DIMANCHE 28 JUILLET

TOUR DES CRETES – 42KM /2954mD 

Avec un départ décalé à 8h30 au lieu de 7h pour cause de mauvaises conditions météo, les 500 participants ont tout de même eu affaire à des conditions difficiles pour cette 6ème édition du Vars Mountain trail. Après un départ groupé pour les parcours 24 et 42 km sur les 12 premiers km, les itinéraires se séparaient en suite. Le passage commun du col de Vars et la montée sur les premières crêtes se sont déroulés dans un épais brouillard doublé d’un vent fort rendant les températures ressenties très froides. Et que ce soit chez les hommes ou les dames, ce 42km a été une véritable bataille entre les 2 premiers ! Une course où le physique et le mental jouent au yoyo jusqu’à la ligne d’arrivée !

Seulement 4 secondes séparaient les deux hommes de tête, un finish quasiment au sprint !

Rémi LOUBET a fait honneur à sa station de Vars en y remportant son 4ème titre sur l’épreuve reine du Tour des Crêtes (il a aussi remporté le kv/kl sur la piste mythique de ski de vitesse de Vars la veille). La Course du Ciel comme on l’appelle n’a pas laissé de répit aux concurrents ; les 20 premiers km se sont déroulés dans des conditions très rigoureuses avec le vent, le froid et le brouillard. Heureusement, une amélioration en fin de parcours a redonné du baume au cœur, et Rémi Loubet s’offre en plus le luxe d’améliorer son meilleur temps de plus de 4mn. N’ayant pu participer l’an dernier pour cause de blessures après un accident en montagne, cette victoire a une saveur particulière pour Rémi. Il en termine en 5h10mn09 – « J’ai pris le départ de la course avec quelques doutes sur la gestion de l’effort, ne sachant pas encore si le 42km allait se courir à cause des conditions. Quand on a eu la confirmation au km 12, j’ai fait attention à m’alimenter comme il fallait et en garder sous les pieds car je savais que la fin de course était très compliquée. Andreu était devant jusqu’à la dernière montée, un véritable KV et j’ai su que je pouvais aller le chercher. J’ai posé le cerveau et j’ai réussi à le dépasser en descente. Je ne pensais pas pouvoir gagner de nouveau cette course, ma victoire a une saveur particulière ! ». Le traileur, aussi skieur alpiniste qui parcoure les plus belles pentes du monde, est très à l’aise avec les conditions difficiles. Une motivation pour l’ambassadeur trail de Vars qui se prépare désormais pour l’Iron Man d’Embrun le 15 août.

En deuxième position, c’est le Pyrénéen Andreu PROST (Esclops d’Azun Pyrénnée) qui en finit en 5h10mn13s. Il talonnait de très près Rémi après avoir passé une trentaine de km seul en tête. C’est la dernière montée qui a eu raison de lui : « Les conditions difficiles ne sont pas un problème pour moi, j’étais bien sur toute la première partie, mais sur la dernière montée, j’étais bridé, je ne pouvais pas aller plus vite et Rémi est revenu sur la fin ». Seulement 4 secondes séparaient les deux hommes, un finish quasiment au sprint ! Sur la troisième marche du podium Germain LACOTE (Organicoach) a fait une remontée exceptionnelle sur la dernière côte et en termine en 5h34mn14s.

Chez les Dames, une course en duo !

La Briançonnaise Chloé GALTIER et Elodie VARRAINE (Athlétic Club Font Romeu) ont fait le parcours ensemble, alternant en tête de l’épreuve, Elodie plus à l’aise en descente et Chloé en montée. Au finish, c’est Chloé GALTIER qui l’emporte en 6 h13mn02s : « Je ne pouvais espérer mieux, le parcours passe plus vite à deux et c’était magnifique malgré le vent au début. Les 20 premiers km étaient périlleux et ensuite, la descente vers le Val d’Escreins et les crêtes de Vars étaient juste magnifiques. Moi qui viens du raid multisports, courir à deux m’a vraiment soutenue ». Elodie VARRAINE termine pour la troisième fois consécutive 2ème de ce Vars Mountain trail avec un chrono de 6h13mn41s – « On a fait toute la course ensemble, mais j’étais sèche sur la fin, Chloé m’a même ravitaillée ! ». La troisième place revient à Maud COMBARIEU (Pays basque) en 6h25mn28s.

BOUCLE DE PEYNIER – 24 KM – 1383mD

C’est le Haut-alpin Tristan CALAMITA (Gap Hautes Alpes Athlétisme) qui s’impose sur cette boucle en 2h18mn54s loin devant ses concurrents : « Les conditions étaient difficiles, j’avais une pensée pour les bénévoles qui sont restés des heures en statique sous le vent, le froid et le brouillard ! Je me fais les cannes ici pour préparer le Championnat de France de Trail à Méribel au mois d’août ». Le deuxième à franchir l’arrivée, le jeune espoir Achille BERTHOU (Entente des Mauges) a vécu des conditions dantesques : « J’avais peu de repères avec le brouillard mais malgré la météo j’étais bien physiquement et le parcours était ludique malgré le peu de visibilité ». Il en termine en 2h24mn19s. Pour compléter le podium, on retrouve Lionel BEZOU (BGSA) qui s’octroie là sa 2ème médaille de bronze après sa 3ème place lors du KV /KL de la veille. Il a réalisé les 24km en 2h37mn33s.

Du côté des dames, c’est la traileuse de Carpentras, Charlotte LANTENOIS qui gagne après un retour de blessure : « La course est partie vite et ça monte très vite aussi ! Les conditions étaient terribles, je suis tombée deux fois, puis j’ai pu dérouler sur les crêtes. Mais c’était génial, j’avais en tête uniquement le plaisir d’être , avec aussi une pensée pour les bénévoles postés sur le parcours qui nous encourageaient sans qu’on les voit. Je reviens l’an prochain c’est sûr ! » Avec pour objectif le prochain Trail Gapen’Cimes en octobre, elle termine sa boucle de Peynier en 2h59mn39s. Derrière elle, 2 athlètes ont mené un coude à coude jusqu’au bout et au final, c’est Olivia BOZON qui en termine avec un chrono à 3h11mn30s laissant à la 3ème position Nina GABORIAU en 3h12mn49s.

SAMEDI 27 JUILLET

NOUVEAUTE – LE KV/KL

Cette 6ème édition du Vars Mountain trail a vu naitre une nouvelle course sur les traces de la Mythique piste de Chabrières plus habituée à voir passer des skieurs de vitesse (appelés aussi KListes). Pour cette première journée d’épreuve, c’est le KV/ KL qui a ouvert le bal : le principe étant de grimper 440m de dénivelé sur une distance de 1012m et avec une pente maximale de 98% sur le dernier tiers de la piste !

Quasiment un mur !

Ils sont 28 concurrents à avoir atteint le sommet. C’est sur un terrain sec, poussiéreux et donc assez instable que les traileurs ont abordé l’ascension avec un départ individuel toutes les 30s. La météo n’a pas joué de mauvais tour sur cette épreuve et est restée ensoleillée avec des passages nuageux ne gênant pas la visibilité des coureurs. Au départ, tous les yeux étaient fixés sur le monstre de pierre qui leur faisait face, certains avait l’air de se demander comment ils allaient le gravir. Les sourires étaient plus crispés à l’arrivée, mais le bonheur sur tous les visages : l’ascension sollicite le cardio sur un court effort et la sensation de vertige est bien là, tout comme la gifle donnée par la beauté des paysages alentours. Rémi LOUBET, ambassadeur trail de Vars, s’octroie la première victoire de ce KV/KL qu’il grimpe en 17mn55s : « Je suis très satisfait car je n’avais pas les jambes en début de course. Plus ça déroulait, mieux je me sentais et avec ce départ toutes les 30s, j’ai pu garder le rythme avec pour objectif de rattraper progressivement les concurrents partis avant moi (Rémi a pris le 16ème départ). J’avais oublié cette sensation de pente et de vertige ! Ce qui est intéressant sur cette épreuve, c’est que toute la zone de départ, qui est une aire de décélération pour les KListes, est une aire d’accélération pour nous, avant la montée plus raide où l’on doit marcher avec les bâtons au début puis en s’agrippant des pieds et des mains pour trouver les bons appuis sur le mur de fin. » En 2ème position, l’Ubayen Florian SURMELY (ACBU) en termine en 19mn05s, suivi par l’Isérois Lionel BOUZON (BGSA) en 19mn57s.

Le clin d’œil du jour revient à Simon Billy : le français le plus rapide sur les skis, 3ème performer mondial avec un record personnel à 252.809km/h, a affronté la piste de Chabrières à la montée ! Un vrai challenge pour le sportif qui n’est pas habitué à ce genre d’effort : descendre la piste lui prend une quinzaine de secondes tandis qu’il a réalisé la montée en 25mn22s. Heureux d’avoir participé à ce premier KV/Kl, il nous assure que ce sera la dernière ! Mais en termes de préparation physique et mentale, c’était une belle expérience : « Je suis heureux de l’avoir fait. Je suis parti tranquille pour gérer l’effort et trouver mon rythme. Je ne me suis pas mis dans le rouge, mais le cardio a souffert dans les 200 derniers mètres. »

Chez les dames, seules 3 participantes ont pris le départ : Claire Masson s’impose largement en 29mn14s, devant Blandine Marinoli en 41mn02s et Maria Gackière (Run in Mirabeau) en 46mn28s.

LE COL DE VARS – 13 KM –

Les 195 concurrents qui ont pris le départ de 13km ont été moins gâtés par la météo. Dès le départ la pluie s’en est mêlée, devenant épisodiquement très forte. Ce parcours réunit une grande diversité de terrains avec une première montée vers le col de Vars très exigeante avec d’emblée plusieurs kilomètres de montée. Ensuite les coureurs passent de pierriers en sous-bois avec de bonnes relances.

C’est le Haut Alpin Romain ROUX (La Bâtie Neuve) qui l’emporte en établissant un nouveau temps record : il termine en moins d’une heure avec un chrono à 58mn28s. Il a fait la course en tête du début à la fin à un rythme soutenu, talonné de près par le Nîmois Dorian LOPEZ (Cap Garonne) en 59mn06. Ce dernier pratique le trail depuis 25 ans : « C’est un joli trail avec des terrains très variés qui résument bien ce que l’on trouve sur de plus longues distances. Les paysages sont très beaux et la pluie n’a pas été un frein, au contraire, ça rafraichit dans l’effort ! ». Le représentant de l’Embrun Triathlon Club, Clément THOMAS prend la 3ème place en 1h01mn24s.

Chez les dames, Alexia COUDRAY (Asptt Carpentras) l’emporte en 1h08mn59s. L’athlète avait déjà remporté l’épreuve en 2017 et améliore cette année son temps de 4mn. L’ancienne handballeuse, qui « a attrapé le virus de la course en montagne » il y a 4 ans seulement, est en constante progression et s’octroie plusieurs victoires cette saison : « La montée au col est toujours aussi difficile, mais j’ai pris autant de plaisir qu’il y a deux ans. Le parcours est nerveux et exigeant et on avale beaucoup de dénivelé dès le départ. Mon objectif sur les courses est de m’approcher du top 10 au scratch pour accrocher les garçons ». Elle l’emporte devant une autre habituée des podiums, Lisel Merello qui en termine en 1h13mn54s. Un bon résultat pour la traileuse licenciée à Bandol qui reprend la compétition après une longue pause. En 3ème position, Juliette LESIEUR boucle ce 13km en 1h18mn59s.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *