La 11èmeédition du Restonica Trail 

Cette belle édition vient de s’achever avec des images, des souvenirs, des émotions particulièrement fortes. C’est, pour bien des participants, un voyage au bout de soi-même avec une longue préparation, des efforts, des souffrances, des moments difficiles, des périodes euphoriques, une quête personnelle. Si certains ne vont pas, cette fois, au bout du chemin, ils reviendront pour accomplir leur rêve. Et, pour ceux qui franchissent la ligne d’arrivée, la plénitude de l’action aboutie, les paysages traversés, la convivialité des bénévoles, l’accueil de la Corse font de cette expérience un souvenir unique. 

Ultra-Trail® di Corsica : la chevauchée fantastique de Lambert Santelli

C’était le titre que nous avions utilisé déjà en 2017 pour sa première victoire sur l’Ultra-Trail® di Corsica. Il est revenu 2 ans plus tard, encore plus fort, après des courses remarquables sur des terrains étrangers et a assis sa stature de champion hors pair. Il doit avoir quelque chose du mouflon pour arriver à s’extraire avec autant d’aisance des éboulis, là où presque tous les autres éprouvent de la difficulté à avancer.

Dès le départ, un groupe de 6 coureurs se détache, emmené à Padule, le 1erpoint de contrôle par Guillaume Beauxis qui remporte le prix EDF de la montée verticale, avec Jean-François Hautin, Lambert Santelli, Pascal Guiguet, Gregory Verschuere et le réunionnais Benjamin Postaire. Après le déboulé sur les pistes forestières de Conia, le groupe s’est réduit à un trio : Lambert, Guillaume et Jean-François. Ils comptent déjà 10 minutes d’avance aux Pinadelli, le 3èmePC, ¼ d’heure à Calacuccia et c’est là, dans la terrible montée vers Bocca Crucette que Lambert se détache passant avec 6 minutes d’avance sur le pyrénéen Guillaume et 14 minutes sur Jean-François.  Veuillez noter la 12èmeplace de Mico Clain et le doublé féminin réunionnais Alexandra Clain – Marie-Noëlle Bourgeois, 20 minutes devant Sophie Laversanne et déjà 1 heure Cécile Clet.

A Ballone, 1000 mètres plus bas et 30 minutes plus tard, notre « Mouflon » a doublé les écarts. Après la remontée, vers Bocca Foggiale, à mi-parcours, l’écart a encore augmenté de 6 minutes. Le 4èmePascal Guiguet et Benjamin Postaire sont déjà à près de 90 minutes.

Les passages à Vergio, au lac de Ninu, et la grimpée vers Bocca Alle Porte et Bocca Soglia ne changent rien pour les 3 premiers, mais cette dernière partie voit la défaillance de Pascal Guiguet qui recule en 8èmeposition et le retour de Mico Clain vers la 6èmeplace. Chez les filles, c’est l’hécatombe pour la tête de course, avec les abandons de Sophie Laversanne et Cécile Clet à Vergio et d’Alexandra Clain à Ninu. La nordiste, Emily Cambier et la suissesse Christine Denis en profitent pour monter sur le podium.

Si la descente vers les bergeries d’E Grotelle ne change pas grand-chose, la remontée vers le plateau d’Alzu, voit la remontada de Micro Clain au pied du podium. Le retour vers Corte est le terrain d’entraînement de Paul-Mathieu Graziani de l’AC Corte qui reprend 2 places pour finir 5èmesur les talons de Mico Clain. Podium de rêve avec Lambert Santelli qui avec 15h41’29’’ explose son record d’un peu plus de 1 heure, Guillaume Beauxis à 24 minutes et Jean-François Hautin qui font mieux, eux-aussi que Lambert en 2017.

282 coureurs inscrits, 254 au départ et 160 à l’arrivée (63%) : Avec 100 coureurs de plus en 2 ans, la course accueille 30 étrangers de 13 nationalités différentes.

Giru di Tumbonu : Alexandre Fine assume son statut de favori

Récent champion de France Espoir de Trail court, le membre du Team Scott, a battu de 3 minutes et ½ la marque de Guillaume Peretti établie il y a 2 ans sur un parcours légèrement moins long, c’est dire si cela allait vite. Il a viré en tête avec 5 minutes d’avance au PC de Tumbone, point le plus haut et a légèrement augmenté son avance pour finir en 1h15’0’’. Le lozérien Anthony Gaillard a profité du retour vers Corte pour décrocher la 2èmeplace. Le Calvais, Nicolas Santini, 10èmeen 2018, améliore son temps de 15 minutes et monte sur le podium juste devant Pierre-Joseph Risticoni du Team EDF, l’habitué du Trail des Aiglons et Axel Mondain du GFCA Athlétisme. 4 espoirs sur les 5 premiers, la jeunesse Corse a trouvé là un vrai challenge !

Chez les filles, Héloïse Féraud, catégorie Espoir, fait honneur à son dossard n° 1 et complète le succès du Team Scott avec une belle victoire devant la belge Olivia Debatty arrivée à Corte quelques instants avant le départ. Sandrine Motto-Ros qui avait gagné le Tavignanu Trail en 2013 complète le podium.

U Giru di Tumbone 2019 offrait, pour ce format de course, un vrai plateau de choix avec de très beaux chronos. On y trouvait aussi le plus jeune, Alexis Mayeux, 1er Cadet, 17èmeau scratch, et le doyen, François Adobati de Sant’Andria di Boziu, bientôt 79 ans, qui vient depuis le début.

Restonica Trail : Guillaume Lenormand de bout en bout

Notre pensionnaire, déjà vainqueur du Restonica Trail en 2010 avec Dawa Sherpa, vainqueur l’année dernière du Tavignanu Trail, a, d’entrée de jeu, imposé son rythme et personne n’a pu le suivre. Il passe en tête à tous les points de contrôle, remporte le prix EDF de la montée verticale et finit avec 45 minutes d’avance sur le second. Chapeau bas !

Il fallait résister à la chaleur et c’est un secteur habituellement peu sélectif, du refuge de la Sega au lac de Ninu qui a provoqué le plus de changements dans les classements provisoires, même si les écarts restent peu importants. A Ninu, le podium est déjà constitué avec 2 valeurs sûres du trail en Corse, Benjamin Clérice de l’AS Figarella et Florian Marchini du Team EDF (5èmeen 2018 avec un chrono quasi identique). Le Gapençais Emmanuel Denis occupe déjà la 4èmeplace qu’il ne quittera plus. La montée vers Bocca Alle Porte et la redescente vers les Grotelle finit l’essorage avec 80 abandons aux Grotelle. Ensuite, il faut rentrer et l’AS Figarella place encore 2 coureurs aux places d’honneur avec Anthony Quilici et Loïc Leonardi qui finissent 5ème.

Mais l’AS Figarella n’en finit pas avec la magnifique victoire d’Emmanuelle Moracchini qui, à l’instar de Guillaume Lenormand passe en tête à tous les PC, finit avec 45 minutes d’avance sur sa poursuivante et termine 9èmeau général. Chapeau bas itou !

Belle performance pour l’italienne du team Vibram, Natalia Mastrota et pour la sociétaire de l’AC Capu Biancu, Sandra Tapiero. Que l’on nous permette de mentionner Stéphanie Samper, 6èmeféminine, qui courait la 1èreédition en 2009 et qui, la veille de la course, nous donnait un coup de main à la remise des dossards.

Et justement depuis 2009, le Restonica Trail qui comptait alors 77 inscrits, a parcouru un beau chemin pour accueillir 355 inscrits, 323 partants, 33 coureurs étrangers de 14 nationalités différentes.

La chaleur à incontestablement marqué cette édition et plus particulièrement cette course, avec un taux d’abandons élevé (36% contre 18% en 2018, quasiment identique à celui de l’Ultra).

Tavignanu Trail  : Arnaud Bonnin revient et gagne 

Nos trailers Corses y tenaient et c’est toute la communauté des coureurs qui a rendu un émouvant hommage à Laurina, nouvelle étoile qui continue à illuminer la vie de ceux qu’elle chérissait.

Dès le départ donné, un trio composé des 3 principaux favoris se détache et c’est le belge Nicola Bucci qui remporte le prix EDF de la montée verticale devant Adrien Michaud et Arnaud Bonnin groupés en 5 secondes, Nicolas Giordano suit, esseulé, à 1’30’’.  Un peu plus loin, on trouve Marc Penniello du Marseille Trail Club, qui fait presque figure d’ancien au milieu de tous ces jeunes, et Jérôme Remacle, l’autre élite belge. Suivent Andor de Brouhns, Augustin Vienne du Restonica Trail, l’italien Andrea Begnis et le niulincu Antoine-Jean Santini. A Boniacce, le trio a accentué son avance, la plongée vers la Sega et la remontée vers le plateau d’Alzu voit les 2 membres du Team Scott se détacher, Nicola Bucci leur concède près de 4 minutes. Le retour vers Corte permet à Arnaud Bonnin, passé en tête à Alzu, d’accroître son avance et finir sur la ligne 8’ devant Adrien Michaud pour un doublé du Team Scott. Nicola Bucci complète le podium.

Nicolas Giordano pour a Paolina, signe une très belle performance, rappelons qu’il est très jeune (catégorie Espoir), et se prépare un bel avenir.

Chez les filles, l’indécision a régné tout le long de la course avec un duo Charlotte Klein et Ganna Darmograi, l’ukrainienne, longtemps en tête, Alicia Orsini, la Cortenaise vainqueur du Restonica Trail 2018, à cours d’entraînement mais présente dans la bagarre avec Tiphaine André de l’AS Figarella et la savoyarde Marie Thieux. Et voilà que lors du retour vers Corte, Julie Marini, la sociétaire du Running Club Furiani vient coiffer tout ce beau monde et l’emporte avec 2’39’’ d’avance. Ganna Darmograi et Charlotte Klein finissent 2èmes ex-aequo. Tiphaine André est 4èmeet, fait plutôt rare, nous avons encore des ex-aequo à la 5èmeplace : Marie Thieux et Alicia Orsini.

Nous avons eu le plaisir d’accueillir Cloé, la petite princesse du Restonica Trail qui a participé à la marche en joëlette avec ses copilotes Claude Poli, Jean-Charles Paoli, Ange Michelangeli, Jean Cesari et son papa Alexandre! Cloé a passé un super moment ❤Grâce à la générosité des coureurs qui ont choisi d’augmenter leur inscription par un don, c’est un peu plus de 2500€ qui ont été collecté pour l’association Marchons avec Cloé.

Le Restonica Trail poursuit sa progression en termes de plateau de concurrents mais aussi en termes de fréquentation. Et s’il arrive à cela c’est avec l’aide de ses sponsors, certains présents dès le début, d’autres qui viennent nous rejoindre, mais c’est aussi avec l’aide de ses bénévoles que les organisateurs que nous sommes ne remercierons jamais assez, mais plutôt que de parler, laissons la parole aux coureurs :

Quelques paroles de coureurs :

Lambert Santelli (1erUTC) au moment des pronostics : Il faut rester humble quand tu fais un ultra.

Lambert Santelli (1erUTC) à l’arrivée : Gagner l’ultra à Corte, c’est magique. Ce sont des émotions que seul le sport procure. Je suis aussi content car je suis parvenu à faire une heure de moins qu’en 2017.

Lambert Santelli (1erUTC) à l’arrivée : Ils méritent cette course et plus encore.

Guillaume Beauxis (2èmeUTC) : très content. C’est une course très dure. Il n’y a jamais de repos et il est impossible de s’accorder 5 minutes sans regarder où poser ses pieds. La chaleur est aussi accablante. C’est un parcours très exigeant et, dans les derniers kilomètres, j’ai dû puiser dans mes ressources pour conserver ma place.

Jean-François Hautin (3èmeUTC) : Ça fait bizarre mais je l’ai fait. Au-delà d’une place sur le podium, c’est mon temps qui me satisfait surtout car j’ai fait deux heures de moins qu’en 2017. Je remercie tous les proches et le public car l’arrivée sous leurs encouragements est un moment magique. C’est vraiment génial. Corte est incontestablement la capitale Corse du trail.

Nicolas Gatault (60èmeUTC) :quelle course !! Mon 2èmeUTC, toujours un plaisir de venir chez vous, accueil exceptionnel, des ravitos et bénévoles incroyablement aux petits soins pour les coureurs, il n’y a qu’ici qu’on voit ça vraiment !! Et que dire du parcours… magnifiquement difficile !

Comment on dit déjà ?? Jamais 2 sans 3 ??😉Merci Merci Merci !!!!

Christophe Jamet (102èmeUTC) :J’ai découvert avec l’UTC 2019 un Ultra Trail hors norme, pas le plus long mais clairement le plus technique ! Les bénévoles sont extraordinaires, généreux et accueillants, je reviendrai c’est sûr !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *