Au terme d’une course menée de bout en bout, c’est l’Espagnol, Pau Capell qui l’emporte sur l’UTMB®. Parti sur un rythme soutenu dès les premiers kilomètres, Pau décroche aujourd’hui son premier UTMB® en patron (temps record de 20 heures et 19 minutes) et en solitaire (presque 50 minutes le séparent du 2ème). Personne n’aura pu suivre le rythme imposé par l’Espagnol calqué sur les temps de passage de François D’Haene. Une énorme performance pour l’Espagnol qui n’aura jamais faibli malgré l’ampleur de la tâche. Quant à Xavier Thévenard (2ème), le Français est parti prudemment comme à son habitude avant d’accélérer à partir de la Fouly pour tenter de recoller aux basques du leader de la course. Cela n’aura pas suffi à contrer une énorme performance de Pau Capell, impressionnant de régularité, capable de courir et de relancer dans la plupart des portions de la course. Sans aucun doute la course de sa vie. Très attendus, les Américains Tim Tollefson, Zach Miller, Hayden Hawks laissent filer la victoire. 2019 ne sera donc pas l’année de la première victoire américaine chez les hommes. Ce n’est en tout cas pas le manque d’encouragement qui aura manqué aux coureurs, avec tout autour du Mont-Blanc, une fréquentation en hausse dans toutes les communes traversées dans une ambiance magique et bon enfant.

Rendez-vous classique du trail français avec des épreuves proposant des distances accessibles et de faibles dénivelés, le Trail du Bélier a tenu une nouvelle fois toutes ses promesses.

Une 4ème titre consécutif pour Meyssat
Partis sous un grand soleil à 8h30, les 1400 coureurs du Trail 27 km ont été les premiers de la journée à arpenter les sentiers des Aravis. Tout était réuni pour que chaque participant atteigne son objectif, que ce soit pour améliorer son chrono ou tout simplement franchir la ligne d’arrivée. Cette épreuve historique a été remportée pour la 4ème fois consécutive par Emmanuel Meyssat après 2 heures d’effort. Romuald Brun et Jean Hudry, respectivement 2ème et 3ème, complètent ce podium 100% français. Marine Quintard s’impose chez les femmes en 2h28.

La victoire du 15 km pour Lucas Mottet
La « guerre des fromages » a bien eu lieu sur le 15 km ! Les Rebloch’ (habitants de la zone AOP du Reblochon) et les Frometons (tous les autres) s’affrontaient sur un parcours accessible à tous offrant des vues magnifiques sur le massif des Aravis. À l’arrivée, c’est Lucas Mottet qui s’est imposé en 1h10 suivi de près par Mathias Bellaton et Martin Guyon. Malgré un podium 100% Frometons, les Rebloch’ gagnent la guerre des fromages avec seulement 25 secondes d’avance. Chez les femmes, Hélène Rochas remporte la course en 1h30.

Cette année encore, les juniors ont tout donné dans les rues de la station haute-savoyarde dans une ambiance festive et conviviale.

Pour clôturer la journée de samedi, le relais du bêêêlier, dernière-née des épreuves, a fait cavaler des duos motivés, venus pour s’amuser !

Résultats 15 km
Femmes :
1- Hélène Rochas – 1:30:24
2- Alexandra Chambard – 1:32:07
3- Hélène Greenwood – 1:33:10

Hommes :
1- Lucas Mottet – 1:10:33
2- Mathias Bellaton – 1:11:52
3- Martin Guyon – 1:13:54

Résultats 27 km
Femmes :
1- Marine Quintard – 2:28:40
2- Aline Camboulives – 2:28:58
3- Maryline Rossi – 2:36:14

Hommes :
1- Emmanuel Meyssat – 2:00:54
2- Romuald Brun – 2:03:09
3- Jean Hudry – 2:03:29

On rebat les cartes !

On avait annoncé Ludovic Pommeret et Manu Meyssat en favoris, ils ne sont pas sur le podium ! Et même la révélation 2018, Alexandre Fine, n’a pu accéder aux médailles lors de ce 7èmeChampionnat de France marqué par la vitalité d’une discipline qui n’a pas besoin de toute son élite internationale pour démontrer que le niveau s’étoffe sur les deux distances que proposent ce championnat, 50 et 25km.

Nous sommes à Méribel, en Tarentaise, en Savoie, dans une station d’altitude qui avec Courchevel et Val Thorens composent une des plus grands domaines skiables des Alpes Françaises, le Domaine des 3 vallées. Et c’est là que se déroulent en plein cœur de l’été, et en simultané avec la course la plus suivie de l’année, Sierre-Zinal, les 7èmeChampionnat de France de Trail.  La première épreuve s’est jouée le samedi sur une distance de 50km, avec 4200m de dénivelé. Du témoignage des plus aguerris, ce fut un gros challenge sportif avec les trois quarts du parcours à plus de 2 000 mètres d’altitude: Mont de la Challe, Mont de la Chambre, Mont Vallon, Col du Fruit, Sommet de la Saulire, Dent de Burgin, Rocher de la Loze, Col de Leschaux, Roc de Fer… autant de lieux emblématiques de la vallée auxquels les trailers ont pu accéder malgré le brouillard qui nécessitaient une attention de chaque instant pour suivre le balisage, et par des sentiers souvent techniques ! Un parcours où la gestion de son effort était la clé d’une course réussie ! Et au final, ce sont deux trailers locaux de Méribel Sport Montagne qui arrivent en tête chez les hommes, Clément Molliet (6h06mn09s) et Gautier Airiua (6h06mn48s), devançant Baptiste Chassagne (6h12mn02s) qui a pris le meilleur sur l’expérimenté Ludovic Pommeret, les jambes lourdes d’un été déjà bien chargé en épreuves difficiles après le Championnat du Monde de trail et Le High Trail Vanoise trois semaines auparavant. On notera les très faibles écarts entre les hommes de tête après un tel parcours, signe d’un magnifique et rude combat. De lutte, il n’y en a pas eu chez les dames, la Vosgienne Sarah Vieille (6h57mn15) Internationale de trail, et qui s’impose avec plus d’une heure d’avance sur sa dauphine, un écart jamais constaté sur les 6 premières éditions !

1000 coureurs au départ du Trail court !

Et le dimanche, la météo était juste parfaite pour le départ du Trai court sur 25 km du Méribel avec 1000 coureurs au départ dont 500 comptants pour le Championnats de France. Sur ce trail tonique et très disputé, le suspense a été entier jusqu’au final, enthousiasmant les nombreux supporters présents sur le parcours avec une ambiance Tour de France sur la dernière montée vers l’arrivée !

Chez les hommes,  après avoir longtemps mené la course avec sur la montée initiale l’aide de Manu Meyssat et Alexandre Fine, le jeune de 20 ans Sylvain Cachard a laisser filer le titre dans le dernier kilomètre au profit de Thomas Cardin. L’ancien Champion du Monde de Trail, Sylvain Court, désormais sociétaire de Méribel Sport Montagne prend une très belle 3ème place après une sacrée remontée puisqu’il était pointé seulement 30ème au sommet de la 1ère montée de 700md+! Chez les femmes, après un départ prudent la championne du monde en titre Blandine Lhirondel s’impose devant Lucille Germain, encore espoir, et la spécialiste de course en montagne et surtout du kilomètre vertical dont elle a la meilleure marque mondiale,  Christel Dewalle, qui aura mené la quasi-totalité de la course et sera reprise dans la descente ou elle n’est pas à son meilleur. Les podiums hommes et femmes se jouent en moins de 3mn, ce qui après 25km démontre la densité de cette nouvelle élite du trail.   

Le catalan Kilian Jornet a remporté pour la septième fois la course suisse Sierre Zinal (31 km et 2200 m D+).  Et avec un temps de 2h25mn35s, il bat le record légendaire de près de 4mn, vieux de 2003, établi en son temps par le grand champion Jonathan Wyatt. 

Kilian Jornet est insatiable et du kil Vertical à l’Everest ne craint rien ni personne. Il a remporté pour la septième fois de sa carrière la célèbre épreuve de course suisse Sierre-Zinal qui se déroule en Valais. Sa victoire marque l’histoire et une nouvelle étape dans sa carrière.En retrait sur le circuit cette saison, Jornet a fait le choix de courir moins pour s’entraîner plus, notamment en augmentant les séances d’intensité et sur le plat. La raison ? Se renouveler mais surtout tenter d’aller chercher de nouvelles limites. Son record personnel sur Sierre-Zinal en faisait partie comme celui de Jonathan Wyatt (2h29mn12s), vieux de 2003.

Pour ça, il fallait faire face à l’une des oppositions les plus fortes qu’il n’ait jamais rencontrée et réaliser une course pleine. Jornet a donc très tôt pris les choses en main en se mettant devant le peloton dans le premier kilomètre pour s’échapper dès que la pente s’est élevée. Derrière, c’est Pietro Mamu, champion du monde course en montagne, qui l’a pris en chasse. Mais il ne l’a jamais revu malgré un écart qui n’a jamais dépassé les deux minutes.

Sur la ligne d’arrivée dans un Zinal en folie, Jornet signait le temps de 2h25mn35s et effaçait des tablettes le chrono de Wyatt. Mamu venait prendre la deuxième place en 2 h 26mn31s. L’Américain Jim Walmlsey complétait le podium en 2 h 31mn52s. “Les jambes étaient bonnes aujourd’hui, témoigne Jornet. Dès le début, je me sentais bien. Pourquoi le record cette année ? J’ai moins couru et ça laisse le temps de s’entraîner plus.”

Chez les dames, la Suissesse Maude Mathys bat également le record en 2 h 49mn20s, en pulvérisant la marque d’Anna Pichtrova placée à 2h55mn, qui avait en son temps écrasée la course en montagne de toute sa classe.

Thibaut Baronian a pris la 14e place en 2h38mn46s, termine premier français. L’ancien fondeur, kiné des Bleus sur la Coupe du monde l’hiver, se montrait déçu à l’arrivée, après une préparation handicapée par une cheville. “Je suis à mon niveau. J’ai eu une préparation délicate et je l’ai ressenti sur les plats.” Côté féminin, une très belle réussite de Anaïs Sabrié qui termine à la 5ème place en 3h01mn58s. Chez les hommes, après Thibaut Baronian, dans le top 30 le plus relevé de l’histoire de la course, on félicite Arnaud Bonin, auteur d’une belle 20ème place en 2h41mn et Julien Rancon 29ème en 2h43mn21s, en retrait par rapport à sa performance de 2018 (2h36mn) . Nicolas Martin en termine un peu plus loin, en ayant eu le courage d’aller ainsi sur un terrain qui ne lui était pas favorable.

Le roi Kilian Jornet s’attaque à Jonathan Wyatt !

31 km et plus de 2000m de dénivelé positif. Sierre-Zinal est une référence, à double titre. D’abord parce que les meilleurs mondiaux s ‘y sont toujours retrouvés, et surtout parce que le parcours est inchangé depuis la création de l’épreuve en 1974 ! Et sur l’édition 2019, comme pour marquer un étape importante dans sa carrière d’ « ultra terrestre », la star catalane a décidé de s’attaquer à un monument qui lui a toujours résisté malgré ses 6 victoires à Zinal, le record de la course, détenu par un coureur éclectique, le Néo Zélandais Jonathan Wyatt. A l’époque de son record, ce champion courrait le 10 km en 27mn56s, le semi marathon en 1h02mn37s et le marathon en 2h12mn59s, et par ailleurs avait été à de multiples reprises champion du monde de course en montagne, après avoir disputé les Jeux Olympiques sur 5000 m et sur Marathon.  Vainqueur de Sierre Zinal en 2002 et 2003, il détient depuis le record de l’épreuve en 2 heures et 29 minutes…  ” Sierre- Zinal est toujours un terrain concurrentiel où les coureurs de montagne rencontrent  les sky runners, les coureurs sur route ” Raconte Kilian.” Cette édition sera épique, je pense qu’il y aura au moins 15 coureurs qui se battront pour la victoire “.  Davide Magnini, vainqueur cette année  du Marathon du Mont Blanc et de la Dolomythe Run à Canazei Mais aussi le fameux Jim Walmsley seront là pour donner la réplique à Kilian ! Coté Français, on suivra les parcours de Tibo Baronian, Julien Rancon et Nico Martin qui ont fait le choix courageux de courir ici avec les meilleurs moniaux plutôt qu’aux France de trail à Méribel. 

Du côté des femmes, bien que Ruth Croft mène la danse de la Golden Trail World Series, la Suissesse Judith Wyder est également à surveiller. Elle a gagné la Dolomythe Run en battant l’ancien record de 7min. Une autre Suissesse, Maude Mathys   était 3ème à Canazei derrière Judith et Ruth.

Ce 11 Aout 2019, au départ de Barcelonnette dans les Alpes de Haute Provence, une valeur sûre du Challenge est proposée : l’Ubaye Trail Salomon, organisé par l’Athlétique Club Barcelonnette Ubaye.

Le rendez-vous estival des grosses pointures et passionnés de la discipline

Dans l’une des plus belles vallées des Alpes du Sud, bercée par le soleil méditerranéen, 3 parcours trail, dont un tracé Élite technique, exigeant et engagé. Un trail qui en fonction de l’altitude, sentira bon la lavande ou le génépi, le parfum des sous-bois ou des alpages, l’air pur et vif des cimes et des grands espaces de montagne. Tous les ingrédients sont réunis pour permettre à votre potentiel physique et technique de s’exprimer pleinement et vous amener, sur les plus hauts sommets, sous l’œil intrigué des marmottes, des chamois et des bouquetins.

 LES PARCOURS:

Des surfaces variées, des sections rapides, de franches montées et des descentes techniques, de la forêt, des alpages, des passages rocheux où il vous faudra “crapahuter” avec pieds et mains, au milieu de crêtes, sommets et paysages magnifiques.

Parcours “Elite” 42 Km / + 2560 m comptant pour le Challenge des Trails de Provence des Trails Longs.
Un marathon en pleine montagne.

Parcours “Découverte” 23 Km / + 1070 m comptant pour le Challenge des Trails de Provence des Trails Courts.
Un trail alpin sportif

Parcours “Open” 12 Km / + 600 m
Facile et accessible à tous Parcours “Randonneurs” 12 Km / + 600 m : Avec ravitaillements, sans chronométrage.

Le Gapençais Saïd Mansouri, 2ème en 2018, favori en 2019

RAPPEL RESULTATS 2018

42km – Trail Long – 367 classés
1-Sébastien SPEHLER – 3h55’59
2-Saïd MANSOURI – 3h59’02
3-Ibon SAN MIGUEL – 4h03’12
Féminines:
1-Manon BENON – 4h40’24
2-Pauline BRUYERE – 4h54’12
3-Julia REZZI – 4h58’26

23 km- Trail Court – 471 classés
1-Anthony FELBER – 1h53’57
2-Tristan CALAMITA – 1h53’59
3-Florent NOEBES-TOURRES – 1h58’12
Féminines:
1-Eva JURENIKOVA – 2h21’49
2-Océane BOUTARIN – 2h25’43
3-Hélène BOCQUET –  2h32’26

10 km – hors challenge
1er Matias EYMARD
1ere Elsa ROUX

LES FAVORIS 2019

Cette année encore, l’Ubaye Trail Salomon rencontre un énorme succès populaire, avec des participants venus de tous les horizons et bien entendus, les habitués du challenge, et notamment Christelle LE ROUX, Patrice MARMET ou Steven MOREL sur le 42 km, mais aussi Mélanie GAYDIER, Magali SEVIKIAN, Cécile DEFIS, Fabienne LILLAZ, Florence COSTANTINI , Alain SILVA et Arnaud PRIGENT sur le 23 km, qui font tous partie du TOP 12 sur les classements du challenge.

Côté TOP TRAILERS, à 8 jours de la manifestation la barre des 400 engagés est largement dépassée sur le trail court sur lequel on peut  aussi noter la présence d’Isabelle BLANCHARD, Laetitia DARDANELLI ou Mathieu ESMIEU par exemple.

Sur le trail long, qui attend presque autant de monde sur la ligne de départ, on annonce Juliette BLANCHET, Minh CHAU, Ganna DARMOGRAÏ ou Eva JURENIKOVA (lauréate en 2018) chez les féminines, mais aussi Saïd MANSOURI (second en 2018), déjà vainqueur du Trail Sainte Victoire cette année, ainsi que Pierre-Hugo ROMAIN, qui se déplacera pour enlever une 3° victoire sur le challenge.

 INSCRIPTIONS:

Attention: Les inscriptions en ligne sont closes depuis le mercredi 7 Aout, possibilités de s’inscrire sur place (se renseigner auprès de l’organisation).

Plus d’informations: http://www.ubaye-trail.fr/fr/ubaye-trail-salomon.html

Informations Challenge : https://www.trailsdeprovence.fr

Texte ACBU – Photos Akuna

Le Festival des Templiers souffle ses 25 bougies cette année. A cette occasion la marque GORE® Wear a constitué sa Team GOREWear des Templiers composée de traileurs de tous niveaux. La Team GOREWear vous invite à sa session training placée sous le signe de la nature et de l’écologie, le samedi 7 septembre à Meudon

Un Trail éthique à Meudon 


Le “plogging” vous connaissez ? Cette tendance qui combine le running et le ramassage de déchets qui nous vient tout droit de Suède.

Si vous aimez les moments de communion avec la nature, le grand air, le dépassement de soi et vous rendre utile, le plogging est fait pour vous !
 
La place de l’écologie, dans nos vies et dans celles des marques, est devenue de plus en plus importante. C’est pourquoi GORE® Wear, la marque de textile technique et performant, souhaite participer à sa manière à la réduction de son empreinte carbone.

Et quoi de mieux qu’illustrer son engagement par le biais du Festival des Templiers et de la Team GOREWear Templiers ! 

Cette nouvelle Team qui se prépare pour les Templiers vous invite à son training éco-responsable en forêt de Meudon. Elle vous sensibilisera sur la question de l’écologie dans la course à pied. 

A l’occasion du Festival des Templiers, la marque GORE® Wear a reconduit son projet Team GOREWear qui a eu un franc succès pour le Marathon de Paris 2019. Cette fois-ci, l’équipe est composée de traileurs de tous niveaux avec comme seul objectif : le plus grand festival de trail de France.

Toujours coachée par Yoann Stuck, plusieurs séances d’entraînement ouvertes au public sont au programme dont notamment cette belle initiative éco-responsable du samedi 7 septembre 2019 à Meudon
 

Informations rendez-vous :
Samedi 7 septembre – 9h30
Parking Place du Garde
92140 Clamart

DIMANCHE 28 JUILLET

TOUR DES CRETES – 42KM /2954mD 

Avec un départ décalé à 8h30 au lieu de 7h pour cause de mauvaises conditions météo, les 500 participants ont tout de même eu affaire à des conditions difficiles pour cette 6ème édition du Vars Mountain trail. Après un départ groupé pour les parcours 24 et 42 km sur les 12 premiers km, les itinéraires se séparaient en suite. Le passage commun du col de Vars et la montée sur les premières crêtes se sont déroulés dans un épais brouillard doublé d’un vent fort rendant les températures ressenties très froides. Et que ce soit chez les hommes ou les dames, ce 42km a été une véritable bataille entre les 2 premiers ! Une course où le physique et le mental jouent au yoyo jusqu’à la ligne d’arrivée !

Seulement 4 secondes séparaient les deux hommes de tête, un finish quasiment au sprint !

Rémi LOUBET a fait honneur à sa station de Vars en y remportant son 4ème titre sur l’épreuve reine du Tour des Crêtes (il a aussi remporté le kv/kl sur la piste mythique de ski de vitesse de Vars la veille). La Course du Ciel comme on l’appelle n’a pas laissé de répit aux concurrents ; les 20 premiers km se sont déroulés dans des conditions très rigoureuses avec le vent, le froid et le brouillard. Heureusement, une amélioration en fin de parcours a redonné du baume au cœur, et Rémi Loubet s’offre en plus le luxe d’améliorer son meilleur temps de plus de 4mn. N’ayant pu participer l’an dernier pour cause de blessures après un accident en montagne, cette victoire a une saveur particulière pour Rémi. Il en termine en 5h10mn09 – « J’ai pris le départ de la course avec quelques doutes sur la gestion de l’effort, ne sachant pas encore si le 42km allait se courir à cause des conditions. Quand on a eu la confirmation au km 12, j’ai fait attention à m’alimenter comme il fallait et en garder sous les pieds car je savais que la fin de course était très compliquée. Andreu était devant jusqu’à la dernière montée, un véritable KV et j’ai su que je pouvais aller le chercher. J’ai posé le cerveau et j’ai réussi à le dépasser en descente. Je ne pensais pas pouvoir gagner de nouveau cette course, ma victoire a une saveur particulière ! ». Le traileur, aussi skieur alpiniste qui parcoure les plus belles pentes du monde, est très à l’aise avec les conditions difficiles. Une motivation pour l’ambassadeur trail de Vars qui se prépare désormais pour l’Iron Man d’Embrun le 15 août.

En deuxième position, c’est le Pyrénéen Andreu PROST (Esclops d’Azun Pyrénnée) qui en finit en 5h10mn13s. Il talonnait de très près Rémi après avoir passé une trentaine de km seul en tête. C’est la dernière montée qui a eu raison de lui : « Les conditions difficiles ne sont pas un problème pour moi, j’étais bien sur toute la première partie, mais sur la dernière montée, j’étais bridé, je ne pouvais pas aller plus vite et Rémi est revenu sur la fin ». Seulement 4 secondes séparaient les deux hommes, un finish quasiment au sprint ! Sur la troisième marche du podium Germain LACOTE (Organicoach) a fait une remontée exceptionnelle sur la dernière côte et en termine en 5h34mn14s.

Chez les Dames, une course en duo !

La Briançonnaise Chloé GALTIER et Elodie VARRAINE (Athlétic Club Font Romeu) ont fait le parcours ensemble, alternant en tête de l’épreuve, Elodie plus à l’aise en descente et Chloé en montée. Au finish, c’est Chloé GALTIER qui l’emporte en 6 h13mn02s : « Je ne pouvais espérer mieux, le parcours passe plus vite à deux et c’était magnifique malgré le vent au début. Les 20 premiers km étaient périlleux et ensuite, la descente vers le Val d’Escreins et les crêtes de Vars étaient juste magnifiques. Moi qui viens du raid multisports, courir à deux m’a vraiment soutenue ». Elodie VARRAINE termine pour la troisième fois consécutive 2ème de ce Vars Mountain trail avec un chrono de 6h13mn41s – « On a fait toute la course ensemble, mais j’étais sèche sur la fin, Chloé m’a même ravitaillée ! ». La troisième place revient à Maud COMBARIEU (Pays basque) en 6h25mn28s.

BOUCLE DE PEYNIER – 24 KM – 1383mD

C’est le Haut-alpin Tristan CALAMITA (Gap Hautes Alpes Athlétisme) qui s’impose sur cette boucle en 2h18mn54s loin devant ses concurrents : « Les conditions étaient difficiles, j’avais une pensée pour les bénévoles qui sont restés des heures en statique sous le vent, le froid et le brouillard ! Je me fais les cannes ici pour préparer le Championnat de France de Trail à Méribel au mois d’août ». Le deuxième à franchir l’arrivée, le jeune espoir Achille BERTHOU (Entente des Mauges) a vécu des conditions dantesques : « J’avais peu de repères avec le brouillard mais malgré la météo j’étais bien physiquement et le parcours était ludique malgré le peu de visibilité ». Il en termine en 2h24mn19s. Pour compléter le podium, on retrouve Lionel BEZOU (BGSA) qui s’octroie là sa 2ème médaille de bronze après sa 3ème place lors du KV /KL de la veille. Il a réalisé les 24km en 2h37mn33s.

Du côté des dames, c’est la traileuse de Carpentras, Charlotte LANTENOIS qui gagne après un retour de blessure : « La course est partie vite et ça monte très vite aussi ! Les conditions étaient terribles, je suis tombée deux fois, puis j’ai pu dérouler sur les crêtes. Mais c’était génial, j’avais en tête uniquement le plaisir d’être , avec aussi une pensée pour les bénévoles postés sur le parcours qui nous encourageaient sans qu’on les voit. Je reviens l’an prochain c’est sûr ! » Avec pour objectif le prochain Trail Gapen’Cimes en octobre, elle termine sa boucle de Peynier en 2h59mn39s. Derrière elle, 2 athlètes ont mené un coude à coude jusqu’au bout et au final, c’est Olivia BOZON qui en termine avec un chrono à 3h11mn30s laissant à la 3ème position Nina GABORIAU en 3h12mn49s.

SAMEDI 27 JUILLET

NOUVEAUTE – LE KV/KL

Cette 6ème édition du Vars Mountain trail a vu naitre une nouvelle course sur les traces de la Mythique piste de Chabrières plus habituée à voir passer des skieurs de vitesse (appelés aussi KListes). Pour cette première journée d’épreuve, c’est le KV/ KL qui a ouvert le bal : le principe étant de grimper 440m de dénivelé sur une distance de 1012m et avec une pente maximale de 98% sur le dernier tiers de la piste !

Quasiment un mur !

Ils sont 28 concurrents à avoir atteint le sommet. C’est sur un terrain sec, poussiéreux et donc assez instable que les traileurs ont abordé l’ascension avec un départ individuel toutes les 30s. La météo n’a pas joué de mauvais tour sur cette épreuve et est restée ensoleillée avec des passages nuageux ne gênant pas la visibilité des coureurs. Au départ, tous les yeux étaient fixés sur le monstre de pierre qui leur faisait face, certains avait l’air de se demander comment ils allaient le gravir. Les sourires étaient plus crispés à l’arrivée, mais le bonheur sur tous les visages : l’ascension sollicite le cardio sur un court effort et la sensation de vertige est bien là, tout comme la gifle donnée par la beauté des paysages alentours. Rémi LOUBET, ambassadeur trail de Vars, s’octroie la première victoire de ce KV/KL qu’il grimpe en 17mn55s : « Je suis très satisfait car je n’avais pas les jambes en début de course. Plus ça déroulait, mieux je me sentais et avec ce départ toutes les 30s, j’ai pu garder le rythme avec pour objectif de rattraper progressivement les concurrents partis avant moi (Rémi a pris le 16ème départ). J’avais oublié cette sensation de pente et de vertige ! Ce qui est intéressant sur cette épreuve, c’est que toute la zone de départ, qui est une aire de décélération pour les KListes, est une aire d’accélération pour nous, avant la montée plus raide où l’on doit marcher avec les bâtons au début puis en s’agrippant des pieds et des mains pour trouver les bons appuis sur le mur de fin. » En 2ème position, l’Ubayen Florian SURMELY (ACBU) en termine en 19mn05s, suivi par l’Isérois Lionel BOUZON (BGSA) en 19mn57s.

Le clin d’œil du jour revient à Simon Billy : le français le plus rapide sur les skis, 3ème performer mondial avec un record personnel à 252.809km/h, a affronté la piste de Chabrières à la montée ! Un vrai challenge pour le sportif qui n’est pas habitué à ce genre d’effort : descendre la piste lui prend une quinzaine de secondes tandis qu’il a réalisé la montée en 25mn22s. Heureux d’avoir participé à ce premier KV/Kl, il nous assure que ce sera la dernière ! Mais en termes de préparation physique et mentale, c’était une belle expérience : « Je suis heureux de l’avoir fait. Je suis parti tranquille pour gérer l’effort et trouver mon rythme. Je ne me suis pas mis dans le rouge, mais le cardio a souffert dans les 200 derniers mètres. »

Chez les dames, seules 3 participantes ont pris le départ : Claire Masson s’impose largement en 29mn14s, devant Blandine Marinoli en 41mn02s et Maria Gackière (Run in Mirabeau) en 46mn28s.

LE COL DE VARS – 13 KM –

Les 195 concurrents qui ont pris le départ de 13km ont été moins gâtés par la météo. Dès le départ la pluie s’en est mêlée, devenant épisodiquement très forte. Ce parcours réunit une grande diversité de terrains avec une première montée vers le col de Vars très exigeante avec d’emblée plusieurs kilomètres de montée. Ensuite les coureurs passent de pierriers en sous-bois avec de bonnes relances.

C’est le Haut Alpin Romain ROUX (La Bâtie Neuve) qui l’emporte en établissant un nouveau temps record : il termine en moins d’une heure avec un chrono à 58mn28s. Il a fait la course en tête du début à la fin à un rythme soutenu, talonné de près par le Nîmois Dorian LOPEZ (Cap Garonne) en 59mn06. Ce dernier pratique le trail depuis 25 ans : « C’est un joli trail avec des terrains très variés qui résument bien ce que l’on trouve sur de plus longues distances. Les paysages sont très beaux et la pluie n’a pas été un frein, au contraire, ça rafraichit dans l’effort ! ». Le représentant de l’Embrun Triathlon Club, Clément THOMAS prend la 3ème place en 1h01mn24s.

Chez les dames, Alexia COUDRAY (Asptt Carpentras) l’emporte en 1h08mn59s. L’athlète avait déjà remporté l’épreuve en 2017 et améliore cette année son temps de 4mn. L’ancienne handballeuse, qui « a attrapé le virus de la course en montagne » il y a 4 ans seulement, est en constante progression et s’octroie plusieurs victoires cette saison : « La montée au col est toujours aussi difficile, mais j’ai pris autant de plaisir qu’il y a deux ans. Le parcours est nerveux et exigeant et on avale beaucoup de dénivelé dès le départ. Mon objectif sur les courses est de m’approcher du top 10 au scratch pour accrocher les garçons ». Elle l’emporte devant une autre habituée des podiums, Lisel Merello qui en termine en 1h13mn54s. Un bon résultat pour la traileuse licenciée à Bandol qui reprend la compétition après une longue pause. En 3ème position, Juliette LESIEUR boucle ce 13km en 1h18mn59s.

Depuis 2007, une commission médicale ouverte aux différents professionnels de santé contribue, avec le comité d’organisation, à la mise en place de la philosophie santé de l’UTMB®, avant, pendant et après l’UTMB®. Une responsabilité de taille puisque chaque année l’organisation a la responsabilité de 10 000 coureurs lancés sur des sentiers de montagne pouvant culminer jusqu’à 2500 mètres d’altitude. Une mission dont s’acquitte chaque année 180 professionnels de santé pour permettre aux coureurs d’être correctement pris en charge en cas de besoin.
“Quand on a aidé un coureur sur sa course, lorsque nous l’avons bien suivi d’un point de vue médical, bien soigné, encouragé, et qu’on sait qu’il passe la ligne d’arrivée, c’est une joie pour tout le monde. Je crois que c’est ça qui nous donne envie de nous investir chaque année au sein de l’UTMB®. Isabelle Paucot, responsable bénévole des infirmiers.

La commission médicale contribue à l’issue de chaque édition à faire le bilan de l’activité médicale en analysant les données issues des différentes plateformes digitales dédiées à la santé et à la sécurité des coureurs. Pour cela, elle s’appuie sur l’espace santé des coureurs ITRA (SHOL), le Logiciel de Coordination des Opérations de Santé Secours (LOGICOSS) et les données de course issus de LIVETRAIL®. Les membres de la commission médicale peuvent ainsi améliorer l’encadrement des pratiquants en s’appuyant sur :
– L’équipe médicale en amont de la course pour s’organiser et suivre de façon professionnelle la santé des athlètes (Quartz Program)
– Des analyses statistiques d’activité médicale, qui permettent aux équipes de médicaux-secouristes d’être correctement dimensionnées et positionnées lors de la course.

Pendant l’évènement, les bénévoles de l’équipe médicale travaillent en étroite collaboration avec Dokever, prestataire spécialisé dans la médicalisation sportive impliqué au sein de l’UTMB® depuis 2009. Ces experts-prestataires agissent au sein du PC Course, centre névralgique de l’UTMB®, composé de professionnels et bénévoles chargés de monitorer pendant une semaine, 7 épreuves et 10 000 coureurs de 100 nationalités, répartis sur 3 pays et pas moins de 800 km de sentiers alpins. Les parcours sont segmentés et les passages des coureurs sont enregistrés par LIVETRAIL®, afin d’alerter le PC Secours et Médical en cas de situation anormale. Lorsqu’une problèmatique médicale est signalée, l’équipe de Dokever prend le relais et pilote la prise en charge sanitaire depuis le PC Secours et Médical en s’appuyant sur 30 médecins, 80 infirmiers, 50 kinés et 30 podologues, tous bénévoles, répartis sur le terrain. Le docteur Patrick Basset, médecin chef de l’UTMB® souligne “la caractéristique du trail running réside en partie dans son environnement, ce sont des épreuves en milieu difficile avec des enjeux de santé bien particuliers et avec des accès au terrain plus complexes. A partir de là, il faut mettre le bon nombre d’acteurs qui font le secours, la santé en termes médical et paramédical : infirmières et ensuite tout ce qui est soins de confort, c’est-à-dire tout ce qui est kinés et podologues.”

Formation qualifiante pour les bénévoles
Depuis 2018, des sessions de formation à la médicalisation d’événements sportifs outdoor sont proposées aux bénévoles médicaux et paramédicaux (médecins, infirmiers et secouristes). La volonté de l’organisation est de sensibiliser les bénévoles médicaux aux pathologies spécifiques à l’ultra-endurance, avec une formation axée sur la pratique. Cette formation est financée par la fondation Ultra Sports Science grâce à des dossards santé proposés aux coureurs. Outre d’excellents retours de la part des personnes qui ont pu en bénéficier, cette formation permet d’apprendre à travailler en équipe multiprofessionnelle et de secourir en un milieu montagne.

Espace santé et fiches conseils


Pour améliorer la prise en charge médicale, l’UTMB® demande aux coureurs de compléter leur espace santé. Cette plateforme est proposée gratuitement par l’ITRA, en collaboration avec Athletes For Transparency (AFT), dans le cadre du Programme QUARTZ qui vise à protéger la santé des coureurs et à contribuer à un sport sans dopage. Antécédents médicaux, allergies, traitements en cours, asthme, diabète… ces informations sont précieuses pour le personnel médical chargé de suivre les coureurs pendant la course. En complétant leur espace santé, les coureurs s’assurent qu’en cas de besoin, les médecins disposent de toutes les informations indispensables à leur prise en charge rapide et optimale. Une remontée de l’information qui est également valable pour l’équipe médicale de l’évènement puisqu’elle doit, en cas de soins, mettre à jour l’espace santé du coureurs. Les informations renseignées sur leur espace santé sont confidentielles. Seul un médecin pourra y accéder s’il doit soigner un participant. Plus d’informations sur les avantages de l’espace santé sur itra.run
A noter : L’UTMB® fait également partie du programme QUARTZ Event qui préconise de mettre fin à l’automédication des coureurs pendant une épreuve, pratique pouvant entraîner de sérieuses complications médicales.

Chaque année, l’UTMB® propose des conseils en matière de santé issues des réflexions et recherches des équipes médicales et experts, cette année des fiches conseils ont été mises en place dans les domaines suivants :
– Prévention des accidents cardiaques (consulter la fiche ici)
– Alimentation (consulter la fiche ici)
– Automédication (consulter la fiche ici)
– Crampes (consulter la fiche ici)
– Hydratation (consulter la fiche ici)
– Sommeil (consulter la fiche ici)

Venez clôturer la saison running le samedi 19 octobre 2019 avec l’EDF trail des Vallées d’Aigueblanche.

L’EDF TRAIL des Vallées d’Aigueblanche est organisé dans le cadre de la semaine d’inauguration de la nouvelle centrale hydro-électrique de la Coche Pelton (du 14 au 19 octobre 2019). 
Cette journée sportive est soutenue par EDF, la commune de Grand-Aigueblanche et organisée par le club des sports des Avanchers-Valmorel avec la présence de quelques coureurs élites Français.

5 formats de courses et 2 challenges….lâchez les watts

Un format combiné unique, la MEGA WATT et la GIGAWATT vont permettre aux coureurs les plus puissants de venir se challenger.

Un KV le matin et une course l’après-midi, le tout, dré dans l’pentu ! 

=> Le Pelton 1000 : départ 8h30 d’Aigueblanche au barrage de la Coche : 3 Km pour 862 m D+
=> Le Pelton 2000 : départ 7h30 d’Aigueblanche au sommet de Crêve Tête: 11 Km pour 2 000 m D+ (descente de 800 m uniquement à pied)

Et l’après midi on remet ça….
=> Le Morel Express : départ 14h d’Aigueblanche pour 13 km et 270 m D+.
Cette course peut se faire en duo.
=> L’Echappeaux Belle : départ 14h d’Aigueblanche pour 30 km et 1 300 m D+

2 challenges

=> Le MEGA WATT : Pelton 1000 + Morel Express (13 km)
=> Le GIGA WATT : Pelton 1000 + Echappeaux Belle (30 km)

Mais aussi des courses enfants et un challenge entreprise (5 coureurs sur le Morel Express)

Des animations…dont la visite de la centrale hydroélectrique

La dernière occasion de clôturer la saison de trail running et profiter des couleurs automnales qui viendront sublimer les vallées d’Aigueblanche.

Idéalement situées à l’entrée de la Tarentaise et à20 minutes d’Alberville

Au milieu des montagnes, et entre l’effervescence de la course, vous retrouverez un village exposants, la découverte de produits savoyards, des animations sportives, des coins détentes pour toute la famille et la possibilité de visiter la centrale hydroélectrique de la Coche-Pelton. 

Informations et inscriptions sur: www.edftrailvalleesaigueblanche.com