dans de l’eau tiède et brossez-les à l’aide d’une brosse souple. Mettez-les ensuite à sécher, de préférence à l’extérieur. Sinon, dans un endroit aéré. Ne passez pas les semelles à la machine à laver !

Nettoyer chaussures 3
Nettoyage de la semelle de propreté. Photo Esprit Trail

Concernant vos chaussures, même combat : oubliez toute idée de les passer à la machine à laver ! Armez-vous de votre brosse souple et frottez les baskets pour enlever tout ce qui traîne, boue, poussières, petits cailloux, etc. Une bonne éponge fera également l’affaire, même si pour les semelles cramponnées, la petite brosse est plus pratique.

Attention : n’utilisez pas de lessive ou de savon, cela pourrait dégrader vos chaussures.

Nettoyer chaussures 4
Photo Esprit Trail

Bien nettoyer ses chaussures de trail : le séchage

Bien faire sécher ses chaussures est essentiel pour leur assurer une durabilité de vie normale. Mais attention, ne cédez pas à la tentation d’accélérer le processus en les mettant sur un radiateur ou en plein soleil : cela les abîmera plus qu’autre chose. Si vous êtes pressé, vous pouvez éventuellement vous servir d’un sèche-cheveux. Mais uniquement s’il souffle un air à température ambiante. Surtout pas d’air brûlant ! Vous pouvez également les bourrer de papier journal, qui à la particularité d’absorber l’humidité.

Si vous avez le temps, l’idéal est de les laisser sécher sous abri, dans une pièce bien aérée, à température ambiante. Ce n’est qu’une fois bien sèches que vous pourrez remettre les semelles de propreté – elles aussi bien sèches – et les lacets (qui, eux, peuvent passer à la machine si vous le souhaitez).

Si vos chaussures ont une membrane de type Gore-Tex, pensez à les ré-imperméabiliser régulièrement (tous les 3 ou 4 nettoyages) à l’aide d’un spray spécial. Conformez-vous au mode d’emploi du spray pour bien réaliser cette opération.

Nettoyer chaussures 5
Photo Esprit Trail

Bien nettoyer ses chaussures de trail : halte aux mauvaises odeurs

Du fait de la transpiration des pieds pendant l’entraînement et de la prolifération des bactéries en milieu humide, les chaussures de course à pied sont rarement épargnées par les mauvaises odeurs. Et il y a de fortes chances qu’une odeur désagréable subsiste même une fois vos chaussures bien lavées. Comme pour des chaussures classiques, munissez-vous d’un produit désinfectant anti-odeurs. Faites quelques pulvérisations à l’intérieur des chaussures, puis laissez-les sécher dans un endroit aéré.

Bien nettoyer ses chaussures de trail : le rangement

Evitez d’enfermer vos chaussures dans un placard ou une boîte à chaussures. Et surtout pas dans un sac en plastique. Choisissez de préférence un endroit à l’air libre, sec et bien aéré, à l’abri du soleil.

Bien nettoyer ses chaussures de trail : la durabilité

Au-delà de l’aspect esthétique, le nettoyage régulier de vos chaussures de trail vous permettra de leur assurer une durée de vie normale. Toute accumulation de boue ou de poussière pourrait à la longue rigidifier les membranes extérieures. Or les tissus rigidifiés sont plus fragiles, ils peuvent s’user plus rapidement au niveau des pliures, voire craquer.

Lancée en grande pompe (normal pour une chaussure!) le 13 octobre 2022, la TRAILFLY ULTRA G 280 de l’équipementier britannique inov-8 promettait « la meilleure adhérence au monde » et une restitution d’énergie optimale grâce à une semelle intermédiaire intégrant de l’azote gazeux. Nous l’avons testée dans les sentiers rocailleux de Provence. Verdict.

Photo de inov-8-trailfly-ultra-g-280-modele-homme

Inov-8 TRAILFLY ULTRA G 280 modèle Homme

Meilleurs prix

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de inov-8-trailfly-ultra-g-280-modele-femme

Inov-8 TRAILFLY ULTRA G 280 modèle Femme

Meilleurs prix

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.

inov-8 TRAILFLY ULTRA G 280 : l’innovation comme ADN

Il est toujours compliqué de ne se fier qu’aux annonces des équipementiers pour évaluer l’intérêt d’un produit. D’ailleurs, nous vous l’avons toujours dit ici : pour bien choisir vos paires de chaussures, rien ne vaut l’essai en magasin pour apprécier votre propre ressenti. Avec, si possible, un petit run de test pour évaluer le comportement en action. A ce titre, on apprécie particulièrement les espaces d’essai, faits de faux rochers, troncs d’arbres et autres éléments artificiels des pistes de test que l’on trouve dans certains magasins, ou sur certains salons dédiés au running. Rien de mieux pour se faire sa propre opinion.

Lire aussi à ce sujet : 12 choses à savoir pour bien choisir vos chaussures de trail

Azote gazeux, vous avez dit azote gazeux ?

Alors, que penser de la nouveauté d’inov-8 présentée 13 octobre 2022, qui annonçait sa “première chaussure utilisant une semelle intermédiaire intégrant de l’azote gazeux” ? L’azote gazeux serait-il LE produit miracle pour l’amorti et le rebond ? Déjà, en 2021, Brooks présentait une nouvelle gamme composée de l’une de ses dernières technologies : le DNA LOFT v3, un composé de la semelle intermédiaire avec nitro-injection. Au centre de cette technologie, une mousse révolutionnaire infusée à l’azote, le Nitro Infused. Mouse que l’on peut désormais retrouver dans plusieurs modèles de la marque : la Aurora-BL, l’Hyperion Tempo et la Glycerin 20 pour la route, et la Caldera 6 pour le trail. Et notre test de la Caldera 6 a permis d’apprécier son amorti absolu.

Lire ICI notre test de la Brooks Caldera 6

Alors, entre l’injection d’azote gazeux d’inov-8 et l’infusion à l’azote de Brooks, y a-t-il des différences ? Il était urgent d’enfiler cette paire de TRAILFLY ULTRA G 280 pour la tester en situation…

Test inov-8 TRAILFLY ULTRA G 280 prez
Photo Esprit Trail

Test inov-8 TRAILFLY ULTRA G 280 : premières impressions

Une paire de chaussures, c’est comme une première rencontre : l’aspect physique compte forcément un peu, même si l’on sait qu’il ne fait pas tout. A ce titre, la TRAILFLY ULTRA G 280 est vraiment bien réussie, avec son côté bicolore orange et bleu sombre plutôt sobre, sans fioritures. La légère courbure vers l’intérieur de l’avant-pied me trouble un peu, je n’apprécie pas trop cette impression, une fois chaussé, d’avoir les pieds rentrants. Mais une fois en mouvement, ce malaise se dissipe.

Se pose alors la question : seriez-vous capable de ressentir la différence entre une restitution d’énergie dépensée de 48% et de 68%, pour peu que l’on se fie aux chiffres communiqués par l’équipementier anglais ? Personnellement, certainement pas. Et j’imagine qu’il faudrait une batterie de capteurs sur un coureur, dans un environnement précis, sur un terrain particulièrement adapté, pour pouvoir ne serait-ce qu’enregistrer un tel critère. Alors de là à faire des comparaisons sur un ressenti…

Donc soyons honnête, je ne suis pas en mesure d’apprécier à sa juste valeur l’innovation mondiale que représente cette mousse FLYSPEED à l’azote gazeux proposée par la TRAILFLY ULTRA G 280. En revanche, je peux apprécier le confort de la foulée et la qualité de l’amorti, indiscutablement dû à cette semelle intermédiaire. C’est déjà pas si mal…

Test inov-8 TRAILFLY ULTRA G 280 accroche
Photo Esprit Trail

Test inov-8 TRAILFLY ULTRA G 280 : légèreté et… chaleur

J’apprécie également la légèreté de la chaussure malgré l’épaisseur de la semelle, donnée pour 280 grammes en taille 42. Il est toujours agréable de ne pas s’élancer avec des « enclumes » aux pieds, mais on sait bien que l’équation poids/amorti/confort est complexe, et qu’aller vers le poids plume se fait souvent au détriment du confort de la semelle intermédiaire. L’azote gazeux aurait-il son petit effet ?

Je suis en revanche plus réservé sur l’empeigne, qui bien que micro-perforée me semble un peu trop épaisse pour assurer une bonne respirabilité du pied. Bref, j’ai rapidement chaud à l’intérieur de la chaussure. Ce n’est certainement pas un problème par temps froid, bien au contraire, mais en plein été, ce sera une autre histoire.

inov-8 TRAILFLY ULTRA G 280 : la promesse du graphène

C’est ensuite sur le terrain de l’accroche, facile à estimer, que je veux aller tester cette chaussure. La TRAILFLY ULTRA G 280 est en effet annoncée comme ayant une semelle extérieure G-GRIP proposant, selon l’équipementier, « la meilleure adhérence au monde ». Rien que ça ! Pour être en mesure d’offrir ce grip nec plus ultra, inov-8 utilise un caoutchouc amélioré par le graphène. Je vous épargnerai la discussion sur ce qu’est réellement le graphène, un simple coup d’œil à la définition wikipedia me fait mal à la tête : « Le graphène est un matériau bidimensionnel cristallin, forme allotropique du carbone . » Vous suivez ?

Contentons-nous de la fiche produit d’inov-8, qui nous explique que ce caoutchouc enrichi de graphène serait 200 fois plus résistant que l’acier. Résultat : une semelle extérieure avec non seulement une adhérence exceptionnelle, mais également une durabilité accrue. Bien sûr, la matière ne fait pas tout. La disposition des crampons multidirectionnels de 4 mm est également là pour améliorer la propulsion à l’avant et le freinage à l’arrière. Enfin, tout ça, c’est sur le papier. Alors, sur le terrain, ça dit quoi ?

Test inov-8 TRAILFLY ULTRA G 280 : quelle accroche !

Pour en avoir le cœur net, direction les falaises dominant le Pas de Julien, sur le sentier reliant le Pas de la Colle au Pas de Bellefille, entre Cassis et La Ciotat. Là, impossible de tricher : entre éboulis et rochers en dévers, l’adhérence est primordiale pour tenir debout. Et plus encore pour courir. Connaissant bien ce sentier, dont les 400m de montée sèche pour 100mD+ constituent une de mes bases habituelles d’entraînement en côte, je constate que l’accroche de la TRAILFLY ULTRA G 280 n’est pas sur-vendue. La chaussure offre en effet une adhérence remarquable, même sur les dévers les plus pentus. Les crampons remplissent parfaitement leur rôle en montée, permettant une très bonne propulsion vers l’avant. Quant à la sécurité induite par cette adhérence, elle permet une meilleure assurance dans la descente, où mes appuis sont précis et stables. Un vrai bon point.

Test inov-8 TRAILFLY ULTRA G 280
Photo Esprit Trail

Test inov-8 TRAILFLY ULTRA G 280 : sentir le sentier sans le subir

Dernière innovation de la TRAILFLY ULTRA G 280 que je peux tester, la fameuse rainure ADAPTER-FLEX de 8 mm de profondeur qui coupe la semelle extérieure en 2. Selon les ingénieurs d’inov-8, cette rainure permet à la chaussure de fléchir et de se mouler aux irrégularités du terrain pour « une course de trail connectée ». Comprenez par là que cette rainure permet de libérer la semelle intermédiaire de toute rigidité. Ainsi, fonctionnant en tandem avec l’articulation médio-tarsienne du pied, elle permet d’accroître la mobilité de la chaussure et son adaptation au terrain.

Il suffit de prendre la chaussure, une main sur l’avant, l’autre sur le talon, et de plier la chaussure en 2 comme pour relier la pointe au talon, semelle en l’air, pour comprendre le concept. La semelle se « casse » au niveau de la rainure, illustrant l’existence de 2 blocs distincts au niveau de la semelle intermédiaire.

Dans les faits, la connexion de l’avant-pied au terrain est effectivement bien réelle. Je sens le sentier, j’en suis suffisamment proche pour pouvoir l’appréhender pleinement. Ce qui représente un véritable atout sur terrains durs et secs, où des torsions de chevilles seraient vite possibles. Une sensation d’autant plus intéressante que l’amorti reste suffisant pour ne pas subir non plus le chemin, ce qui arrive parfois avec des chaussures plus minimalistes peu adaptées au terrain dur et à la longue distance.

Test inov-8 TRAILFLY ULTRA G 280 semelle rainure
Photo Esprit Trail

Test inov-8 TRAILFLY ULTRA G 280, le verdict

La TRAILFLY ULTRA G 280 offre indiscutablement une excellente accroche, très appréciable sur les terrains durs, pour une foulée sûre, sans compromis. L’amorti permet une course confortable et une foulée dynamique. L’empeigne reste à mon goût un peu trop épaisse et manque de respirabilité, faisant rapidement chauffer les pieds. La languette tient bien en place et est suffisamment rembourrée pour optimiser le confort. Le laçage est précis, le pare-pierres suffisant pour une bonne protection. Reste le prix, 190 euros, très élevé par rapport au marché qui a déjà beaucoup augmenté. Mais j’imagine qu’il va hélas falloir s’habituer en 2023 à devoir débourser près de 200 euros pour des chaussures ayant ce niveau de technicité…

TRAILFLY ULTRA G 280 : les spécificités techniques

Drop : 8mm
Fit (sur l’échelle inov-8 1-5, 5 étant le plus large) : 5
Profondeur des crampons : 4mm
Stack height (semelle intermédiaire) : 22mm à l’arrière, 14mm à l’avant-pied
Stack height (y compris la semelle extérieure et l’assise plantaire) : 33mm à l’arrière, 25mm à l’avant-pied
Prix indicatif : 190 euros

Photo de inov-8-trailfly-ultra-g-280-modele-homme

Inov-8 TRAILFLY ULTRA G 280 modèle Homme

Meilleurs prix

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Photo de inov-8-trailfly-ultra-g-280-modele-femme

Inov-8 TRAILFLY ULTRA G 280 modèle Femme

Meilleurs prix

Ces prix ont été actualisés le 06/02/2023 par All4affiliates. Ils sont listés en ordre croissant et hors frais de livraison. Seuls les prix affichés chez les marchands font foi.
Test inov-8 TRAILFLY ULTRA G 280 open bis
Photo Esprit Trail