,

23 km du Mont-Blanc : Thomas Cardin confirme, Anaëlle Bondoux stupéfiante

23 km Mont-Blanc 2024

45 ans !!!! La course historique du Marathon du Mont-Blanc, qui a rassemblé 2 038 coureurs samedi 29 juin 2024, reste toujours aussi emblématique avec sa distance exigeante mais accessible de 23km, avalée en 2h 4mn 55s pour le premier et en 6h00 pour les derniers (barrière horaire). Si la star de la course a été Thomas Cardin, le récent champion d’Europe, qui a dominé l’épreuve, la surprise est venue d’Anaëlle Bondoux, grand espoir du biathlon français, qui a survolé la course et établi un chrono incroyable de 2h 22mn 56s, prenant la 15ème place au scratch !

23 km du Mont-Blanc : Thomas Cardin au sprint dans le dernier kilomètre

Il était en grande forme et avait décidé de faire le show. Thomas Cardin s’est ainsi offert un dernier kilomètre quasi en sprint, pour boucler une performance de qualité à une moyenne de 12,13 km/h ! Son chrono : 2h 04mn 55s.

La 2ème place revient à l’Espagnol Alex Garcia Carrillo, arrivé 4mn33 après Thomas Cardin en 2h 09mn 28s. Il devance Johann Baujard (2h 10mn 22s) et deux sérieux espoirs français, Mael Allaire et Romain Discher.

Thomas CARDIN_Alex GARCIA CARRILLO_ 23km_Mont_Blanc_Copyright_DavidGonthier (12)
Thomas CARDIN devant Alex GARCIA CARRILLO. Photo David Gonthier
Top 4 23km_Mont_Blanc_Copyright_DavidGonthier (18)
Le Top 4 du 23km du Mont-Blanc. Photo David Gonthier

23 km du Mont-Blanc : le débrief de Thomas Cardin

« Je suis parti sans pression aujourd’hui car les championnats d’Europe étaient derrière moi donc aujourd’hui c’était un bonus. Je me suis fait plaisir et j’ai écouté les sensations pour accélérer quand je le sentais par rapport aux adversaires. En fait, j’ai surtout maintenu l’allure, j’ai réussi à garder la même intensité dans la montée et j’ai pu aussi faire la différence dans la dernière descente.

Je suis un coureur de distance un peu plus longue donc je savais que plus la course avançait, plus je serai en aisance. À la fin, j’ai eu envie de faire le show pour mes amis et partenaires, boosté par l’adrénaline de la victoire. Maintenant, je vais me reposer un peu car que je pars en vacances avec mon épouse donc si je ne suis pas en forme, je vais me faire tirer les oreilles. »

Thomas CARDIN_23km_Mont_Blanc_Copyright_DavidGonthier (17)
Photo David Gonthier

23 km du Mont-Blanc : incroyable Anaëlle Bondoux

Thomas Cardin s’est quasiment fait souffler le haut de l’affiche par la toute menue Anaëlle Bondoux, grand espoir du biathlon français. Non seulement son chrono de 2h 22mn 56s et sa 15e place au scratch sont stupéfiants, mais aussi le fait qu’elle a laissé la championne de France de trail court, Julie lelong, à plus de 8mn ! Et ce, pour son premier trail sur une « longue » distance alors qu’elle n’est encore qu’en catégorie espoir !

Julie Lelong prend donc la deuxième place en 2h 31mn 10s. Et c’est l’Italienne Martina Bilora qui vient compléter le podium, en 2h 40mn 22s, pile une minute avant l’expérimentée Amandine Ferrato.

23 km du Mont-Blanc : le débrief d’Anaëlle Bondoux

« C’est une première expérience pour moi en trail, j’avais seulement couru sur une distance plus courte et un profil moins alpin. C’est un super parcours, j’ai vraiment aimé, je me suis fait plaisir. J’adore courir même si je suis une biathlète et grâce à mon sponsor Salomon, je peux participer à des événements comme celui-ci, quelques fois dans l’été, c’est juste pour le plaisir. Là, c’est parfait on est en plein dans la préparation physique avec l’Equipe de France, c’est beaucoup de volume pour nous, notamment en course à pied. »

Anaelle BONDOUX_23km_Mont_Blanc_Copyright_DavidGonthier (21)
Photo David Gonthier

23 km du Mont-Blanc : le biathlète Émilien Jacquelin 23ème

Autre biathlète emblématique de l’équipe de France, Émilien Jacquelin est venu prendre une belle 23ème place. Il a commenté sa course : « Je suis là pour m’entraîner car on est en plein cycle de volume. Le but ici, c’est de travailler un petit peu différemment, je pense que la course à pied surtout en bosses, ça peut vraiment aider pour mes capacités de VO2max pour bien grimper l’hiver. Le fait qu’il n’y ait pas de récupération possible avec des schuss comme en ski de fond est très intéressant aussi.

La durée max de mon effort habituellement est de 45 mn donc j’explore. Le plus dur c’est musculairement entre 1h et 1h30 puis je passe au-dessus et retrouve mes qualités d’endurance. Mon mental m’aide, j’arrive à garder mon calme même quand c’est dur. Je me suis amélioré par rapport à l’année dernière en temps et j’ai aussi réussi à moins perdre de temps dans les descentes. J’en profite aussi pour être avec mes partenaires, faire autre chose que du biathlon. On reste des amoureux de sport avant tout. »

Voir tous les résultats du 23 km du Mont-Blanc ICI

Les derniers articles
0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *