Patagonie : un FKT extrême pour Fernanda Maciel et Kaythlyn Gerbin

Fernanda_Hielo Continental

C’est dans le sud de la Patagonie, lors d’une aventure exceptionnelle, que les 2 ultra runneuses Fernanda Maciel et Kaythlyn Gerbin ont établi un formidable FKT sur le tour du Circo de los Altares. Cette boucle de 78 km et 2600 m D+ se terminant à El Chaltén prend normalement entre six et huit jours. Les 2 athlètes l’ont fait en 13 heures et 15 minutes, établissant un nouveau record sur ce parcours. Retour sur un exploit du bout du monde.

Kaythlyn et Fernanda © TNF / HieloContinental
Kaythlyn Gerbin et Fernanda Maciel © TNF / Hielo Continental

L’immensité du bout du monde

Le territoire du sud de la Patagonie est vaste. Vraiment vaste. Imaginez un espace de nature verge et sauvage de 350 km de long sur lequel s’étendent 49 glaciers différents. Un environnement impitoyable, avec des vents forts, de la pluie, de la neige et des températures glaciales. Sans oublier les paysages glaciaires crevassés. Ajoutez à cela l’éloignement, les difficultés de communication et d’évacuation en cas de problème, et vous avez de nombreuses raisons de ne pas lacer vos chaussures pour aller y courir. Mais Fernanda Maciel n’est pas une coureuse ordinaire. Accompagnée de sa collègue athlète Kaythlyn Gerbin, elles se sont mises au défi d’avaler les 78 km du tour du Circo de los Altares en le moins de temps possible.

HieloContinental
© TNF / Hielo Continental

Fernanda Maciel, une référence dans l’ultra-trail

Née au Brésil mais vivant dans les Pyrénées espagnoles, Fernanda Maciel est une coureuse d’endurance passionnée par la protection de l’environnement. Elle collectionne de multiples podiums sur les grandes courses internationales. Ses plus récentes performances sont des troisièmes places sur la Transgrancanaria en 2019 (course qu’elle a remportée en 2012), le Marathon des Sables en 2017 et en 2016, le Lavaredo Ultra-Trail en 2016 et 2015 (course qu’elle a remportée en 2011). « Courir me permet de profiter du silence de la nature, de découvrir de nouveaux endroits et d’explorer des sensations et des émotions que je ne pourrais pas ressentir autrement dans la vie quotidienne », explique-t-elle. À propos de cet exploit en Patagonie, elle ajoute : « Je me sens super heureuse. Je suis venue ici il y a 12 ans, avant d’être une coureuse professionnelle, donc ça fait du bien de revenir enfin. »

Fernanda maciel © RedBull
© RedBull

Kaythlyn Gerbin, l’ingénieure ultra-endurante

Lorsqu’elle n’étudie pas les cellules souches dans le cadre de son travail en bio-ingénierie, l’Américaine Kaythlyn Gerbin court – vite – et bat des records. Très pointue, elle aborde les courses avec un processus scientifique de tests lui permettant d’évaluer l’efficacité de sa nutrition, son équipement et sa navigation, avant de les appliquer concrètement. Cela lui a valu, entre autres, une victoire sur la Transgrancanaria en 2020, ou encore une deuxième place en 2019, juste devant… Fernanda Maciel.

Kaythlyn_WonderlandFKT © Ryan Thrower
© Ryan Thrower

La Transgrancanaria, point de rencontre

C’est sur cet ultra que Fernanda Maciel et Kaythlyn Gerbin se sont rencontrées pour la première fois, il y a plusieurs années. À l’époque, Fernanda était sur le point de partir pour des aventures du côté de l’Everest. Elle a éveillé chez Kaythlyn des désirs d’expériences au long cours de ce style. Mais il leur aura fallu attendre 2021, et un relâchement des restrictions dues à la pandémie, pour que les deux ultra-runneuses, soutenues par leur sponsor The North Face, puissent commencer à planifier une tentative de FKT en Patagonie.

© TNF / HieloContinental
© TNF / Hielo Continental

Sauter les crevasses pour aller plus vite

« La Patagonie est un territoire risqué, explique Fernanda Maciel. Il faut être rapide et légère. Pour aller vite, vous devez prendre moins d’équipement, mais vous ne pouvez pas être secourue. Quand j’affronte de hautes montagnes, c’est physiquement plus difficile à cause de l’altitude, mais vous pouvez avoir des hélicoptères qui viennent vous secourir en cas de problème, vous et les gens autour de vous. » Mais ce terrain difficile et les risques encourus n’ont pas freiné les deux athlètes, qui racontent les circonstances de leur exploit : « Parfois, il y avait tellement de crevasses que les contourner aurait pris trop de temps. Donc, nous avons juste décidé d’aller vite et de les sauter. Nous avons dû sauter quelque chose comme mille crevasses. C’était comme faire trois pas, puis sauter, refaire trois pas, sauter encore… »

© TNF / HieloContinental
© TNF / Hielo Continental

Un message pour la planète

Car au-delà des multiples crevasses, le parcours a permis à Fernanda Maciel et Kaythlyn Gerbin de traverser des paysages à couper le souffle. Et ainsi de côtoyer certains des sommets les plus emblématiques et reconnaissables de la planète, notamment le Fitzroy, le Cerro Torre et la Torre Egger. Si le film tiré de cette formidable aventure, Hielo Continental, suit Fernanda et Kaythlyn lors de leur exploit, montrant les hauts et les bas de l’expédition, il met également en lumière les problèmes environnementaux dans cette région qui abrite l’une des plus grandes réserves d’eau douce au monde. Un plaisir pour les yeux doublé d’un message écologique, cher aux deux athlètes. « Le terrain était dangereux, nous avions vraiment besoin de savoir ce que nous faisions, conclut Fernanda Maciel. Mais c’était beau. Je ne l’oublierai jamais. Cette calotte glaciaire, wow ! C’était incroyable. »

Voir le film sur youtube

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.