En annulant La Grande Course des Templiers, le  dimanche 20 octobre, l’organisateur a pris une décision courageuse, mais controversée. Une première en 25 éditions. Gilles Bertrand s’est livré dans le Midi Libre (extrait) : Ce n’est pas une décision douloureuse. Plus une libération de la bonne décision.  Nous savions, qu’un jour ou l’autre, nous aurions à la prendre. La déception était grande chez certains coureurs et c’est normal. Ils ne connaissent pas tous les tenants et les aboutissants. Je comprends leur grande frustration. Ils ont investi beaucoup de temps et d’argent. Et nous n’avons pas agi trop tardivement. Les prévisions concernant les phénomènes cévenols sont incertaines. Ma position a été d’attendre pour sauver la course. À 18 h 35, samedi, il prévoyait “juste” de l’orage et de la grêle pour le lendemain. Je crois que les intempéries de dimanche m’ont donné raison.Et il n’y aura pas de remboursement. Nous avons 99 % de nos factures à payer. Rien que pour le textile, j’ai fait un chèque de 100 000 €Nous avions 15 tonnes de marchandises sur les bras… Nous avons remonté des équipes de bénévoles pour s’en occuper. Nous avons appelé les camions qui étaient prévus pour lundi. Finalement, nous avons trouvé un entrepôt de 1 000 m2 pour tout stocker.Nous avons déjà distribué le frais dans différents points d’accueil qui font de l’aide sociale.  

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *