Coup d’arrêt pour Mathieu Delpeuch

MATHIEU-DELPEUCH-BROOKS © Instagram

Il rêvait d’une saison de performances, avec le 90 km du Mont-Blanc et la CCC comme objectifs majeurs. Hélas, ce ne sera pas pour cette année. Après une opération mi-mars, c’est un trait de fracture de contrainte sur un orteil qui oblige Mathieu Delpeuch à arrêter la course à pied pour 6 semaines.

La révélation 2021

C’est le 2 juillet 2021 que Mathieu Delpeuch est entré de plain-pied dans la légende française du trail. À 24 ans, le jeune coureur originaire du Cantal monte sur la deuxième marche du podium des 90 km du Mont-Blanc. Il n’est devancé que de 5 petites minutes par Martin Kern, après avoir longtemps mené la course. S’il n’est pas inconnu au bataillon (il a notamment remporté le Trail des Aiguilles Rouges en 2019 – 54km et 3900m D+), c’est la première fois qu’il s’illustre sur un aussi long format. Il devient alors l’« espoir à suivre » et se fixe 2 objectifs majeurs pour 2022 : les 90 km du Mont-Blanc, pour l’emporter, et la CCC, pour confirmer.

mathieu-delpeuch-2nd-90-km-du-mont-blanc
A gauche de la photo, Mathieu Delpeuch tout sourire après sa 2ème place aux 90 km du Mont-Blanc derrière Martin Kern. © marathondumontblanc/DR

Un super podium à la TransGranCanaria Advanced début mars

Après un gros travail hivernal, c’est sur un format un peu plus court (62 kilomètres tout de même) avec un dénivelé conséquent (2800m D+ et 4000m D-) que Mathieu Delpeuch annonce la couleur. En montant sur la troisième marche du podium, sur un parcours plutôt roulant ne correspondant pas à ses aptitudes de montagnard, il montre une forme éblouissante. Même si, réaliste, il avouera ne « pas considérer cette course comme hyper aboutie ».

MATHIEU-DELPEUCH-TRANSGRANCANARIA / DR
Mathieu Delpeuch à l’arrivée de la TransGranCanaria Advanced, début mars. / DR

Opéré du syndrome de Morton

Hélas, l’énorme fatigue cumulée durant le début d’année a rattrapé le jeune athlète Brooks Trail Runners. Mi-mars, il doit ranger ses baskets au placard pour se faire opérer et se débarrasser d’un syndrome de Morton, une boule de nerfs située entre deux métatarses qui s’enflamme régulièrement dès que les contraintes mécaniques sont trop importantes. Début avril, Mathieu Delpeuch se relevait enfin de cette opération et pouvait reprendre le chemin de l’entraînement, d’abord avec du renforcement musculaire et un peu de vélo, puis quelques footings.

Un immense espoir début avril

Le 6 avril, il s’émerveillait même : « Le corps est incroyable », écrivait-il sur son compte Insta. « Après un processus consciencieux de mobilité, de renforcement, de vélo doux puis plus intense, de Ski Erg, de vélo elliptique, de musculation et enfin de machine à escaliers, seulement trois petites semaines après l’intervention, j’ai fait mes premières foulées alors que cela peut parfois prendre plus du double de temps ! »

MATHIEU-DELPEUCH-BROOKS 2 © Instagram
Le temps de prendre la pause, et Mathieu reprend l’entraînement pour être prêt pour les défis de l’été. © Instagram

Ralenti fin avril

Hélas, l’embellie fut de courte durée. Fin avril, Mathieu Delpeuch a dû de nouveau lever le pied. La cicatrice de son opération s’est en effet réouverte, sans doute parce que le jeune champion en a fait un peu trop, malgré sa sagesse, pour être en forme durant l’été. Installé pour quelques mois en altitude, dans la petite station du Collet d’Allevard, à 1500m d’altitude, au nord du Massif de Belledonne, il s’était focalisé à 100% sur l’entraînement et l’optimisation de la performance.

Cameraboy à la Skyrace des Matheysins

C’est affublé d’un sac de matos et d’une caméra que Mathieu Delpeuch a finalement participé à la Skyrace des Matheysins, première étape des Golden Trail World Series 2022. Réquisitionné pour le liveTV officiel, il a ainsi pu suivre les exploits de son copain Sylvain Cachard, qui a survolé son sujet et pulvérisé le record de l’épreuve.

MATHIEU-DELPEUCH-SKYRACE-MATHESINS © Instagram
Tout sourire à la Skyrace des Matheysins, où il court équipé d’une caméra pour la retransmission live. Il arrivera à suivre son pote Sylvain Cachard 1 minute seulement ! © Instagram / DR

Mi-mai, le doute… puis la douche froide

« Vais-je être prêt à temps ? » Telle était la question que se posait Mathieu Delpeuch un peu tous les jours. Enchaînant les kilomètres et accumulant du dénivelé, il commençait à y croire, malgré une cicatrice qu’il devait surveiller attentivement. Mais le plaisir de pouvoir retravailler sans cette douleur qui l’avait tenaillé pendant des mois laissait augurer un été au top. Son coach, Nicolas Martin, était d’ailleurs bien attentif, à son côté, pour surveiller les différents indicateurs de charge (kilométrage, dénivelé, volume horaire total, séances d’intensité, fatigue, sensations…). Et puis le 25 mai, cette terrible nouvelle. Trait de fracture de contrainte. Arrêt buffet. Adieu les projets.

À très vite, Mathieu. Courage.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.