15 trails à faire pour découvrir les 4 Massifs autour de Grenoble

ultra trail vercors

Avec 4 massifs à portée de main, Chartreuse, Vercors, Taillefer et Belledonne, la métropole grenobloise constitue un incroyable terrain de jeux pour les adeptes du trail. 220 km d’itinéraires balisés et jusqu’à 10 000 mètres de dénivelés cumulés attendent ainsi les coureurs au départ de la capitale des Alpes. Cette géographie unique a inspiré de nombreux organisateurs d’événements trail. Ainsi, chacun des 4 massifs accueille chaque année au moins un rendez-vous de mai à novembre. Des courses qui s’adressent aux débutants, enfants compris, comme aux compétiteurs. Suivez le guide des trails à faire autour de Grenoble.

1 – L’Ut4M, l’événement locomotive des 4 Massifs

L’Ultratour des 4 massifs, ou Ut4M, est un ultra-trail qui traverse les quatre massifs de la région grenobloise. L’organisation propose 12 courses allant de 20 à 160 km. Des tracés qui s’adaptent à tous les niveaux et envies. L’Ut4M a fêté ses 10 ans en juillet 2022 (21-24 juillet). L’Ultra 160 a vu la victoire d’Alexandre Boucheix, alias Casquette Verte. Sébastien Accarier, fondateur de l’Ut4M, témoigne de l’évolution de la pratique du trail, qui continue de le surprendre.

Comment est né l’Ut4M ?
Sébastien Accarier : Il y a quinze ans j’étais un coureur d’ultra-trail et je m’engageais dans des courses longues distances. Je m’entraînais au quotidien au départ de Grenoble sur une grande partie des itinéraires de l’actuel Ut4M. C’est mon petit frère Simon, à l’origine d’un autre ultra-trail, le Grand Raid des Pyrénées (GRP), qui m’a donné envie d’imaginer l’équivalent autour de Grenoble. Comme je réside au centre-ville, j’ouvre mes volets sur trois massifs, Chartreuse, Belledonne, Vercors.

C’est facile de se dire « aujourd’hui je monte au sommet du Moucherotte dans le Vercors ou bien je grimpe au Rachais puis au Saint-Eynard en Chartreuse ». Si on rajoute le Taillefer et la chaîne de Belledonne, on peut relier relier ces différents points avec l’ultra-trail. Grenoble est aussi une grande ville qui offre un superbe spectacle sous les étoiles lorsqu’on est en montagne. L’itinéraire ultra-trail de 160 km tourne autour de Grenoble. Je me suis dit que ce serait magique d’offrir ce lac de lumières digne des mille et une nuits aux coureurs pendant leur épreuve en nocturne.

Je pense que de nombreuses personnes se sont mises à courir pendant le Covid

En dix ans, quels grands changements avez-vous observés dans la pratique du trail ?
Sébastien Accarier : C’est nouveau et surprenant, j’ai le sentiment que les coureurs reviennent à des distances plus courtes. Pendant toute une période, j’ai observé la quête de distances toujours plus longues. Ce n’est peut-être plus autant la tendance.

Deuxième phénomène, le trail attire toujours plus de monde. Quand je cours à la Bastille, je reste stupéfait par le nombre de coureurs toujours plus nombreux sur ce site emblématique de Grenoble. Je pense qu’il s’agit de personnes qui pratiquaient d’autres activités sportives qui se sont mises à courir pendant le Covid. Ils ont découvert un sport simple, accessible et plaisant en montagne. Certains y prennent goût et se lancent petit à petit des défis. Quelle que soit sa distance, 20, 40 ou 160 km, cela reste un challenge pour soi.

Ut4M © Ian Corless
Ut4M © Ian Corless

Comment expliquez-vous cet attrait pour des distances plus raisonnables ?
Sébastien Accarier : Mon hypothèse est que le confinement et le quotidien sous contraintes ont amené les pratiquants à lever le pied, à rechercher une vie plus sereine. Ils sont heureux d’avoir retrouvé la liberté et le plaisir de vadrouiller où bon leur semble. Pour l’instant, ils ne sont pas prêts à vivre les contraintes d’entraînement et d’organisation qu’impose l’ultra-trail.

Comment concilier rassemblement en montagne et développement durable ?
Sébastien Accarier : Nous développons de nombreux axes liés à la responsabilité sociétale et environnementale. D’abord contre “l’autosolisme” l’utilisation des véhicules individuels. Cela s’est traduit par des navettes coureurs, des accords avec Citiz autopartage, 40% de réduction sur les billets SNCF TER ou encore la libre circulation pour les coureurs et les bénévoles sur le réseau de transport en commun. En 2022, nous avons aussi mis en place des navettes familles et accompagnants leur permettant d’accéder à certains sites en altitude.

Organiser un trail suppose le respect des usages en montagne, car chacun doit trouver sa place.

Ensuite, nous travaillons sur la protection des sites traversés. Cela passe par la sensibilisation des coureurs et du public. La course passe sur des sites Natura 2000, traverse des zones sensibles avec une flore et une faune fragiles. Nous veillons au tri des déchets sur les postes de ravitaillement. On remarque que les coureurs sont vigilants. Après les épreuves, nous récupérons bien sûr nos balises réutilisables et on rend le site aussi propre qu’on l’a trouvé. Cela passe aussi par le respect des usages en montagne, car chacun doit trouver sa place. Nous travaillons avec les éleveurs pour ne pas gêner leur activité.

Nous dialoguons aussi avec les parcs régionaux et adaptons les parcours pour protéger les espèces et leur lieu de reproduction, comme le tétras lyre en Chartreuse. Enfin, nous privilégions les circuits courts pour nos approvisionnements comme pour nos produits textiles en nous appuyant sur les acteurs locaux.

Accéder au site de l’épreuve ICI

Les trails dans le Massif de la Chartreuse

C’est le Massif le plus proche de Grenoble. Matin, midi, et même le soir à la lampe frontale, la Bastille est, au cœur de Grenoble, LE spot fétiche des traileurs novices comme aguerris. Au fil de l’ascension en virages plus ou moins serrés, le décor se tourne tantôt vers le Vercors, tantôt vers Belledonne ou encore l’Oisans, faisant oublier le dénivelé. En moins de 30 minutes, on accède à un panorama à 360° avec le Mont Blanc en ligne de mire.

Pour certains, le fort de La Bastille marque le point d’arrivée. Pour d’autres, il ouvre la porte sur le massif de la Chartreuse vers le Mont Rachais ou le Col de Clémencière. Toujours en Chartreuse, le Col de Porte constitue un point de passage obligé pour des parcours de trail variés au cœur du Parc naturel régional. Des variantes aboutissent aux sommets de La Pinéa, de l’Ecoutoux ou de Chamechaude. Avec la récompense de vues vertigineuses… qui appellent à d’autres découvertes.

2 – La Chartreuse Terminorum (juin)
La Chartreuse Terminorum est une course nature de type ultrafond dans la Forêt domaniale de Grande Chartreuse, en Isère. Elle a été imaginée par Benoît Laval, fondateur de la marque de trail Raidlight. Certains la comparent à la Barclay de Lazarus Lake. Elle s’adresse à 40 coureurs / aventuriers prêts à relever le défi de 300 km en 5 boucles de 60km, 25 000 m de D+ en 80h maximum. Zéro balisage, zéro GPS, zéro assistance. Pour s’inscrire, il suffit d’envoyer par mail uniquement un texte répondant à la question « Pourquoi devrais-je être retenu pour participer à la Chartreuse Terminorum ? »
Accéder au site de l’épreuve ICI

3 – Le Trail du Grand Duc (juin)
Sportivement toujours aussi exigeantes, les quatre formules de 40 à 80km (solo intégral, solo Moyen Duc, duo, relais à cinq) permettent à chacun de vivre le même événement dans un esprit de grande convivialité.
Accéder au site de l’épreuve ICI

4 – La Rossignol Wider Classic (septembre)
Un événement qui mêle l’esprit urbain de la métropole avec l’univers du sport et de la montagne si proche. Trois courses au départ du Jardin de ville : la Verticale de la Bastille (5,4km et 870m D+), le Tour du Rachais (17,1km et 1160m D+) et le Tour des Chartreux (31,7km et 2120m D+).
Accéder au site de l’épreuve ICI

5 – Le Trail du Buis (octobre)
Le Trail du Buis (La Buisse) combine marche nordique et course nature sur 10 km et trail sur 21 km et 1000 m D+, en solo ou en duo.
Accéder au site de l’épreuve ICI

6 – Le Trail des Petites Roches (novembre)
Le Trail des Petites Roches propose deux parcours de 35 km et 10 km en moyenne montagne entre 800 m et 1500 m d’altitude. Une majorité de sentiers en forêt amènent à la découverte de nombreux belvédères et cascades.
Accéder au site de l’épreuve ICI

Le Trail du Grand Duc
Le Trail du Grand Duc © DR

Les trails dans le Massif du Vercors

C’est le massif le plus sauvage. Sur les hauteurs de Seyssinet-Pariset, le départ des pistes au Désert Jean-Jacques Rousseau prend des allures de cathédrale. On comprend que le philosophe soit venu chercher ici l’inspiration et la paix. Deux lourdes portes en bois s’ouvrent sur une gorge étroite entre deux hautes falaises de calcaire des Vouillants.

Trois itinéraires, du plus facile (5 km) au plus difficile (20 km), serpentent sous les chênes, les frênes et les châtaigniers. Le traileur peut gagner assez vite les hauteurs de Saint-Nizier-du-Moucherotte via la Tour sans Venin où se dressent les Trois Pucelles. Les débutants peuvent aussi évoluer dans la forêt des Vouillants. Ils enchaîneront faux-plats, grimpettes et descentes entre champs et sous-bois. Avec, sur ces parcours, la promesse de points de vue inédits sur la vallée grenobloise.

7 – Les Drayes du Vercors (juin)
Au départ de la Chapelle-en-Vercors, quatre parcours de 11 à 50km et 2500m D+ avec des vues sauvages sur le plateau du Vercors.
Accéder au site de l’épreuve ICI

8 – Le Trail du Gerbier (juin)
Trois distances de 37,5 km, 24,5km et 11 km et une randonnée de 11 km.
Accéder au site de l’épreuve ICI

9 – L’Ultra Trail du Vercors (septembre)
Entre les villages de Lans-en-Vercors et Rencurel, trois courses sont au programme. L’épreuve reine consiste en une boucle de 86 km et 4500m D+ entre crêtes et sommets depuis Autrans.
Accéder au site de l’épreuve ICI

ultra trail du Vercors
L’Ultra Trail du Vercors © DR

Les trails dans le Massif de Belledonne

Belledonne, c’est le massif dans sa version alpine. Cap au sud, à Vizille, berceau de la Révolution Française ! Avant d’opter pour l’un des trois itinéraires, un échauffement dans le parc du château s’impose. On peut y découvrir de superbes installations contemporaines immersives qui dialoguent avec les essences et la nature.

L’itinéraire facile, d’une dizaine de kilomètres, longe des vignes et traverse de petits hameaux dans une ambiance campagnarde. Le parcours moyen de près de 17 km prend de la hauteur jusqu’au Belvédère de Vizille pour une belle lecture de paysage. L’itinéraire expert égrène des sites de connaisseurs tels le Mont Sec ou le Col de La Madeleine. Les foulées jalonnent un magnifique panorama sur le massif du Taillefer, le Grand Serre et les falaises du Vercors.

10 – L’Échappée Belle (août)
L’épreuve reine, L’Intégrale, est une traversée de part en part du massif de Belledonne sur 149km et 11300m D+ en solo ou en duo, dans sa version Du’ô des Cimes. Ces épreuves se caractérisent par leur haute technicité, leur engagement sur des sentiers d’altitude difficiles d’accès. L’édition 2022 a été remportée par Jean-Marie Thévenard, petit frère de Xavier, et François D’Haene et Alexis Traub sur le Du’ô des Cimes. 3 autres courses, La Traversée Nord (84km et 6140m D+), le Parcours des Crêtes (62km et 4800m D+), et la Skyrace du Rocher Blanc (21km et 2000m D+), complètent l’offre.
Accéder au site de l’épreuve ICI

Echappee-belle-2018-parcours © Jean-Luc Augier
L’Échappée Belle © Jean-Luc Augier

Les trails dans le massif d’Oisans / Taillefer

La mosaïque de paysages en Matheysine a fait naître un terrain de jeu idéal pour la pratique du trail. On y dénombre 6 secteurs variés pour tous les goûts et niveaux. Des lacs de Laffrey, Petichet et Pierre-Châtel en passant par le plan d’eau de Valbonnais et l’immense étendue turquoise du Monteynard, les trésors de l’or bleu offrent une multitude de parcours plus ou moins techniques et physiques. À deux pas des lacs matheysins, les sommets environnants tels que le Grand Serre (2141 m), le Tabor (2389 m), le Pérollier (2183 m) ou encore le Sénépi (1769 m) sont devenus des hauts lieux du trail grâce à des événements sportifs désormais incontournables.

La boucle la plus connue est celle qui permet de relier les deux sommets emblématiques de la station : le Grand Serre et le Taillefer. Un vrai parcours de montagne, difficile et exigeant. Des panoramas exceptionnels, des passages aériens inoubliables et un sentiment de bout du monde en guise de récompense pour les coureurs confirmés.

11 – La SkyRace des Matheysins by La Sportiva (mai)
Un rendez-vous dédié au skyrunning, qui est au trail ce que le ski alpinisme est au ski de randonnée. C’est-à-dire une version extrême mais sur des formats assez courts avec des parcours très aériens. 4 courses sont au programme, dont la SkyRace des Matheysins, sur 25,5km pour 1980m D+. Cette course était la première étape de la Coupe du monde de course de montagne 2022. Elle a vu la large victoire de Sylvain Cachard.
Accéder au site de l’épreuve ICI

12 – Le Trail Oisans-Matheysine (juin)
Le Trail de l’Oisans, c’est courir sur des sentiers sauvages dans des endroits secrets avec des paysages sublimes. 3 parcours au choix, 12km et 700m D+, 22km et 1200m D+ et 45km et 2900m D+ pour découvrir la vallée de la Lignarre et ses majestueuses montagnes alentours.
Accéder au site de l’épreuve ICI

13 – Le Trail des Passerelles du Monteynard (juillet)
Créé en 2012 pour célébrer les 50 ans du barrage EDF de Monteynard-Avignonnet, le Trail des Passerelles du Monteynard propose différentes distances. Ces parcours variés permettent d’observer les plus beaux lieux de la Matheysine et du Trièves : Cime du Sénépi, Balcon du Petit Train de la Mure, Musée La Mine Image, Pierre Percée. Sans oublier les deux passerelles himalayennes.
Accéder au site de l’épreuve ICI

14 – Le Trail du Galibier-Thabor (août)
10 parcours pour tous les niveaux, de 3 km à 67 km, dont le fameux parcours à deux étapes en bivouac entre Valmeinier et Valloire. Avec des paysages d’exception au pic du col du Galibier.
Accéder au site de l’épreuve ICI

Trail passerelles monteynard
Trail des Passerelles du Monteynard © DR
0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *