Le traileur corse et ancien recordman du GR20, Guillaume Peretti, ainsi que son ami Jean-François Hautin ont réussi mardi 9 septembre 2021 la traversée intégrale du massif du Cinto en alpi-running. Ils ont nommé cet itinéraire l’ALTAVIA « La haute voie » et définissent cette voie comme la plus aérienne en Corse.

DÉTAILS ET STATISTIQUES DE CETTE PERFORMANCE

Traversée intégrale par toute l’arête dorsale du massif du Cinto, avec un passage au Monte Cinto (2 706 m), le point culminant de la Corse.

Distance parcourue : 45km // 6000m de dénivelé positif

Temps : 14h25mn

Mais ces chiffres ne reflètent pas la technicité et l’engagement de l’itinéraire… Jean-François Hautin nous explique cette incroyable traversée :

Le projet commun est né le 22 mai 2021 lorsque Guillaume et moi étions aux côtés de Louis Vannucci qui s’élançait pour battre le record du Mare à Mare centre (Un itinéraire qui relie la Corse d’est en ouest) . Après quelques kilomètres et quelques discussions toujours autour de la montagne et du sport, aussi incroyable que cela puisse paraître, nous avions la même idée en tête. Le projet venait de naître de réaliser cette trace en duo !

Au départ l’idée était de toucher tous les sommets de la grande dorsale du Cintu d’est en ouest y compris ceux qui ne s’approchent que par l’escalade pure et dure. Après plusieurs reconnaissances et avec l’aide de guides, nous avons revu le projet pour le transformer finalement en une traversée dite d’Alpirunning. Un mélange de trail et d’escalade « facile » (de 3A à 5+) mais pas sans risque.

Une traversée exclusivement sans matériel d’alpinisme (baudrier corde…) pour une évolution « rapide ». Il était question de rester humble face à la montagne et son exigence mais aussi de rester à notre place qui est plus celle de coureur / skieur que grimpeur / alpiniste.

D’un point de vue géographique, cette grande dorsale démarre des Giuelli et se termine au Tafunatu. Il paraissait donc logique de démarrer d’un col routier et de finir à un autre col routier. Notre point de sortie était le le col Verghju très connu sur le GR20. Quand à Croce d’Arbitru aux pieds des Giuelli entre Castiglione et Pulasca ce passage devenait notre point de départ.

Capu Biancu, brèche Flender, Monte Cintu, Punta Minuta ou le trou de Paglia Orba,… des points clés de l’itinéraire. La journée se passe en escaladant, dé-escaladant. Prudence, concentration et gestion de l’effort sont nos fils rouges. On discute mais parfois il se passe plusieurs heures sans un mot. Nous sommes concentrés mais aussi happés par la puissance et la beauté de ce massif.

Toutes les conditions sont réunies pour ce jour parfait. Les crêtes s’enchainent, et le col de Verghju se rapproche. On s’octroie une pause pour saluer Nicolas et José les gardien du refuge de Ciuttulu i Mori avant de filer vers le col de Verghju pour l’arrivée.


Nous voulons insister sur un point, celui de la difficulté et la dangerosité de cette traversée. Ce massif du Cintu d’un trait est engagé et n’est pas à la portée de tous. Nous nous sommes spécifiquement entraînés pour depuis le mois de juin. C’est avant tout le résultat de toutes nos années de montagne : à pied, à ski ou à VTT. Nous avons passé d’innombrables heures à parcourir ce massif et la connaissance du terrain est quelque chose qui ne s’acquiert pas en quelques jours, tout comme la condition physique requise pour aller au bout. Nous avons préparé le terrain quelques semaines avant en y laissant de l’eau et de la nourriture à des points clés. Une assistance et des ravitaillement étaient organisé le jour J à des points accessibles par des amis. Les conditions météorologiques étaient également parfaites : ni trop chaud, ni trop froid, pas de pluie, pas d’orages. Nous ne courions pas après le temps ou un chrono, nous voulions tout simplement aller au bout de ce projet !

Photos Justin Galant

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *