Pour un peu, vous croyez voir John Wayne au ravito ! Ici vous courez dans un western pur jus, entre indiens et tuniques bleues. Par delà ce cliché, les époustouflants paysages vous font vite oublier le dossard pour vous emplir de cette ambiance à nulle autre pareille. Bienvenue au Far West ! Notre photographe Erik Sampers a capté pour vous le meilleur de ces grands moments.

Ce territoire magnifique, l’Utah, avec ses grands espaces ont servi de décor a de très nombreux westerns qui ont marqué l’histoire, avec des acteurs comme John Wayne, Gregory Peck… On se souvient de “The Big Trail” (1930; John Wayne), de “Fort Apache” (1948; John Wayne, Henry Fonda, Shirley Temple) ou plus près de nous de “The Outlaw Josey Wales” (1976; Clint Eastwood). Ici, on court dans ces grands espaces, et comme le dit l’un des concurrents : « Parfois, je n’ai pas l’impression de courir, mais de chevaucher dans les herbes folles et les cactus. Je me retrouve souvent seul à courir dans ces espaces immenses, et je me fais mon film, un western bien sûr… »

Ce côté Far West, l’organisation la prolonge. Pour clore la course et accompagner le dernier, « la voiture balai » est en fait un groupe de deux cavaliers.

Le Grand to Grand, G2G version acronyme, est un événement unique. Ce fut la première, et encore unique, course à pied par étapes et en autonomie en Amérique du Nord. Son caractère exceptionnel est sublimé du fait d’être bien la première épreuve de trail à s’élancer de l’impressionnante rive nord du Grand Canyon, l’une des sept merveilles naturelles du monde, terminant son tracé au sommet du Grand Staircase, l’une des formations géologiques les plus emblématiques du monde. Le tracé de la course mène les traileurs à travers un paysage désertique de dunes, de canyons rouges, de buttes, de mеsаs et de hооdооs. Les traileurs s’enhardissent au creux de canyons étroits et traversent un affluent de la rivière Vіrgіn. En courant, les concurrents découvrent la partie la plus reculée du continent américain de manière identique aux premiers indigènes, les tribus Nаvаjо еt Pаіutе.

Le témoignage de Patrick Candé (8ème) :

« Sorti de mon canyon, je vais vous dire en trois mots ce que je pense de cet Ultra américain qu’on pourrait renommer The Sand to Sand. Il s’agissait d’effectuer en autosuffisance alimentaire 273km avec 5500m de dénivelé en 6 étapes, du Nord du Grand Canyon jusqu’au sommet des Pink Cliffs du Grand Staircase. En trois mots je dirais : Sable – Décors – Organisation…

-Sable : Je n’ai jamais vu autant de sable si fin pendant une course. Ce qui m’a obligé à marcher comme je ne l’avais jamais fait auparavant même dans les plus grandes courses comme la Badwater ou le Sparthatlon. J’ai dû marcher plus de 50km pendant la longue étape de 84km. Ce sable fin pénétrait partout dans mes chaussures malgré les guêtres, ce qui m’a obligé à les vider cinq fois et m’a occasionné la seule ampoule au talon.

-Décors : Une chance incroyable de courir dans un décor pareil façonné par la nature, qui rappelle les westerns de John Ford et d’autres images comme celles du film « 127 heures » qui me parcourront l’esprit lors du passage dans le Red Slot Canyon. Un parcours exceptionnel puisque le départ a lieu au bord Nord du Grand Canyon, l’une des Sept Merveilles Naturelles du Monde, qui nous emmène à travers un paysage désertique composé de canyons, de grottes, de roches multicolores aux formes extravagantes et de dunes de sable. Avec une végétation hostile, notamment les cactus qui vous guettent si vous sortez des sentiers.

-Organisation : Une organisation visiblement bien rodée avec des bénévoles remarquables, très engagés et très présents aux ravitaillements. La mise en place de cet unique ultra marathon en autosuffisance alimentaire dans l’Amérique du Nord nous permet de découvrir une nature extraordinaire. Le marquage de signalisation est remarquable aussi bien de jour comme de nuit, disposé environ tous les 50 mètres, ce qui permet de s’orienter sans trop de difficulté, si l’on cherche les marques.

En conclusion : Deux semaines après avoir couru un magnifique ultra (l’Etoile Verte d’Eguzon) de 300km dans la Creuse, je partais confiant mais sans ambition surtout avec un sac de 10,5kg sur le dos au départ. Au fil des étapes, j’ai essayé sans pression de me positionner dans le top 10. Cerise sur le gâteau, j’arrive 1er de ma catégorie et 8ème au général. C’est un ultra par étapes difficile où l’on vit pendant une semaine coupé du monde, une aventure humaine extraordinaire. Un grand merci à tous mes amis coureurs : Suisse, Portugais, Autrichien, Allemands, Bordelais et Perpignanais d’avoir partagé pendant une semaine la tente n°4 qui a quand même ramassé 4 récompenses. »

Le GRAND TO GRAND en chiffres
-8ème édition du Grand to Grand Ultra, du 22 septembre au 28 septembre 2019 (Kanab, Utah).
-273km en 7 jours, sur 6 étapes de 13km à 85km.
-La course commence à une altitude de 1629m et se termine à 2651m.
-Dénivelé positif total des six étapes : 5499m -Dénivelé négatif total : 4477m.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *