Résultat Pikes Peak Ascent : Bonnet et Brinckman intouchables, les Français placés

PIKES PEAK REMI BONNET © DR

Très attendue, la Pikes Peak Ascent, 5e épreuve des Golden Trail World Series 2022 s’est tenue dans le Colorado le 17 septembre. Sur un format spécial, puisqu’il s’agit d’une « verticale » se terminant à plus de 4300 m d’altitude, les favoris ont assuré leur rang. Belles performances des Français, avec 2 Top 10 masculin et 2 Top 10 féminin.

Pikes Peak Ascent : une course particulière

Avec ses 21km pour 2382m D+, la Pikes Peak Ascent n’est pas une course comme les autres dans le calendrier des Golden Trail World Series. En effet, le parcours qui emmène sur une longue ascension les coureurs de Manitou Springs jusqu’au sommet de Pikes Peak à 4302 m, est extrêmement exigeant physiquement par rapport aux autres courses, surtout du fait de l’altitude.

Mais sa physionomie est aussi spéciale : avec une pente moyenne de 11 %, le Barr Trail de Pikes Peak emprunté par les coureurs est unique. Il s’agit d’un sentier souvent étroit, sinueux ou escarpé et constitué de graviers, de rochers ou de terre, avec des virages serrés et des changements brusques d’élévation ou de direction. Autant dire qu’il faut être en parfaite condition physique pour s’imposer. Motivation supplémentaire, une prime de 10 000 dollars est promise aux coureurs capables de battre le temps couperet fixé par l’organisation : 2h00 pour les hommes et 2h21 pour les femmes.

Rémi Bonnet au sommet de son art

Il était serein et sûr de lui, et il n’a pas failli. La veille, le Suisse Rémi Bonnet plaisantait en rappelant que la prime pour celui qui battrait le record était de 10 000 dollars. Et comme son séjour se terminait à Las Vegas, ce serait une très bonne motivation que d’essayer de rafler la mise. S’il n’a pas réussi à passer sous la barre des 2 heures, l’athlète du team Salomon s’est imposé sans trembler en 2h 07mn 02s. Il devance de 1mn 40s l’Espagnol Daniel Osanz du team Adidas. C’est l’Américain Joseph Gray du team Hoka qui monte sur la 3e marche du podium.

Pikes Peak Bonnet leading
Rémi Bonnet en tête de bout en bout, remporte la course sans être inquiété. © GTWS 2022

Parti dans le groupe de tête, Rémi Bonnet comptait déjà plus d’une minute d’avance sur Osanz à la mi-course. Parmi les autres favoris, l’Italien Francesco Puppi termine 5e, tandis que le Japonais Rui Ueda, qui venait de battre le FKT du Mont Fuji peu avant, termine 10e. Grosse déception en revanche pour Bartlomiej Przedwojewski,. Le Polonais s’était en effet beaucoup entraîné à la montée ces derniers mois et était arrivé sur place 3 semaines avant la compétition pour bien finaliser sa préparation. Il ne termine qu’à la 18e place, pile 20 minutes après le vainqueur du jour.

Anthony Felber premier Français

Côté Français, Anthony Felber du team Sidas Matryx réalise une grosse course. Il termine 1er Français et 7e au général, juste devant Sylvain Cachard du team Hoka, 8e. Autre Français à entrer dans le Top 20, Quentin Meyleu prend une belle 13e place.

Anthony Felber © GTWS 2022
Anthony Felber © GTWS 2022
PIKES PEAK TOP 10 MASCULIN
© GTWS

Brinckman / Mathys, duel de reines

Sur le papier, la Néerlandaise Nienke Brinckman du team Nike était donnée favorite par de nombreux spécialistes. Elle était surtout jugée plus en forme que la championne suisse Maude Mathys, du team Salomon. Le terrain n’a fait que confirmer ce pronostic. En tête dès le début, Brinckman a fait une première partie de course rythmée en compagnie des Américaines Sophia Laukli et Allie McLaughlin.

Les 3 femmes passaient groupées à mi-course, avec déjà une minute d’avance sur la Suissesse. Mathys avait prévenu qu’elle n’était pas dans la meilleure forme de sa vie et que, vu l’altitude, tenir le même rythme qu’en 2019 serait déjà pour elle une performance. De son côté, la Néerlandaise avait annoncé sa stratégie, déclarant avant la course : « Le problème pour moi sera l’altitude. J’essaierai de ne pas me mettre dans le rouge dans la première moitié de la course et d’en garder dans le réservoir pour la fin. »

C’est donc dans la deuxième partie de l’ascension qu’elle a produit son effort. Les 2 Américaines ont dû la laisser filer, et ont vu Maude Mathys leur revenir dessus. Nienke Brinckman, visiblement très éprouvée, a coupé la ligne en première position en 2h 27mn 26s, un peu plus d’une minute devant la Suissesse. Elle s’octroie la 19e position au scratch, et Mathys la 20e. Sophia Laukli termine 3e à plus de 7 minutes de la gagnante du jour.

brinckman end
Nienke Brinckman à l’arrivée, totalement épuisée mais gagnante. © GTWS 2022

Blandine L’Hirondel première Française

Côté françaises, la perf du jour est réalisée par Blandine L’Hirondel du team Evadict, qui prend la 6e place, Elise Poncet, du team Sidas Matryx, signe quant à elle une très belle 8e place. Iris Pessey rentre également dans le Top 20, à la 16e place. Julia Combe, elle, termine juste après, 21e.

Sara Alonso, toujours très bien placée dans ces GTWS 2022, termine quant à elle 10e. Une petite déception pour l’Espagnole, dont la montée sèche n’est pas la spécialité et qui se disait effrayée par l’altitude, mais qui espérait tout de même pouvoir accrocher un Top 5.

Place maintenant à la récupération avant la dernière manche des GTWS le 25 septembre à Flagstaff, puis les finales à Madère en octobre.

Pour le résultat complet de la course, c’est ICI

L'Hirondel
Blandine L’Hirondel, meilleure Française du jour. © GTWS
PIKES PEAK TOP 10 FEMININ
© GTWS
0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.