C’est avec Kilian Jornet la grande icône du trail mondial. Et ils ont un point commun, ils aiment les grands projets qui sortent des sentiers battus ! En 2019, après une saison atypique, le grand François D’Haene s’est lancé un défi gargantuesque dans les Rocheuses américaines : parcourir en huit jours 860km et 33 500m de dénivelé sur le Pacific Crest Trail.

François D’Haene aura connu, au propre et au figuré, le chaud et le froid sur sa saison 2019. Il avait deux principaux objectifs : la Hardrock 100 (100 miles aux USA) et l’Échappée Belle (144km en Chartreuse), deux ultra-trail auxquels il n’avait jamais participé. Il avait également programmé l’Ultra Trail de l’île de Madère (115km) et la Maxi-Race du Lac d’Annecy (115 km) au printemps, pour finir en apothéose à l’Ultra-Trail Cape Town (100km) en fin d’année. Pour le début de saison, tout s’est déroulé comme prévu. Du 13 au 16 mars, il participe comme chaque année à la course de ski alpinisme qui le remet en selle après la transition hivernale : la légendaire Pierra Menta qu’il termine à la 6ème place en duo avec son beau frère, Alexis Traub. Le 27 avril il remporte l’Ultra Trail de l’île de Madère en 13h49mn36 s après avoir fait la course seul en tête sur la seconde moitié du  parcours. La Maxi Race se déroule moins bien, puisqu’une entorse en début de course le fait renoncer prudemment, alors qu’il domine la course sans rival. Deuxième écueil, la Hardrock est annulée pour cause de conditions météos inadaptées à la course en altitude. Cela ne perturbe pas François qui sait se reconcentrer sur ses défis suivants. Et il affiche sa classe mondiale en remportant le 23 août l’Échappée Belle, parcourant les 144km de tracé technique et chaotique en 23h55mn11s, repoussant le record de l’épreuve de 3h, et devançant son second de 5h ce jour-là…

Le défi du Pacific Crest Trail, dans les Rocheuses américaines.

Si Kilian Jornet affectionne les records d’ascensions de hauts sommets, François apprécie plus les défis sur les grandes traversées. En 2016, il a détrôné Kilian de son record sur la traversée du célébrissime GR 20 en Corse, en 31h06min. En 2017, il a établi le record de la traversée du John Muir Trail : 2 jours 19 heures et 26 minutes pour 359km et 14 630m de dénivelé ! Et en 2018, François D’Haene s’élançait d’Embrun pour boucler le tour du lac de Serre-Ponçon, dans les Hautes- Alpes, par ses plus hautes cimes en un peu plus de 34h. Un défi qu’il souhaitait partager, embarquant avec lui sur les 170km et 10 000 m de dénivelé ses deux « compères », Alexis Traub et Guillaume Provost, qui l’accompagnent en tant que « pacers » sur ses défis annuels et qui n’avaient jamais bouclé une distance « ultra ». Pour 2019, il s’agissait donc d’un nouveau défi à sa dimension, dans les Rocheuses américaines : parcourir en huit jours 860km et 33 500m de dénivelé sur le Pacific Crest Trail. L’ultra-traileur est parti le samedi 28 septembre dernier pour relier l’extrémité nord du Pacific Crest Trail à la frontière entre les États-Unis et le Canada et « Bridge of the Gods », au niveau de Portland. Au final, et malgré tout son courage et l’abnégation de son équipe, la neige des Rocheuses américaines a été plus forte. François D’Haene a dû renoncer après tout de même 400km de neige, de glace et de blizzard mêlés.

Jour après jour avec François D’Haene pendant son grand défi !

-28 septembre : « Présents depuis 2016 lors de nos projets ultra, Alexis Traub et Guillaume Provost m’accompagneront en se relayant tout au long de l’aventure. Nous retrouverons aussi Sylvain, gérant du Gîte des Tavernes qui s’occupera de toute l’intendance pour prendre soin de nous comme il avait pu le faire au John Muir Trail en 2017 »

-4 octobre : « La météo annoncée n’est pas très enivrante. Mais la motivation de s’élancer sur cet itinéraire mythique reste intacte ! En espérant ne pas devoir trop modifier nos plans ».

-5 octobre : « Après 49km d’échauffement permettant de rallier le départ à la frontière américano-canadienne, nous voilà partis pour les 808 premiers kilomètres. En avant pour une semaine de boulot non stop ! On the trail again ! » 

-6 octobre : « Deuxième jour sur le Pacific Crest Trail, magnifique section de 47km entre Harts Pass et Rainy Pass pour commencer la journée. Beaucoup de neige et plus aucun randonneur. Il faut faire la trace. Bivouac en pleine forêt au bord de Suiattle River ! Je déroule sur cette partie du Pacific Crest Trail pour m’éloigner au plus vite de possibles mauvaises conditions météo ! Ce soir un break de 5h en tente au bord du feu »

-7 octobre : « Nous sommes maintenant à Steven pass, km 313 sur les 808. Running time !

Départ 6h du matin, retour 4h du matin le lendemain… Grande journée autour de Glacier Peak ! Heureusement, quelques ours pour nous tenir compagnie. Un peu de repos ne nous ferait pas de mal. Ça tombe bien les conditions nous obligent à rester couchés. Mais pour combien de temps ? »

-8 octobre : François D’Haene s’est beaucoup donné pour réaliser plus de 350km en 2 jours et demi. C’est donc très difficile pour lui de patienter et de prendre la décision de ne pas repartir : « Après avoir parcouru 350km en deux jours, il faut faire une pause. La météo est exécrable, il pleut, il vente et la température ressentie là-haut est annoncée à -18 °C. Ce serait donc une hérésie de repartir ce soir. »

-9 octobre : François D’Haene et ses deux meneurs d’allure, Alexis Traub et Guillaume Prévost, patientent une journée, et ont décidé de partir un peu après 4 heures du matin, le mercredi : « Il y avait une petite chance pour que les conditions météo nous permettent de continuer ce matin. Après un réveil à 4h15, je suis donc reparti avec Alexis et Mickaël sous la neige. Mais finalement, impensable d’aller plus loin.  Après 9h et 45km à tracer dans une neige de plus en plus abondante, nous retrouvons avec une joie et une émotion non dissimulée, le reste de l’équipe qui était monté nous chercher à Cathedral Passsous. Plus de 50cm de poudreuse, impossible de continuer dans ces conditions. La nature et la puissance des éléments ont repris leurs droits. »

-10 octobre : L’équipe de François D’Haene a donc dû faire marche arrière, très déçue de ne pas pouvoir achever ce projet, mais saine et sauve, et la tête et le cœur remplis d’images et d’émotions construites pendant ces 400km d’aventure commune. « Nous étions venus pour vivre une Grande Aventure, nous avons été rassasiés ! 400km que nous ne sommes pas près d’oublier et que nous avons vécu en équipe avec beaucoup de bonheur. Je réalise encore plus la chance d’avoir cette compagnie avec moi et de pouvoir découvrir de tels chemins aussi sauvages dans ce terrain de jeu si immense. La dernière section étant plus basse, demain nous devrions pouvoir partager encore ensemble quelques kilomètres pour atteindre Bridge of the gods qui marque la fin de cette section du Pacific Crest Trail. »

-11 octobre : « Une petite section de 50km pour s’achever physiquement, mais très importante moralement afin de clôturer avec beaucoup de bonheur cette aventure sur Pacific Crest Trail, jusqu’au fameux Bridge of the gods. Merci encore à mes compagnons du jour et à Jim Walmsley d’être venu nous soutenir sur fin cette de périple ! Maintenant place à la récup ! »

Tout savoir sur François D’Haene 

On le connaît tous pour ses exploits sans s’attarder sur son parcours. Petit flash back : François D’Haene est né le 24 décembre 1985 à Lille ! Il déménage ensuite près de Chambéry avec ses parents, où il vit pendant 20 ans et pratique l’athlétisme. Pratiquant le cross-country et le 3000m steeple, cet amoureux de la montagne et de la nature se tourne ensuite logiquement vers les épreuves de trail organisées dans sa région, en Savoie. En 2006, année où il suit encore ses études de kinésithérapie à Grenoble, il remporte le Tour des glaciers de la Vanoise. En 2010, il remporte le Trail du Ventoux et le Gapen’cimes. Sa passion était bien née ! En 2012, il met son métier de kinésithérapeute de côté pour reprendre avec son épouse une exploitation viticole dans la commune de Saint-Julien dans le Beaujolais. Cela va devenir sa marque de fabrique ; le traileur vigneron ! Depuis, il a notamment remporté l’Ultra-Trail du Mont-Blanc en 2012, 2014 et 2017 (dont il détient le meilleur temps absolu en 19h01mn32s en devançant Kilian Jornet ce jour là !) ainsi que le Grand Raid de la Réunion en 2013, 2014, 2016 et 2018 (victoire partagée avec Benoit Girondel)

Par Serge Moro. Photos : Max Romey

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *