Drop 0 : avantages et limites

drop 0 open

Le drop correspond à la différence entre l’épaisseur de la semelle complète (semelle extérieure + semelle intermédiaire) mesurée au talon et celle mesurée à l’avant-pied (point d’appui du début des orteils). Plus la différence entre les deux mesures est grande, plus la pente entre votre talon et vos orteils est importante. Plus elle se rapproche de 0, plus votre pied se rapproche de la position pied nu, à plat au sol. Et cette histoire de drop peut changer beaucoup de choses dans votre façon de courir…

Le drop, une histoire de millimètres

Le drop se mesure en millimètres. Plus la différence entre la hauteur du pied au niveau du talon et celle au niveau des orteils est importante, plus le drop sera élevé. A l’inverse, plus cette différence sera faible, moins le drop sera élevé. Lorsqu’elle est nulle (talon et orteils sur un même plan, on parle de drop 0 (pour 0 millimètre).

Aujourd’hui, la majorité des chaussures présentes sur le marché de la course à pied proposent un drop assez conséquent, généralement compris entre 8 et 12 millimètres. Nénanmoins, ces dernières années, le drop moyen a eu tendance à diminuer. Alors que dans les années 90 il se situait aux alentours de 12 millimètres, il se situe aujourd’hui aux environs de 8 millimètres.

DROP 0
Un drop 0 mm VS un drop 10mm. Illustration DR

Drop et amorti : attention aux confusions

De nombreuses personnes ont tendance à confondre la notion de drop et la notion d’amorti. En effet, l’amorti n’est pas lié au drop, mais à la densité de la semelle et à la quantité et qualité du matériau utilisé. Une chaussure avec un drop 0 peut donc très bien proposer un excellent amorti, tandis qu’une chaussure avec un drop élevé peut présenter un amorti médiocre. La marque américaine Altra, qui s’illustre par des modèles exclusivement avec un drop 0, présente ainsi des semelles épaisses et un très bon amorti. Tout comme les modèles de Hoka One One, connues pour leurs semelles volumineuses, et qui proposent pourtant toutes un drop faible (4-5 mm).

Cette confusion entre drop, amorti et confort est également entretenue par le fait que, mécaniquement, une chaussure ayant un talon plus élevé que l’avant-pied provoque moins de tension au niveau du mollet et du tendon d’Achille. Cette différence de tension crée chez certains un inconfort qui est parfois interprété comme un manque d’amorti. A tort.

ALTRA DROP 0
Les Altra Outroad, une semelle épaisse mais un drop 0. Photo Esprit Trail

Drop et biomécanique de course

Selon l’écrivain et journaliste américain Christopher McDougall, célèbre dans l’univers du running pour son ouvrage Born to Run, le drop est apparu en 1972 sur un modèle de chez Nike, la Cortez. Cette chaussure était la première à présenter une différence de hauteur significative entre le talon et l’avant du pied. Selon lui, l’apparition du drop a profondément modifié la foulée des coureurs : en ayant le pied incliné par rapport au sol, ils ont eu tendance à privilégier l’attaque talon plutôt que l’attaque du médio-pied ou de l’avant-pied.

Ce changement dans la conception des chaussures, avec également l’introduction de technologies destinées à stabiliser le pied, a eu pour conséquence de modifier la biomécanique de course. Si bien qu’aujourd’hui, près de 80% des coureurs privilégient l’attaque talon.

DROP 0 archive-nike-cortez-1972
La Nike Cortez de 1972, première chaussure à présenter un drop significatif. Photo Archives Nike

Les avantages du drop 0

Le concept du drop 0 est d’imiter la course telle qu’elle serait si elle était totalement naturelle, c’est-à-dire si vous étiez pieds nus. Donc d’une biomécanique naturelle. La position induite par ce type de chaussure, avec une foulée privilégiant l’avant et le médio-pied, génère des impacts moins traumatisants. En effet, ce n’est plus le talon qui encaisse les chocs et fait office d’amortisseur, mais le mollet. Résultat : moins de douleurs au niveau du dos, des genoux et des pieds.

Autre avantage du drop 0 : si vous y êtes bien adapté, votre foulée va favoriser le renforcement de la chaîne postérieure, élément moteur en course à pied. De plus, en étant proche de la biomécanique naturelle, vous favoriserez également le renforcement des muscles de vos pieds.

Attention, vous devez cependant garder à l’esprit que ce n’est pas le drop qui définit votre foulée. Si un drop élevé invite à courir sur le talon et un drop nul sur l’avant du pied, ce n’est qu’une invitation, pas une conséquence automatique. Vous pouvez toujours, avec un drop peu élevé, courir sur le talon, même si cela ne correspond pas à la logique à laquelle vous pousse l’absence de drop.

DROP 0 Attaque talon VS attaque avant-pied
Un drop élevé favorise l’attaque talon, tandis qu’un drop peu élevé ou nul favorise l’attaque par l’avant-pied. Illustration DR

Pourquoi essayer le drop 0 ?

Si vous êtes débutant en course à pied, le drop 0 vous permettra d’adopter dès le départ une biomécanique de course naturelle, donc plus protectrice.

Mais ce sont souvent les blessures à répétition qui amènent les coureurs à s’intéresser au drop 0. Ils espèrent que leur foulée, plus naturelle, soit moins traumatisante. Si c’est votre cas, ou si vous souhaitez tester le drop 0 par simple curiosité, soyez cependant prudent. En effet, il est évident que pour un coureur habitué à des chaussures avec un drop élevé, le passage à un drop 0 va immanquablement provoquer une mise en tension plus importante de la chaîne postérieure. Le mollet, le tendon d’Achille et le fascia plantaire vont être bien plus sollicités. Aussi, il est primordial que cette transition soit la plus douce possible.

Cela dit, et comme expliqué plus haut, le principe du drop 0 est de courir sur l’avant du pied, et non sur le talon. Ce qui revient à apprendre à courir différemment. Pour cela, vous pouvez par exemple commencer par réduire progressivement le drop de vos chaussures. Vous pouvez aussi partager votre entraînement afin de ne réaliser dans un premier temps que vos échauffements avec un drop 0, et vos séances avec vos chaussures habituelles, en essayant de continuer à courir sur l’avant-pied.

DROP 0 ET SEMELLE ALTRA MONT-BLANC
La Mont-Blanc d’Altra, modèle 2022 destiné à l’ultra, avec un excellent amorti et un drop 0. Photo Altra

Les limites du drop 0

Premier point avant d’aborder les limites physiologiques : si vous êtes confortable avec vos chaussures ayant un drop moyen à élevé, et que vous n’êtes pas sujet à des blessures, vous n’avez aucune raison de passer au drop 0.

Sauf, bien sûr, à vouloir renforcer votre chaîne postérieure par des séances spécifiques. C’est pour cette raison que certains spécialistes conseillent aux coureurs d’avoir à la fois des chaussures à drop élevé et à drop 0, et de faire de temps en temps des séances à drop 0 : pour renforcer principalement les mollets et les tendons d’Achille. Une étude publiée en 2015 dans le Scandinavian Journal of Medicine & Science in Sports conclut que cette rotation pourrait diminuer le risque de blessures.

Il existe des cas spécifiques pour lesquels le drop 0 n’est pas conseillé. Les blessures au niveau de la chaîne postérieure sont en tête de liste. Ainsi, si vous avez une lésion musculaire, même minime, au mollet, une tendinopathie ou une blessure au niveau de la voûte plantaire (aponévrosite ou fasciite plantaire), le drop 0 risquera d’aggraver votre cas. De même si vous ressentez des tensions au niveau de la chaîne sciatique. Dans ces cas-là, le fait d’avoir un drop élevé permettra de réduire la tension sur les zones endommagées.

Drop 0, la conclusion

En l’absence de toute vérité scientifique sur les avantages et inconvénients de chaussures à drop 0, tout repose sur les sensations de chacun en terme de ressenti de foulée et de confort. Il existe bien une étude, réalisée en 2016, qui portait sur 550 coureurs divisés en 3 groupes en fonction du drop de leurs chaussures (10mm, 6mm et 0mm), mais aucune différence en terme de blessures n’a été relevée.

Nénamoins, en concentrant la plupart des observations émises sur ce sujet, on peut conclure que :

1° les chaussures avec un faible drop sont une bonne option pour les débutants en course à pied, afin de les faire tendre vers une foulée naturelle.

2° les chaussures avec un faible drop sont une voie possible pour les coureurs sujets à de fréquentes blessures ou douleurs dorsales, et qui cherchent des solutions.

3° les chaussures avec un faible drop peuvent permettre de renforcer la chaîne postérieure, principalement les tendons d’Achille et les mollets.

4° les chaussures avec un faible drop sont intéressantes pour les trails longs, nécessitant moins de vitesse et plus d’endurance.

5° aucune conclusion ne sera meilleure que ce que vous dira votre propre ressenti.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *