L’épreuve mythique du 42 km du Marathon du Blanc (38 km, cette année, suite aux modifications de parcours liées à la sécurité sanitaire) affichait un départ à 6h avec 1299 coureurs. Tous les élites de la discipline ont répondu présents au rendez-vous incontournable qui plus est la seule étape française des Golden Trail World Series !
Sans surprise compte tenu du plateau sportif, la bataille a démarré dès le top départ sur les sentiers chamoniards. En témoigne, la moyenne stratosphérique des 3 premiers : Stian Angermund, Davide Magnini et Bartholojev Przedviewski à plus de 11 km/h de moyenne (et une moyenne sur la descente du sommet des Posettes jusqu’au village de Vallorcine soit 900 m D- à plus de 21km/h) !

(c)Fabian Bodet


Le parcours de 2630 m de dénivelé positif et 1700 m de dénivelé négatif est considéré comme technique. Il favorise les athlètes montagnards et grimpeurs avec cette particularité unique d’une arrivée en côte (1000 m de dénivelé positif  pour l’effort final) face au Mont-Blanc, à 2000m d’altitude (contrairement à la grande majorité des trails qui se termine en descente). Forts dans ces conditions, Stian le Norvégien et Davide le jeune champion italien de ski d’alpinisme, ont su tirer profit de cette technicité devant le Polonais Bart qui s’est tout de même offert une belle échappée dans la descente exigeante des Posettes. Au final, le norvégien Stian Angermund termine en 3h18mn8s devançant l’italien Davide Magnini de 2mn et le polonais Bartholojev Przedwojewski de 5mn15.
A l’arrivée, les élites étaient unanimes, le Marathon du Mont-Blanc 2021 a été difficile de bout en bout, chacun poussant sa propre limite dans les parties qu’il affectionne entrainant les autres à se dépasser toujours plus.

(c)Gaethan Haugéard


Côté femmes, dès les premiers kilomètres, les favorites ont confirmé leur statut de leader avec des courses vécues bien différemment pour chacune d’entre elles.
En s’installant en tête dès les premières foulées de la course, la Suissesse Maude Mathys, grande favorite de l’épreuve, a confirmé toutes les attentes. Forte de son expérience et d’une gestion de course implacable, elle remporte haut la main ce Marathon du Mont-Blanc en 3h51mn04 sec, signant sa deuxième victoire sur cette course mythique (victoire en 2012)  et un scratch final à la 23ème place. Sa benjamine, la Française Anais Sabrié termine à plus de 10mn sans démériter pour autant pour sa 1ère course internationale grâce à une course intelligente en devançant de 7mn Blandine L’Hirondel, autre grande favorite qui termine dans la douleur (problème de cheville).

Les réactions du podium homme
Stian ANGERMUND (NOR) – 1er : “Aujourd’hui c’était tellement difficile ! Jusqu’au Tour j’ai dû vraiment pousser mes limites, les 10 premiers kilomètres ont été les pires de la course.  J’ai dû me battre, on est tous parti très vite. La différence s’est faite dans la descente très cassante des Posettes. Bart a vraiment fait une descente de fou comme toujours, jusqu’à Vallorcine j’ai essayé de le suivre. Je sentais que j’étais sur le fil vraiment. Sur la transition j’ai tout donné… J’ai dépassé Bart sur la passerelle avant la dernière montée, j’ai essayé de survivre et heureusement l’écart gagné sur Davide ou Rémi qui sont de supers grimpeurs a suffi. Je n’étais vraiment pas sûr de tenir ! Au dernier kilomètre j’ai su que ça allait être bon ! Depuis la Flégère je me suis fait plaisir quand même il y a des magnifiques sections. Je me suis régalé au final, courir avec les copains c’est bon !”

Davide MAGNINI (ITA) – 2ème :
« Je suis vraiment satisfait de mon classement car je ne pensais absolument pas finir sur le podium. La première partie de la course a été très difficile, je n’ai pas pu boire une goutte d’eau avant le sommet des Posettes car j’avais très mal à l’estomac. Du coup à la descente, mes jambes étaient très très lourdes et j’ai lâché le groupe de tête. A partir de là, j’ai avancé au mental… j’ai fait le vide, j’ai essayé d’oublier le physique pour vraiment me mettre dans une bulle et puiser toute l’énergie. Et cela a marché puisque dans la montée de la Flégère, j’ai rattrapé Bart et j’ai pu lui passer devant ! » 

Bartlomiej PRZEDWOJEWSKI (POL) – 3ème :
“C’était une très bonne course pour moi, je me suis senti vraiment bien mais dans la dernière section Davide et Stian étaient plus rapides… J’ai essayé de résister mais c’était impossible. J’ai pris le risque de courir très vite dans la descente des Posettes pour créer l’écart au maximum mais Stian m’a rattrapé avant la montée et Davide juste avant la Flégère. Cette course était super exigeante et difficile de bout en bout ! Je fais un bon come back sur la Golden Trail World Series, c’est cool et je suis vraiment heureux de courir tout court !”
1 4 Stian ANGERMUND M0 H 03:18:08 00:00:00 NOR (Norvège)
2 1 Davide MAGNINI SE H 03:20:10 00:02:02 ITA (Italie)
3 3 Bartlomiej PRZEDWOJEWSKI SE H 03:23:23 00:05:15 POL (Pologne)
4 5 Rémi BONNET SE H 03:27:14 00:09:06 SUI (Suisse)
5 10 Francesco PUPPI SE H 03:28:18 00:10:10 ITA (Italie)
Les réactions du podium femme
Maude MATHYS (SUI) – 1ère :
La Suissesse du Team Salomon, vainqueur de la première étape des Golden Trail World Series 2021 de l’Olla de Noria et gagnante des Golden Trail World Series 2020, avait déjà remporté cette épreuve du Marathon du Mont-Blanc en 2012. «Dès le départ j’avais les jambes serrées, j’avais du mal à relancer. C’est pourtant un parcours que j’affectionne, technique, roulant, de montagne, mais les sensations n’y étaient pas. L’expérience m’a fait relativiser et j’ai pu creuser mon avance dans la montée des Posettes. Je suis malgré tout contente d’avoir fini en tête sur cette épreuve que j’adore. »

Anais SABRIE (FRA) – 2ème :
La jeune athlète de 26 ans du Team Matryx, championne de France 2019 de course en montagne, a pour sa première participation à un trail international bien géré sa course avec une arrivée émue et heureuse en 4h00mn17sec : «Je suis super contente, j’avais les jambes, j’étais bien, et ce parcours magnifique que dire de plus… Un grand merci à tous… »

Blandine L’HIRONDEL (FRA) – 3ème :
Blandine L’Hirondel, athlète Hoka One One, actuelle Championne du Monde de trail que l’on attendait également sur le podium, finit à la 3ème place. Malgré une course poursuivie dans la douleur avec un problème de cheville récurrent qui lui a fait envisager l’abandon au 22ème km, elle signe un temps de 4h07mn31sec et une 32ème place au scratch.
« J’ai bien cru que j’allais abandonner, mais j’aime tellement cette course, ce parcours, que je voulais la finir, même en mode cool. Je ne pensais pas finir 3ème. J’aurais voulu donner tellement plus… »
1 71 Maude MATHYS SE F 03:51:04 00:00:00 SUI (Suisse)
2 76 Anais SABRIÉ SE F 04:00:17 00:09:13 FRA (France)
3 72 Blandine L’HIRONDEL SE F 04:07:31 00:16:27 FRA (France)
4 106 Daniela OEMUS SE F 04:13:34 00:22:30 GER (Allemagne)
5 81 Marcela VASINOVA SE F 04:14:46 00:23:42 CZE (République tchèque)

LE MOT DE FRED COMTE, organisateur et directeur du Club des Sports de Chamonix : “Le 42 km du Mont-Blanc aujourd’hui a été difficile et magique pour tous. Les élites d’abord avec ce plateau incroyable de la Golden Trail World Series. Si ces athlètes ont eu la chance d’avoir le beau temps au début et d’échapper à la pluie, ils ont imprimé un rythme tel sur ces chemins de montagne que chacun a été obligé de repousser ses limites. Une course exceptionnelle pour les autres, qui pour la plupart, ont dû affronter des conditions difficiles à partir de 13h, avec des pluies diluviennes, des aléas qui font aussi partie de ce sport outdoor. Après la chaleur de 2019, c’est le froid qu’il a fallu gérer pour ces marathoniens. La difficulté, c’est aussi ce qui marque, ce que l’on garde, ce qu’on raconte, ce qui forge les souvenirs.
C’est ce qui a manqué à tous pendant une année et demie : partager des moments de sport et d’émotions, pleureur, rire, hurler, la vie quoi. Au delà des problématiques financières, sanitaires et administratives, nous sommes heureux d’avoir pu maintenir ces courses pour ces raisons, pour ces moments de partage uniques.
Le live intégral a permis à ceux qui ne courent pas, comme aux passionnés, de vivre tous les moments de ce 42km de Mont-Blanc avec les petits plus de la course qu’il est difficile de capter habituellement en tant que spectateurs : les attaques, les défaillances, les stratégies qui font la beauté de ce sport. A ce petit jeu, les anciens Stian Angermund et Maude Mathys ont fait parler leur expérience et ont tiré leur épingle du jeu mais la jeune génération est là et bien là. Le trail a de beaux jours devant lui, tant sur le haut niveau que comme course populaire, car mettre un dossard reste un moment unique d’émotions et d’énergie décuplées par le partage.
Enfin les hommes et femmes de l’ombre, nos 500 bénévoles qui ont œuvré, y compris, ce milieu d’après midi sous la pluie ou au cœur de la nuit pour le 90km et le duo étoilé, sont ceux qui font vivre l’évènement et permettent ces moments d’exception. Merci à eux, à tous nos partenaires et à tous les participants. Rendez-vous en 2022 !!”

(c)David Gonthier

Elle fait partie des courses les plus attendues de l’année et elle n’a pas dérogé à la règle. La Western States ® 100-Mile Endurance Run a eu lieu ce week-end après une année 2020 marquée par l’annulation de la course pour cause de pandémie. Cette année encore, le plateau était incroyablement relevé et l’épreuve californienne accueillait tous les spécialistes de la discipline venus se mesurer à la distance mythique du 100 miles. Le suspense, l’excitation et le plaisir de retrouver la course était palpable au sein de la communauté la veille du départ à Squaw Valley.  Jim Walmsley, Hayden Hawks, Jared Hazen, Tim Tollefson ou encore Matt Daniels figuraient parmi les têtes d’affiche de ce rendez-vous incontournable de la planète trail.  Chez les femmes, la liste de départ était tout aussi dense avec la présence des meilleures athlètes de la discipline à l’image de Ruth Croft, Beth Pascall, Ragna Debats ou encore Audrey Tanguy et Clare Gallagher, tenante du titre de la dernière édition.

Comme souvent sur cette épreuve, les prétendants au titre ont dû composer avec la chaleur qui avoisinait les 37 degrés. Partis en tête,  les Américains Jim Walmsley et Hayden Hawks représentaient les meilleures chances de victoire cette année malgré une forme incertaine pour Jim suite à une blessure au printemps et une absence de repère pour Hayden sur cette distance. La chaleur et la difficulté de la course avec un profil très particulier comportant de l’altitude, une forte partie où il faut courir et un profil descendant, les coureurs à l’aise dans ce type de format ont finalement fait la différence puisque les forces des uns et des autres se sont amenuisées au fur et à mesure de la journée avec des températures très élevées et une course exigeante qui ne laisse que peu de répit. Les favoris ont reculé un par un à l’exception de Jim qui a géré la course en patron et à l’expérience pour finalement s’imposer en 14 :46, loin de son propre record (14 :09) mais qui en profite pour remporter la course pour la troisième fois consécutive. Tim Tollefson, pour sa première participation, termine cinquième et Hayden Hawks huitième en 17 :48 boucle ainsi le premier 100 miles de sa carrière. 

© Western States ® 100-Mile Endurance Run

Classement masculin
Jim Walmsley – 14:46:01
Tyler Green – 16:11:02
Drew Holmen – 16:23:09
Cody Lind  – 16:49:40
Tim Tollefson  – 16:55:49
Kyle Pietari  – 17:00:34
Stephen Kersh  – 17:29:24
Hayden Hawks – 17:48:47
Kyle Curtin  – 18:18:31
Alex Nichols  – 18:33:14

Chez les femmes, c’est une année extraordinaire avec neuf concurrentes dans les vingt premières places toutes catégories confondues et trois féminines dans les dix premières places au général. Un résultat qui confirme que lorsqu’il s’agit d’ultra-endurance, la différence entre les hommes et les femmes tend à s’effacer. L’Anglaise, Beth Pascall, qui a pris une année sabbatique pour se consacrer à la compétition semble la personne à battre cette année et affiche une forme étincelante. Elle s’impose et signe tout simplement le deuxième meilleur temps de l’histoire de la course toujours détenu par la Britannique Ellie Greenwood (16 :47). En plus de rentrer dans l’histoire de la course, Beth se hisse à la septième place au général. Déjà victorieuse lors du Tarawera Ultramarathon cette année, Ruth Croft réalise une saison incroyable et signe une deuxième place sur la mythique course américaine pour sa première participation. Ragna Debats complète le podium et s’empare du record dans la catégorie master en 17:41.

© Western States ® 100-Mile Endurance Run

Classement féminin
Beth Pascall – 17:10:42
Ruth Croft  – 17:33:48
Ragna Debats – 17:41:13
Brittany Peterson – 18:07:42
Katie Asmuth  – 18:23:24
Audrey Tanguy  – 18:37:45
Emily Hawgood  – 19:13:55
Camelia Mayfield  – 19:17:20
Keely Henninger  – 19:42:37
Kaci Lickteig – 19:47:56 

Prochaine course : Val d’Aran by UTMB® (9-11 juillet)
Première édition très attendue pour la course espagnole organisée dans la magnifique région du Val d’Aran. Avec 4000 coureurs inscrits et plus de 50 nationalités représentées, l’événement affiche déjà complet pour la première épreuve espagnole du circuit. Parmi les élites, on retrouvera la Japonaise Kaori Niwa et la Suédoise Anna Carlsson chez les femmes, les Espagnols Jordi Gamito ou encore Aritz Egea chez les hommes. Val d’Aran by UTMB® fera donc sa première apparition dans le circuit Ultra-Trail® World Tour avec la distance de 162km (VDA) qui délivre 500 points aux vainqueurs. La saison trail est bel et bien lancée sur l’Ultra-Trail® World Tour !

Après un an d’absence, les cyclistes étaient de nouveau au rendez-vous de la première manche du Contre-La-Montre Eiffage du Col de la Loze ce dimanche 20 juin. Avec ces 2304m d’altitude, le 7ème plus haut col de France est, depuis 2 ans, devenu le passage incontournabledes amoureux de la pédale et de la petite reine avec une arrivée d’étape du Tour de France en 2020. Pour l’ouverture officielle du col de la Loze de cette saison 2021, malgré une météo annoncée très incertaine, une quarantaine de compétiteurs étaient présents pour l’ascension des 1100m D+ sur 17,3km avec un nouveau départ de Courchevel Le Praz situé au pied de la piste des championnats du monde de ski 2023.

Au final, les conditions étaient de la partie avec le soleil, une température clémente et quelques rafales de vent sur les derniers kilomètres. Le coup d’envoi de cette édition 2021 a été donné à 10h. Chacun à leur tour, les participants se sont élancés en contre-la-montre espacé de 30 secondes dans le respect de la tradition : les moins aguerris en premier et les élites en final.

Arthur Blanc

Premiers temps de références pour Corinne Favre et Arthur Blanc 

Après avoir mis de côté les skis de randonnée, une nouvelle carrière de cycliste se dessine pour l’athlète au palmarès international en ski alpinisme, Arthur Blanc endosse le maillot à pois de meilleur grimpeur du col de la Loze en établissant un magnifique chrono de 47min09s. Après avoir disputé une dizaine de courses en national 1 sous les couleurs de Charvieu-Chavagneux IC depuis le 1er novembre dernier, Arthur rejoindra début juillet l’équipe de la Swiss Racing Academy dirigée par le quadruple champion du monde de contre-la-montre Fabian Cancellara. Johan De Oliveira, sociétaire du team Jallet Auto, arrive en seconde position en 50min34s devançant d’une poignée de secondes Swann Juillaguet troisième en 50min46s.

Chez les féminines, l’éternelle Corinne Favre, après avoir vaincu l’Everest lors de la finale des Millet Ski Touring Courchevel 2021 le 21 mars dernier en ski alpinisme, revêt la parure à pois en plaçant la barre à 1h05min28s. Vainqueure par équipe du triathlon hors norme Dynastar X3 le 23 mai 2021, Alice Niemaz s’empare de la seconde marche du podium en 1h10min46s devant Pascale Gachet-Mauroz en 1h26min40s.

Corinne Favre

3 manches pour cette édition 2021

Déjà de très belles performances enregistrées à l’issue de cette 1ère manche, mais rien n’est joué à ce stade de la compétition. En effet, 2 autres dates sont programmées, les 18 juillet et 22 août pour disputer le maillot à pois 2021 qui sera primé du trophée en Crystal et d’un prize money de 500€. A partir du 18 juillet, le barbecue sera à nouveau en place à l’arrivée. Des surprises prévues par Jean-Luc Chedal, président du club organisateur Courchevel Sports Outdoor Cyclisme et toute son équipe, viendront agrémenter cette prochaine levée sans oublier la remise des bidons à l’effigie de la course à tous les participants : il faut réaliser moins de 1h pour le bidon d’or, moins de 1h10min pour le Vermeil, moins de 1h25min pour l’argent, moins de 1h40min pour le bronze et aucune limite de temps pour le bidon finisher qui sera également offert à tous les participants inscrits en VAE (Non classés). Afin de préparer le Triathlon hors norme Felt X3 du dimanche 15 août, les triathlètes inscrits seront invités sur la seconde manche de la saison, ce qui promet une farouche empoignade en avant-première.

Podium Manche 1 (GàD) : Johan De Oliveira, Alice Niemaz, Arthur Blanc, Corinne Favre, Pascale Gachet-Mauroz, Swann Juillaguet.

Prochains rendez-vous : Dimanche 18 juillet

Infos et résultats : www.courchevelsportsoutdoor.com

Après une saison 2020 modifiée, la Golden Trail World Series était de retour ce dimanche 13 juin 2021, sur les traces de l’Olla de Nuria (21,5 km 1 940 m d+), dans les Pyrénées espagnoles, qui remplaçait Zegama. Une première épreuve qui a placé la barre très haut pour le reste de la saison avec un plateau de haut niveau au départ et une intensité de course exceptionnelle à plus de 2 000 mètres d’altitude.

Vall de Nuria, 8h50 heures du matin. Le silence des lieux a laissé place depuis plusieurs dizaines de minutes à l’excitation caractéristique des départs de course. Dans 10 minutes sera donné le départ de l’Olla de Nuria, une course technique – avec plus de 70 % de passages à plus de 2 700 mètres d’altitude – qui fait sa première apparition dans la Golden Trail World Series, pour pallier l’annulation de Zegama. Sur la ligne de départ, on retrouve un plateau d’un rare niveau : Davide Magnini (Team Salomon, Italie), Rémi Bonnet (Team Salomon, Suisse), Nadir Maguet (Team La Sportiva, Italie), Bartlomiej Przedwojewski (Team Salomon, Pologne), Stian Angermund (Team Salomon, Norvège), Nicolas Martin (Team Hoka One One, France), Thibaut Baronian (Team Salomon, France)… la liste longue et non-exhaustive complique fortement les pronostics. Chez les femmes, tout aussi peu de certitude. La présence de Maude Mathys (Team Salomon, Suisse), grande gagnante du Golden Trail Championship aux Açores en novembre 2020, focalise l’attention. Mais à ses côtés, des filles comme Blandine L’Hirondel (Team Hoka One One, France), Judith Wyder (Team Salomon, Suisse), Rachel Drake (Team Nike Trail, USA), Denisa Dragomir Red Bull/Merrell, Roumanie), Oihana Kortazar (Team Salomon, Espagne) ou encore Mathilde Sagnes (Team Hoka One One, France), peuvent tout à fait prétendre à quelque chose sur le parcours du jour : 21,5 km et 1 940 m d+ à plus de 2000 mètres d’altitude.

Stian en patron

On attendait un combat intense entre Rémi Bonnet et Davide Magnani dans la longue montée qui devait mener les coureurs au sommet de la course (après environ 5 km et 1000m d+). C’est finalement le Suisse qui pointait en tête avec 25 secondes d’avance sur le Norvégien Stian Angermund venu se mêler à la bataille. Dès lors les deux hommes ne se sont plus lâchés pour faire course commune sur la longue crête à plus de 2 700 mètres d’altitude, enchaînant descentes techniques et montées sèches. Si pendant longtemps, on a pensé devoir attendre l’ultime descente pour connaître le dénouement de ce duel, une chute de Rémi Bonnet permettra à Stian Angermund de prendre la poudre d’escampette. Au final, le Norvégien du Team Salomon s’imposera en 2h04 à plus d’une minute du Suisse qui aura serré les dents pour terminer la course avec une coupure assez profonde sur le bras et un choc au thorax. « C’est incroyable de voir toute cette énergie, nous confie tout sourire Stian Angermund à l’arrivée. On attendait ça depuis si longtemps ! Rien que de finir une course avec du public, ça aurait suffi à mon bonheur. Mais c’est vrai que je me sentais bien aujourd’hui, poursuit-il. Je sentais bien à l’entraînement que j’étais en bonne forme, mais c’est difficile de se jauger quand on n’a pas couru avec les autres depuis aussi longtemps. En tout cas je suis vraiment heureux de cette victoire. » Rémi Bonnet aussi est satisfait de cette première course, même s’il aurait aimé poursuivre le combat plus longtemps avec son copain de team. « On était bien tous les deux. J’ai fait une grosse montée, puis je le suivais sur les crêtes. Il descend vraiment fort, alors j’essayais de m’accrocher sur les parties descendantes… Puis j’ai pris une boîte juste avant la dernière grosse difficulté. J’ai cru que j’allais abandonner, ça m’a ouvert le bras et coupé le souffle, je n’arrivais plus à respirer. Je me suis arrêté 30 secondes puis je suis reparti. Stian en a profité pour accélérer, mais j’aurais fait pareil », assure-t-il en rigolant. Du côté de Davide Magnini, en revanche, peu de sourires… « Ce n’était pas un grand jour pour moi, je suis clairement déçu. J’espérais vraiment faire mieux que troisième mais je n’ai jamais eu les jambes ! Je ne me sentais pas bien, j’ai eu du mal à relancer. J’ai passé toute la course à me battre contre moi-même pour accrocher ce podium, mais il faudra faire beaucoup mieux sur les prochaines courses. »

Maude Mathys intouchable

Du côté des filles, c’est sans surprise que l’on a vu la Suissesse Maude Mathys dominer la course de bout en bout. Partie seule dès la première montée, elle n’a eu de cesse d’accroître son avance sur ses poursuivantes. « Je suis montée très vite car j’avais peur des parties techniques sur la crête et dans les descentes, explique-t-elle. Mais après je n’avais plus aucune idée des écarts et j’étais super stressée de voir les filles revenir. J’avais aussi un peu de mal avec l’altitude, mais quand je voyais que les garçons n’allaient pas plus vite que moi, ça me rassurait. » Elle finira finalement avec plus de 12 minutes d’avance sur ses poursuivantes. Derrière, plusieurs filles se sont livré un duel sans merci pour le podium. Parmi elles, Judith Wyder finira par accrocher la seconde place à la faveur d’un gros effort dans la dernière montée et une très grosse descente. « Pour moi, c’est une énorme victoire personnelle aujourd’hui, nous confie-t-elle, en pleurs à l’arrivée. Je reviens de ma seconde grossesse et j’ai dû m’entraîner très dur pour revenir à ce niveau. Je n’avais d’ailleurs aucune idée du niveau que je pouvais avoir. Maude est sur une autre galaxie, et il faudra que je m’entraîne encore plus dur pour revenir à mon meilleur niveau, mais aujourd’hui j’ai juste envie de savourer ce résultat qui signifie beaucoup pour moi. » Derrière Oihana Kortazar réalise le gros coup de la journée en terminant troisième de cette course très relevée. « C’est une énorme surprise ! Je ne pensais absolument pas finir à cette place aujourd’hui, affirme-t-elle. Je m’étais dit avant le départ qu’un top 5 serait déjà un excellent résultat. Mais faire un podium ? Impensable ! Quand tu regardes aux Açores, j’étais toujours loin derrière des filles comme Rachel ou Blandine… Franchement, c’est incroyable et je suis très heureuse ! »

Rendez-vous désormais à Chamonix (France), le 4 juillet pour le Marathon du Mont-Blanc, seconde manche de la Golden Trail World Series 2021.

Classementsdéfinitifs

Hommes

1 –STIAN ANGERMUND (NOR – SALOMON) : 02:04:16 (+100 pts)

2 –REMI BONNET (SUI – SALOMON) : 02:05:48 (+88 pts)

3 –DAVIDE MAGNINI (ITA – SALOMON) : 02:06:05 (+78 pts)

4–NADIR MAGUET (ITA–LA SPORTIVA) : 02:08:27 (+72 pts)

5 –THIBAUT BARONIAN (FRA – SALOMON) : 02:08 :27 (+68 pts)

Femmes

1 – MAUDE MATHYS (SUI – SALOMON) : 02:21:52 (+100 pts)

2 –JUDITH WYDER (SUI – SALOMON) : 02:34:24 (+ 88 pts)

3 –OIHANA KORTAZAR (ESP – SALOMON) : 02:35:35 (+ 78 pts)

4 –BLANDINE L’HIRONDEL (FRA–HOKA ONE ONE) : 02:37:44 (+72 pts)

5 –ELISE PONCET (FRA–TEAM MATRYX) : 02:39:03 (+68 pts)

Retrouvez tous les résultats ici : https://www.9hsports.cat/ca/resultat_cursa/690

Website: goldentrailseries.com
Facebook: Golden Trail Series

Instagram: Golden Trail Series

YouTube : Golden Trail Series

Une fois n’est pas coutume, nous laissons la parole à un de nos lecteurs pour vous le présenter…

Jean-Pierre Faure : “Abonné depuis quelques mois à la revue ESPRIT TRAIL, je dois dire que ce numéro 119 est celui qui m’a le plus donné de lecture… les sujets abordés, choisir son coach, travail en côte, le mot d’Éric Razzoli, les reportages d’Isabelle… bref, bravo !”

Alors, pour vous faire votre propre opinion, ouvrez nos pages !

Première course de l’année ouverte aux coureurs amateurs en France, l’Ergysport Trail du Ventoux a parfaitement lancé la saison 2021 de la Golden Trail National Series.

(c)Mickaël Mussard

Un parcours inédit

À année inédite, parcours inédit pour cet Ergysport Trail du Ventoux en version 2021. « Le report aura obligé à réfléchir à un nouveau parcours, nous explique Serge Jaulin, organisateur de l’événement. Tout d’abord par rapport à la chaleur ! On a imaginé un tracé ombragé sur la face nord qui est habituellement inaccessible en hiver. Et c’était aussi l’occasion d’amener les coureurs sur le Mont Serein qui ne voit jamais passer la course les années habituelles, une façon pour nous de relier l’ensemble du territoire du Ventoux. »
Un parcours qui semble avoir séduit les coureurs du top 5. « Franchement, c’était sympa, nous explique Germain Grangier (team On Running). Il y avait de belles parties engagées, à la limite du skyrunning parfois. » Quant à la météo elle a été parfaite, avec un beau soleil, une température raisonnable et une absence totale de vent au sommet. « Je n’étais jamais montée au sommet du Ventoux, confie Katie Schide (team On Running) vainqueur du jour chez les filles. Et je crois que c’était le jour parfait pour y aller, on ne pouvait pas rêver mieux au niveau de la météo. »

Katie Schide (c)JMK

Thomas Cardin en patron

Au niveau de la tête de course, on a d’abord vu Théo Détienne (team Salomon France) mener la meute dans la montée vers le sommet. Mais le coureur du team Salomon France a fini par faiblir pour laisser passer ses poursuivants. Parmi ceux-là, Thomas Cardin (team Hoka France) en très grande forme, a profité de la descente pour s’enfuir. Il finira ce parcours inédit en 3h39min. Derrière lui on retrouve Julien Michelon (team Salomon France), le bras droit bandé, conséquence d’une chute la veille de la course. « Je suis assez content, nous a-t-il confié. Il faut dire que jusqu’à ce matin je ne savais pas si je pourrais prendre le départ. Aujourd’hui Thomas était intouchable et la descente était vraiment longue pour moi qui ne descends pas très bien, donc c’est un bon bilan. » Germain Grangier (team On Running) complète le podium.

(c)JMK

Katie Schide toute en gestion

C’était son premier passage au sommet du Ventoux ! Katie Schide (team On Running) n’a cependant pas perdu de temps pour admirer la vue et remporte donc son premier ErgysportTrail du Ventoux. « Je suis partie très calmement dans la montée, je suis restée dans le paquet avec les mecs, et je ne me suis pas affolée. Au sommet, j’ai relancé tout en essayant de rester relâchée. On ne le voit pas forcément sur les images, mais le terrain était assez technique et il fallait rester concentrée pour ne pas partir à la faute. Au final j’ai vite rattrapé les filles sur les premières crêtes après le sommet et je me pensais à l’abri. Mais quand j’ai les ai vues juste derrière moi au Mont Serein, je me suis dit qu’il ne fallait pas s’endormir et j’ai dû relancer ! » Derrière elle, après un combat ardu et un sprint final, Mathilde Sagnes (team Hoka France) a réussi à arracher la deuxième place à Julie Roux (team Salomon France).

(c)Mickaël Mussard

Résultats

Première manche de la saison 2021, les résultats de l’Ergysport Trail du Ventoux définissent également le classement provisoire de la Golden Trail National Series.

Top 5 hommes

1 – Thomas Cardin (team Hoka France) : 03 :39 :21 (GTNS : 100 pts)
2 – Julien Michelon (team Salomon France) : 03:47:07 (GTNS : 88 pts)
3 – Germain Grangier (team On Running) : 03:48:55 (GTNS : 78 pts)
4 – Andy Symonds (team Scott Running) : 03:50:02 (GTNS : 72 pts)
5 – Kévin Vermeulen (team Altra Running) : 03:50:18 (GTNS : 68 pts)

Top 5 femmes

1 – Katie Schide (team On Running) : 04:19:12 (GTNS : 100 pts)

2 – Mathilde Sagnes (team Hoka France) : 04:24:00 (GTNS : 88 pts)
3 – Julie Roux (team Salomon France) : 04:24:31 (GTNS : 78 pts)
4 – Marion Delespierre (team On Running) : 04:35:11 (GTNS : 72 pts)
5 – Laura Paradan : 04:43:02 (GTNS : 68 pts)

ErgysportTrail du Ventoux

Facebook : www.facebook.com/Ergysport-Trail-du-Ventoux-321551014539223/

Site Internet : www.ergysport-trailduventoux.fr

Résultats complets : https://sportips.fr

Golden Trail National Series

Facebook :www.facebook.com/goldentrailseries/

Site Internet : www.goldentrailseries.com/fr/series/france/

Après une année perturbée par la crise sanitaire, l’Ergysport Trail du Ventoux ouvrira, le 6 juin prochain, la saison de la Golden Trail National Series. Première grande épreuve de trail en France en 2021, la course pourra se tenir grâce à un effort considérable de l’organisation et à la mise en place d’un protocole sanitaire important. On fait le point !

Une seule distance et un protocole sanitaire à respecter

Épreuve incontournable du début de saison, l’Ergysport Trail du Ventoux avait été l’une des toutes dernières courses à avoir été maintenues avant le premier confinement de 2020. Après un report attendu de la date initiale, elle sera donc la première grande épreuve de trail à se tenir en 2021. En effet, après d’importants efforts auprès des autorités, l’organisation a obtenu l’autorisation de maintenir la course à condition de respecter certaines mesures :

  • Seule l’épreuve de 46-km est maintenue.
  • Les dossards ont été envoyés par courrier aux coureurs.
  • 1 000 coureurs prendront le départ et seront répartis dans 4 grandes zones d’attente de 250 personnes avant le départ.
  • Le départ sera donné par vagues de 50 coureurs toutes les 5 minutes.
  • La première vague s’élancera pour les élites à 6h30.
  • Aucun ravito solide ne sera proposé en libre distribution, ils seront remplacés par des packs ravito individualisés
  • Le départ et l’arrivée auront lieu dans la même zone (habituellement zone d’arrivée sur les années précédentes) pour faciliter le contrôle d’accès.
  • Les zones sensibles en termes de densité de personnes seront interdites au public et aux accompagnants.
  • Il n’y aura pas de repas servi à l’arrivée.

Toutes ces mesures, bien que contraignantes, sont les seules garantes de la bonne tenue de l’événement. Il est donc demandé aux coureurs de les respecter scrupuleusement.

Une belle densité

Parmi les 1 000 chanceux qui s’élanceront de Bédoin le 7 juin, on retrouve de nombreux élites, dont la plupart sont des habitués de l’épreuve. Voici la liste des favoris communiquée par l’organisation, elle dévoile une belle densité que ce soit chez les hommes ou chez les femmes.
Départ prévu le 7 juin 2021 à Bédoin (84) à 6h30.

Femmes

N° 12 : Julie ROUX (Team Salomon France)

N°13 : Ariane WILHEM

N°14 : Fiona PORTE

N°15 : Marion DELESPIERRE (On Running)

N°24 : Sandy PAULET

N°27 : Katie SCHIDE (On Running)

Hommes

  • N° 1 :Ludovic POMMERET (Team Hoka One One)
  • N° 2 : Thomas CARDIN (Team Hoka One One)
  • N° 3 : Sylvain COURT (Team Altore)
  • N° 4 : Alexandre DEPECHE (Esprit Volcans Team Trail)
  • N° 5 : Arnaud LESPRILLIER (Alpi Motion)
  • N° 6 : Tristan CALAMITA (Team Endurance Shop Gap)
  • N° 7 : Clovis CHAVEROT (Team Curlynak)
  • N° 8: Théo DETIENNE (Team Salomon France)
  • N° 9 : Sébastien FINE (Team Endurance Shop Gap)
  • N° 10 : Julien MICHELON (Team Salomon France)
  • N° 11: Eric LAUGIER (Team Terre de Running)
  • N° 22 : Andy SYMONDS (Scott France)
  • N°23 : Romain MAILLARD (Esprit Volcans Team Trail)
  • N°28 : Germain GRANGIER (On Running)
  • N°30 : Mathieu DELPEUCH (Team Asics Trail)

Un nouveau parcours

En complément de ces mesures, l’organisation a dessiné un tracé complètement inédit pour cette édition 2021, avec un parcours dans le sens antihoraire et de magnifiques passages sur le flanc nord du Ventoux.
La trace complète est à retrouver ici : https://trail-passion.net/trace.html?id=39218

Les coureurs auront 9h30 pour boucler ce nouveau parcours avec des barrières horaires fixées à 5h30 de course au niveau du point d’eau du Mont Serein (km 26) et à 7h15 de course au point d’eau Bramafan-Piaud (km 36).

ErgysportTrail du Ventoux

Facebook :www.facebook.com/Ergysport-Trail-du-Ventoux-321551014539223/

Site Internet : www.ergysport-trailduventoux.fr

Golden Trail National Séries
Facebook :www.facebook.com/goldentrailseries/

Site Internet : www.goldentrailseries.com/fr/series/france/

14 jours après son départ du Mont Saint Michel, le 15 mai dernier, Jérémy Desdouets est déjà à la moitié de sa tentative d’établir le record de vitesse du GR34. Après plus de 1 000 km sur le célèbre « sentier des douaniers » entre le Mont Saint-Michel et Saint-Nazaire, Jérémy reste dans son objectif de le parcourir en moins de 30 jours.

Crédit Théo Cheval 2021

Avec des journées de plus de 11 heures de course au compteur, avalant parfois jusque de 90 km quotidien, Jérémy Desdouets est bel et bien dans son rythme…

Mi-parcours : « Je suis sur la pointe de Crozon dans le Finistère, ce qui représente la moitié du parcours. Je suis très fier car la première partie est la plus difficile, avec beaucoup de dénivelé. Le plus dur est normalement derrière moi. Depuis le début je compte un dénivelé positif de plus de 17 000 mètres. C’est énorme ! La pointe de Crozon est encore très technique, mais normalement, une fois que j’ai passé la célèbre Pointe du Raz d’ici quelques jours, cela devrait être plus roulant et je serai déjà dans une logique de fin de parcours. En plus je connais très bien la Bretagne Sud, je devrais pouvoir engendrer de belles journées.»

Un rythme physique très soutenu : « Mes journées sont bien orchestrées avec un départ le matin vers 8h et c’est parti pour 10 voire 12h de course avec seulement quelques arrêts pour manger et me ravitailler. Le soir je m’arrête vers 20h, je prends des protéines et je fais un bon massage pour bien récupérer. Les protéines sont très importantes pour la récupération des muscles. Je mange beaucoup aussi, c’est important. Enfin, une bonne douche et je dors environ 8h. Je constate chaque matin que ce mode de récupération est efficace car je me réveille toujours avec des jambes bien meilleures que la veille. Je n’ai pas de grosses souffrances. Tout va bien ! »

Mentalement au top : « Je vais super bien. Je sais que la seconde moitié du parcours sera moins soutenue, mentalement c’est important. Sur le trajet je suis très accompagné et c’est super de voir cet engouement. J’apprécie énormément de voir du monde sur le bord de la route pour m’encourager : j’adore. On a eu des musiciens de bombarde et de cornemuse, c’était génial ! Beaucoup souhaitent m’accompagner sur des longues distances, c’est moins facile à gérer pour moi car j’ai besoin de rester dans ma bulle, bien concentré, sans parler. Ecouter de la musique ou des podcasts, c’est le top. Mais c’est tellement sympa de se sentir soutenu, ça m’aide aussi beaucoup ! »

Un parcours fabuleux. « Je redécouvre la Bretagne ! Mon rythme me permets de voir la diversité des paysages. Des dunes, des falaises, des forêts, des rivières, des ports, la mer grise ou turquoise, c’est incroyable la richesse de notre région. Les paysages changent de jours en jours, je me régale. J’ai même croisé un renard et un chevreuil ces derniers jours. Ils semblaient aussi étonnés que moi de me voir là ! »

Un franc succès ! Qualité du plateau, soleil et ambiance étaient au rendez-vous pour le retour de ce triathlon hors norme avec l’enchainement de Cyclisme, Trail et Ski Alpinisme après 2 ans d’attente pour cause de pandémie. Pour cette première course officielle organisée après le déconfinement, l’équipe d’organisation du club Courchevel Sports Outdoor a dû adapter le règlement  pour respecter les nouvelles contraintes liées aux mesures sanitaires actuelles. Dans ce contexte, le nombre d’athlètes a été limité exceptionnellement à 400 et le départ en mass-start a été remplacé par un contre-la-montre toutes les 30 secondes. Un emplacement individuel bien défini sur le parc des transitions a été aménagé dans le cadre des distanciations sociales et le huis-clos était de rigueur. Afin de pouvoir suivre cette course en toute sérénité, une diffusion en direct de l’épreuve était retransmise sur la chaine TV 8 Mont-Blanc.

Initialement prévu le dimanche 18 avril, ce triathlon a pu se dérouler le dimanche 23 mai. Toutefois, en raison des contraintes liées au report et au recule de la neige vers les sommets, quelques modifications du parcours ont été nécessaires. L’épreuve cyclisme partait de Courchevel Le Praz (Alt. 1260m) jusqu’au parc de transition situé sur la piste des Verdons au départ du téléphérique de la Saulire, soit une distance totale de 13,1km pour un dénivelé de 840m. La boucle de trail qui devait passer par le désormais mythique col de la Loze, a été raccourcie au dernier moment à 5km pour 180m D+/- en raison d’abondantes chutes de neige ce printemps rendant périlleux les appuis. Pour terminer ce triptyque, la montée en ski alpinisme dans la combe de la Saulire pour rejoindre le sommet de la Saulire (alt. 2710m) via l’épaule de la Vizelle avec ses 3,1km pour 630mD+.

Première victoire Italienne !

Très apprécié depuis maintenant 9 ans par les athlètes tant professionnels qu’amateurs, ce triathlon hors norme  permet de chausser  une dernière fois les skis de rando tout en préparant la saison estivale de trail et de cyclisme. Victorieux sur toutes les épreuves individuelles de coupe du Monde de ski alpinisme cette saison à l’exception de la première, empochant par la même occasion le Petit Globe de la spécialité, l’italien Matteo Eydallin, après  avoir effectué les meilleurs chronos sur les épreuve de trail (26min23s) et de ski alpinisme (28min51s) remporte cette 8ème édition millésimée en 1h36min38s. « C’est vraiment une épreuve formidable pour la fin de saison. J’avais entendu parler de cette compétition depuis quelques années et la remporter cette année avec le plateau présent, ça fait vraiment plaisir ». Le triple vainqueur de l’épreuve (2014, 2015 et 2016), Yoann Sert s’est incliné les armes à la main avec le meilleur temps de l’épreuve cyclisme (37min19s) et termine second en 1h37min46s « J’avais pourtant tout donné sur l’épreuve de vélo. J’ai réussi à maintenir l’écart sur l’épreuve trail mais Mattéo est bien revenu sur le ski alpinisme et il m’a manqué un peu du jus pour jouer un 4ème sacre ». Pour la troisième place, le suspens a duré jusqu’à l’arrivée entre William Bon Mardion, double vainqueur de l’épreuve (2017 et 2018) et Cédric Fleureton, 2 fois troisième (2015 et 2017). Au final, ce dernier, en 1h41min48s après avoir axé sa course sur ses points forts en cyclisme et trail, a conservé 37 secondes d’avance sur le Beaufortain qui échoue au pied du podium.

Yoann Sert
Cédric Fleureton
Mattéo Eydallin

Les X3 dans la peau de Laura Deplanche.

Tenante du titre du « Dynastar X3 » et lauréate du « Felt X3 » estival en 2020 (enchainement aviron indoor, cyclisme et trail), Laura Deplanche réalise le doublé en s’imposant en 2h06min08s avec le meilleur temps sur le vélo en 47min32s. La Slovaque Marianna Jagerzikova, victorieuse de l’édition 2018 (3ème en 2017), vice-championne du monde de sprint et médaillée de bronze au classement général des championnats du monde de ski alpinisme 2021 agrémentée d’une seconde place au général des Millet Ski Touring Courchevel 2021, prend la seconde place en 2h09min06s. « Je savais qu’il fallait que je prenne de l’avance dès le début sur Marianna. Je suis partie 30 secondes derrière elle et j’ai réussi à la rattraper assez rapidement. Dès lors, j’ai géré pour garder ces 30 secondes d’avance et j’avais en tête d’en garder un peu sous le pied au cas où elle me rattraperait sur l’épreuve de ski alpinisme afin de pourvoir rester dans sa trace » déclare Laura à l’arrivée.

Marianna Jagerzikova
Florence Bulit
Laura Deplanche

La médaille de bronze revient à la triathlète Florence Bulit dans un temps total de 2h12min13s en réalisant le 3ème meilleurs temps féminin sur les épreuves de cyclisme et de trail et en signant le 6ème en ski alpinisme. « Je suis très contente et surprise à la fois car c’était la première fois que je faisais du ski de randonnée ».

De belles performances pour les équipes trios.

Chez les féminines, l’équipe « Dynastar » s’impose en 2h05min35s avec Candice Bonnel qui réalise le meilleur temps féminin en ski alpinisme (36min25s) bien lancée par Alice Niemaz en cyclisme et Laurie Renoton en trail. Avec le meilleur chrono féminin en trail (32min41s), Margot Guillaumot, épaulée au sein des «TotallySpies » par Nina Guillaud (cyclisme) et Andréa Sinfreu (ski alpinisme) grimpe sur la 2ème marche du podium en 2h08min18s.

Chez les hommes, le Caf d’Albertville composé du cycliste Bastien Flammier, du traileur Hugo Carcey-Collet et du skieur alpiniste Théo Allemoz impose sa loi en 1h39min23s.

En mixte, victoire des « Catalans » en 1h59min12s grâce au coup de pédale de Biel Martinez, à la foulée de Julia Garriga et à la glisse de Marc Romani.

Rendez-vous pour les prochain X3 : Felt X3 le dimanche 15 août et la prochaine édition du Dynastar X3 le dimanche 17 avril 2022.

Infos / résultats : www.courchevelsportsoutdoor.com

Après l’annonce par le gouvernement des différentes étapes de déconfinement et de reprise des activités, le comité d’organisation a travaillé ces dernières semaines afin de tout mettre en œuvre pour maintenir les courses du Marathon du Mont-Blanc.

Malheureusement, force est de constater que le plan de déconfinement prévisionnel rend impossible l’organisation du Marathon du Mont-Blanc aux dates initialement prévues du 24 au 27 juin 2021. En effet, à cette date le nombre de participants en simultané autorisés sur des événements sportifs sera limité à 500, et le couvre-feu à 23h sera toujours en application. Ces restrictions ne permettent donc pas d’organiser l’événement sans le dégrader fortement.

De ce fait, en collaboration avec les communes de la vallée de Chamonix, les bénévoles, les partenaires et les prestataires de l’événement, il a été décidé de décaler la date du Marathon du Mont-Blanc du jeudi 1er juillet au dimanche 4 juillet 2021.
Explication de Fred Comte, directeur du Club des Sports et organisateur : “Décaler le Marathon d’une semaine n’est pas une décision facile à prendre ! Depuis des mois nous réfléchissons à tous les scénarios pour respecter nos coureurs, nos bénévoles, nos prestataires et bien entendu la politique touristique de notre vallée.
Le plan de déconfinement prévisionnel ne nous laisse aucune chance de délivrer une compétition fin juin proche des standards de notre évènement, dès lors, le décalage du 1er au 4 juillet s’est avéré comme l’unique solution.
De nombreux ajustements ont été nécessaires pour garantir la sécurité sanitaire des coureurs et des bénévoles : délocalisation des départs, modifications des parcours, systématisation des vagues de départ, allègement des ravitaillements, retrait des dossards sur rendez-vous…
L’ensemble du comité d’organisation travaille au quotidien pour accueillir dans les meilleures conditions tous les traileurs pour partager ensemble un week-end sportif que nous espérons inoubliable après l’année difficile que nous venons tous de traverser”.


Les ajustements de l’édition 2021
Depuis plusieurs semaines, le comité d’organisation ajuste son protocole sanitaire afin de répondre aux exigences du moment. Des changements de lieux, d’horaires et de parcours ont été mis en place. Voici les principales modifications à retenir : Déplacement des départs vers des espaces plus vastes (aire des parapentes et champs du Savoy).
Modification du parcours du 90 km du Mont-Blanc afin d’éviter le passage en suisse.
Départ du 42 km du Mont-Blanc avancé à 6h00, et la boucle Vallorcine-Aiguillettes des Posettes – Le Tour sera effectuée en sens inverse pour éviter le chevauchement des vagues entre Montroc et Tré le Champ.
Le KM Vertical partira du Champs du Savoy à 17h00.
La Young Race voit son départ décalé à Montroc et avancé à 9h00.
Tous les départs se feront par vagues (excepté KM Vertical). Les coureurs pourront accéder à leur sas 30 minutes avant leur départ. Détail à retrouver dans le document ci-dessous.
Retrait des dossards uniquement sur rendez-vous.
Les ravitaillements seront allégés en lien avec les mesures sanitaires

Conditions de remboursement
Un courrier a été adressé à tous les participants concernant le report des épreuves, les modifications mentionnées ci-dessus et les modalités de remboursement si nécessaire.
Les coureurs dans l’impossibilité de participer à l’événement (du 1 au 4 juillet 2021) pourront se faire rembourser 60% des droits d’inscription et 100% des options souscrites (hors assurance) et seront prioritaires pour s’inscrire à l’édition 2022. La demande sera à faire par mail auprès de l’organisation avant le 28 mai.