L’épreuve mythique du 42 km du Marathon du Blanc (38 km, cette année, suite aux modifications de parcours liées à la sécurité sanitaire) affichait un départ à 6h avec 1299 coureurs. Tous les élites de la discipline ont répondu présents au rendez-vous incontournable qui plus est la seule étape française des Golden Trail World Series !
Sans surprise compte tenu du plateau sportif, la bataille a démarré dès le top départ sur les sentiers chamoniards. En témoigne, la moyenne stratosphérique des 3 premiers : Stian Angermund, Davide Magnini et Bartholojev Przedviewski à plus de 11 km/h de moyenne (et une moyenne sur la descente du sommet des Posettes jusqu’au village de Vallorcine soit 900 m D- à plus de 21km/h) !

(c)Fabian Bodet


Le parcours de 2630 m de dénivelé positif et 1700 m de dénivelé négatif est considéré comme technique. Il favorise les athlètes montagnards et grimpeurs avec cette particularité unique d’une arrivée en côte (1000 m de dénivelé positif  pour l’effort final) face au Mont-Blanc, à 2000m d’altitude (contrairement à la grande majorité des trails qui se termine en descente). Forts dans ces conditions, Stian le Norvégien et Davide le jeune champion italien de ski d’alpinisme, ont su tirer profit de cette technicité devant le Polonais Bart qui s’est tout de même offert une belle échappée dans la descente exigeante des Posettes. Au final, le norvégien Stian Angermund termine en 3h18mn8s devançant l’italien Davide Magnini de 2mn et le polonais Bartholojev Przedwojewski de 5mn15.
A l’arrivée, les élites étaient unanimes, le Marathon du Mont-Blanc 2021 a été difficile de bout en bout, chacun poussant sa propre limite dans les parties qu’il affectionne entrainant les autres à se dépasser toujours plus.

(c)Gaethan Haugéard


Côté femmes, dès les premiers kilomètres, les favorites ont confirmé leur statut de leader avec des courses vécues bien différemment pour chacune d’entre elles.
En s’installant en tête dès les premières foulées de la course, la Suissesse Maude Mathys, grande favorite de l’épreuve, a confirmé toutes les attentes. Forte de son expérience et d’une gestion de course implacable, elle remporte haut la main ce Marathon du Mont-Blanc en 3h51mn04 sec, signant sa deuxième victoire sur cette course mythique (victoire en 2012)  et un scratch final à la 23ème place. Sa benjamine, la Française Anais Sabrié termine à plus de 10mn sans démériter pour autant pour sa 1ère course internationale grâce à une course intelligente en devançant de 7mn Blandine L’Hirondel, autre grande favorite qui termine dans la douleur (problème de cheville).

Les réactions du podium homme
Stian ANGERMUND (NOR) – 1er : “Aujourd’hui c’était tellement difficile ! Jusqu’au Tour j’ai dû vraiment pousser mes limites, les 10 premiers kilomètres ont été les pires de la course.  J’ai dû me battre, on est tous parti très vite. La différence s’est faite dans la descente très cassante des Posettes. Bart a vraiment fait une descente de fou comme toujours, jusqu’à Vallorcine j’ai essayé de le suivre. Je sentais que j’étais sur le fil vraiment. Sur la transition j’ai tout donné… J’ai dépassé Bart sur la passerelle avant la dernière montée, j’ai essayé de survivre et heureusement l’écart gagné sur Davide ou Rémi qui sont de supers grimpeurs a suffi. Je n’étais vraiment pas sûr de tenir ! Au dernier kilomètre j’ai su que ça allait être bon ! Depuis la Flégère je me suis fait plaisir quand même il y a des magnifiques sections. Je me suis régalé au final, courir avec les copains c’est bon !”

Davide MAGNINI (ITA) – 2ème :
« Je suis vraiment satisfait de mon classement car je ne pensais absolument pas finir sur le podium. La première partie de la course a été très difficile, je n’ai pas pu boire une goutte d’eau avant le sommet des Posettes car j’avais très mal à l’estomac. Du coup à la descente, mes jambes étaient très très lourdes et j’ai lâché le groupe de tête. A partir de là, j’ai avancé au mental… j’ai fait le vide, j’ai essayé d’oublier le physique pour vraiment me mettre dans une bulle et puiser toute l’énergie. Et cela a marché puisque dans la montée de la Flégère, j’ai rattrapé Bart et j’ai pu lui passer devant ! » 

Bartlomiej PRZEDWOJEWSKI (POL) – 3ème :
“C’était une très bonne course pour moi, je me suis senti vraiment bien mais dans la dernière section Davide et Stian étaient plus rapides… J’ai essayé de résister mais c’était impossible. J’ai pris le risque de courir très vite dans la descente des Posettes pour créer l’écart au maximum mais Stian m’a rattrapé avant la montée et Davide juste avant la Flégère. Cette course était super exigeante et difficile de bout en bout ! Je fais un bon come back sur la Golden Trail World Series, c’est cool et je suis vraiment heureux de courir tout court !”
1 4 Stian ANGERMUND M0 H 03:18:08 00:00:00 NOR (Norvège)
2 1 Davide MAGNINI SE H 03:20:10 00:02:02 ITA (Italie)
3 3 Bartlomiej PRZEDWOJEWSKI SE H 03:23:23 00:05:15 POL (Pologne)
4 5 Rémi BONNET SE H 03:27:14 00:09:06 SUI (Suisse)
5 10 Francesco PUPPI SE H 03:28:18 00:10:10 ITA (Italie)
Les réactions du podium femme
Maude MATHYS (SUI) – 1ère :
La Suissesse du Team Salomon, vainqueur de la première étape des Golden Trail World Series 2021 de l’Olla de Noria et gagnante des Golden Trail World Series 2020, avait déjà remporté cette épreuve du Marathon du Mont-Blanc en 2012. «Dès le départ j’avais les jambes serrées, j’avais du mal à relancer. C’est pourtant un parcours que j’affectionne, technique, roulant, de montagne, mais les sensations n’y étaient pas. L’expérience m’a fait relativiser et j’ai pu creuser mon avance dans la montée des Posettes. Je suis malgré tout contente d’avoir fini en tête sur cette épreuve que j’adore. »

Anais SABRIE (FRA) – 2ème :
La jeune athlète de 26 ans du Team Matryx, championne de France 2019 de course en montagne, a pour sa première participation à un trail international bien géré sa course avec une arrivée émue et heureuse en 4h00mn17sec : «Je suis super contente, j’avais les jambes, j’étais bien, et ce parcours magnifique que dire de plus… Un grand merci à tous… »

Blandine L’HIRONDEL (FRA) – 3ème :
Blandine L’Hirondel, athlète Hoka One One, actuelle Championne du Monde de trail que l’on attendait également sur le podium, finit à la 3ème place. Malgré une course poursuivie dans la douleur avec un problème de cheville récurrent qui lui a fait envisager l’abandon au 22ème km, elle signe un temps de 4h07mn31sec et une 32ème place au scratch.
« J’ai bien cru que j’allais abandonner, mais j’aime tellement cette course, ce parcours, que je voulais la finir, même en mode cool. Je ne pensais pas finir 3ème. J’aurais voulu donner tellement plus… »
1 71 Maude MATHYS SE F 03:51:04 00:00:00 SUI (Suisse)
2 76 Anais SABRIÉ SE F 04:00:17 00:09:13 FRA (France)
3 72 Blandine L’HIRONDEL SE F 04:07:31 00:16:27 FRA (France)
4 106 Daniela OEMUS SE F 04:13:34 00:22:30 GER (Allemagne)
5 81 Marcela VASINOVA SE F 04:14:46 00:23:42 CZE (République tchèque)

LE MOT DE FRED COMTE, organisateur et directeur du Club des Sports de Chamonix : “Le 42 km du Mont-Blanc aujourd’hui a été difficile et magique pour tous. Les élites d’abord avec ce plateau incroyable de la Golden Trail World Series. Si ces athlètes ont eu la chance d’avoir le beau temps au début et d’échapper à la pluie, ils ont imprimé un rythme tel sur ces chemins de montagne que chacun a été obligé de repousser ses limites. Une course exceptionnelle pour les autres, qui pour la plupart, ont dû affronter des conditions difficiles à partir de 13h, avec des pluies diluviennes, des aléas qui font aussi partie de ce sport outdoor. Après la chaleur de 2019, c’est le froid qu’il a fallu gérer pour ces marathoniens. La difficulté, c’est aussi ce qui marque, ce que l’on garde, ce qu’on raconte, ce qui forge les souvenirs.
C’est ce qui a manqué à tous pendant une année et demie : partager des moments de sport et d’émotions, pleureur, rire, hurler, la vie quoi. Au delà des problématiques financières, sanitaires et administratives, nous sommes heureux d’avoir pu maintenir ces courses pour ces raisons, pour ces moments de partage uniques.
Le live intégral a permis à ceux qui ne courent pas, comme aux passionnés, de vivre tous les moments de ce 42km de Mont-Blanc avec les petits plus de la course qu’il est difficile de capter habituellement en tant que spectateurs : les attaques, les défaillances, les stratégies qui font la beauté de ce sport. A ce petit jeu, les anciens Stian Angermund et Maude Mathys ont fait parler leur expérience et ont tiré leur épingle du jeu mais la jeune génération est là et bien là. Le trail a de beaux jours devant lui, tant sur le haut niveau que comme course populaire, car mettre un dossard reste un moment unique d’émotions et d’énergie décuplées par le partage.
Enfin les hommes et femmes de l’ombre, nos 500 bénévoles qui ont œuvré, y compris, ce milieu d’après midi sous la pluie ou au cœur de la nuit pour le 90km et le duo étoilé, sont ceux qui font vivre l’évènement et permettent ces moments d’exception. Merci à eux, à tous nos partenaires et à tous les participants. Rendez-vous en 2022 !!”

(c)David Gonthier
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *